search icon
Retour au communiqué de presse

Des prévisions confiantes dans le commerce, des mesures nécessaires en matière de productivité

Sage, le leader mondial des solutions d'entreprise basées sur le Cloud, a publié les résultats d'une enquête menée auprès de 3 000 entreprises dans 12 pays, dont les pays européens suivants : l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Espagne et la Suisse.

Root D4, 2 juillet 2019 – Sage, le leader mondial des solutions d'entreprise basées sur le Cloud, a publié les résultats d'une enquête menée auprès de 3 000 entreprises dans 12 pays, dont les pays européens suivants : l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, l'Espagne et la Suisse. L'étude souligne l'impact de l'incertitude politique internationale sur le commerce et montre les effets de la technologie et de la numérisation sur la productivité des entreprises. Alors que près de la moitié des entreprises suisses interrogées s'attend à une croissance du commerce au cours de l'année à venir, la Suisse se situe en queue de peloton en termes de temps consacré à l'administration.

  • Entreprises suisses avec des perspectives plus positives que leurs voisins directs (Fig. 1)
    Pour l'année prochaine, plus de la moitié (55 %) des entreprises suisses interrogées s'attendent à une augmentation des échanges avec leurs clients et fournisseurs. Bien que cette prévision de hausse soit inférieure aux estimations dans l'ensemble des pays ( + 62 %), la Suisse a une perspective plus positive que les trois principales économies européennes, l'Allemagne ( + 48 %), la France ( + 49 %) et la Grande-Bretagne ( + 49 %). L'Espagne ( + 78 %) et l'Irlande ( + 62 %) sont plus positives pour ce qui concerne la croissance en Europe. Seulement 10 % des entreprises suisses s'attendent à une baisse, tandis que près d'un tiers (31 %) s'attendent à un niveau d'activité stable. Les perspectives les plus pessimistes sont celles de la Grande-Bretagne, avec 23 % des entreprises britanniques s'attendant à une baisse.
  • L'Europe reste le marché principal pour les entreprises suisses
    Environ la moitié (51 %) des entreprises suisses interrogées sont exportatrices, 74 % importent des marchandises de l'étranger. Avec respectivement 65 % et 81 %, ces proportions sont encore plus élevées pour les grandes entreprises. L'Europe occidentale est le marché d'exportation privilégié des entreprises suisses (41 %). Un pourcentage similaire d'entreprises exporte vers les États-Unis (40 %), suivi de l'Europe centrale (38 %) et de l'Europe de l'Est (37 %). Un tiers (32 %) des entreprises suisses importent de l'Europe occidentale, ce qui en fait le premier marché d'importation, suivi de près par les Etats-Unis et la Chine (29 % chacun). Au cours de l'année à venir également, l'Europe devrait rester le principal marché sur lequel les entreprises suisses veulent opérer : 59 % d'entre elles considèrent l'Europe comme leur marché prioritaire. Patrick Hofer-Noser, CEO et propriétaire de l'entreprise solaire suisse 3S Solar Plus SA le confirme également : « Nous nous concentrons sur les pays du DACH et nous nous attendons à une bonne croissance grâce à la conscience climatique croissante des propriétaires d'immeubles, mais également grâce aux gains de rentabilité par rapport aux tuiles. » Hors d'Europe, un quart (25 %) considère l'Asie comme une priorité, suivie par l'Amérique du Nord (20 %).
  • Le manque de temps entrave le commerce international (Fig. 2, 3)
    11 pays sur 12 citent l'incertitude politique internationale comme le principal obstacle au commerce. Cette affirmation correspond également à celle des grandes entreprises suisses. De tous les pays considérés, la Suisse et ses entreprises sont les seuls qui se démarquent de cette affirmation et considèrent le manque de temps comme le problème le plus important pour les entreprises ayant des ambitions commerciales. En ce qui concerne la question de savoir comment le gouvernement peut soutenir les organisations suisses dans le domaine du commerce international les réponses sont équilibrées, avec de meilleures technologies (25 %), le développement de nouvelles opportunités commerciales sur les marchés internationaux (24 %), l'intensification du dialogue entre entreprises et gouvernement (23 %), ainsi que la suppression des barrières commerciales (22 %). Pour Patrick Hofer-Noser, l'égalité des chances se situe au premier plan : "Pour un producteur de produits de construction, un marché intérieur solide est la condition préalable pour une activité d'exportation à long terme. L'Etat doit veiller à ce que nous soyons sur un pied d'égalité avec nos concurrents internationaux et que les distorsions du marché dues aux intérêts de l'Etat soient évitées".
  • La charge administrative réduit la productivité dans les PME (Fig. 4), 26 % des entreprises suisses interrogées prévoient de passer à des solutions basées sur le Cloud
    L'étude montre que le "casse-tête mondial de la productivité" est loin d'être résolu. Le montant total de la perte de création de valeur économique due aux tâches administratives au cours des 12 derniers mois s'est élevé à 446 milliards de livres sterling, soit 2,6 % de plus que l'année précédente. Dans les 12 pays étudiés, la proportion du temps consacré à des tâches administratives improductives au cours d'une semaine de travail moyenne était de 5,2 %. Un temps consacré par exemple aux rappels, au traitement des factures et aux tâches liées au personnel, qui pourrait être réduit par l'utilisation de la technologie et des outils numériques. Avec 7 %, la Suisse occupe la troisième place. Seules la France (7,5 %) et l'Espagne (10,5 %) ont des chiffres encore plus élevés. 30 % des entreprises suisses utilisent déjà la technologie Cloud pour des tâches administratives telles que les salaires, la comptabilité et les ressources humaines. Par rapport aux autres pays de l'enquête, la Suisse se classe au dernier rang. Cependant, 26 % d'entre elles envisagent de passer à des solutions basées sur le Cloud au cours des deux prochaines années.

Informations au sujet de l'étude

We Power the Nation présente les résultats d'une étude indépendante réalisée par YouGov pour le compte de Sage. Une enquête en ligne a été menée auprès d'entreprises dans 12 pays. Les échantillons ont été répartis de manière égale entre les petites (6-49 employés), moyennes (50-249 employés) et grandes (250 + employés) entreprises. L'enquête s'est déroulée entre le 19 mars et le 5 avril 2019 auprès de 2994 entreprises. Les données ont ensuite été pondérées pour s'assurer que tous les pays soient représentés de manière égale.

Graphiques concernant l'étude

Résultats suisses de l'étude « We Power the Nation »

L'étude « We Power the Nation »

Résultats suisses de l'étude « We Power the Nation »

L'étude « We Power the Nation »

Résultats suisses de l'étude « We Power the Nation »

L'étude « We Power the Nation »

Résultats suisses de l'étude « We Power the Nation »

L'étude « We Power the Nation »

Au sujet de Sage

Sage (FTSE : SGE) est leader mondial pour les technologies grâce auxquelles n’importe quelle entreprise peut gérer l’ensemble des ressources, des finances au personnel, qu’il s’agisse d’une startup, d’une petite ou d’une moyenne entreprise. Pour ce faire, Sage met à disposition des solutions de gestion basées dans le Cloud avec tout ce dont une entreprise a besoin, tel que par exemple la comptabilité, les finances, les outils de gestion, les ressources humaines, le décompte des salaires, les paiements et le banking. Le but de Sage est de réduire la charge administrative pour les entreprises. 13.000 collaborateurs répartis dans 23 pays y travaillent quotidiennement avec un réseau de conseillers et de partenaires pour trois millions de clients. Sage s'engage à une gestion responsable de l'entreprise et assume un engagement social à travers la gestion durable Sage (Sage Foundation).