Lecture en cours

Lecture en cours

Encore et toujours ces écritures transitoires

Retour aux résultats de recherche

Les écritures transitoires sont une source de difficultés lors de nombreuses clôtures d’exercice, et sont considérées comme la discipline reine de la comptabilité. À juste titre ? Que sont les écritures transitoires, à quoi servent-elles et à quoi faut-il prêter attention ? Un expert fournit explications et conseils sur la meilleure façon de traiter les «transitoires».

Les écritures transitoires sont un instrument commode pour comptabiliser les charges et les recettes en rapport avec un exercice, un semestre ou un trimestre. Grâce aux écritures dites de régularisation, les dépenses et les recettes d’une entreprise peuvent être équilibrées à la date du bilan. Mario Zemp, fiduciaire auprès de l’entreprise fiduciaire Balmer-Etienne, connaît les embûches liées aux écritures transitoires et fournit des conseils pour équilibrer correctement le bilan.

Que sont les écritures transitoires ?

Les charges et les produits doivent être correctement comptabilisés dans le compte de résultat à la date du bilan, c’est-à-dire comptabilisés dans la période au cours de laquelle ils sont encourus. Selon le Code suisse des obligations (art. 958, al. 1, CO), les entreprises y sont tenues à partir d’un chiffre d’affaires annuel de 100’000 francs. En fonction des besoins, une entreprise peut également établir des états financiers semestriels, trimestriels ou mensuels. Ceux-ci ne sont pas obligatoires, mais ils peuvent aussi être régularisés par des écritures transitoires. Les versions suivantes se basent sur les écritures transitoires à la fin de l’exercice.

Étant donné que de nombreux collaborateurs ne passent ces écritures qu’une fois par an, à la clôture de l’exercice, ils manquent souvent d’expérience en la matière, explique Mario Zemp. « Les écritures transitoires sont toujours la source d’incertitudes et d’erreurs. C’est pourquoi il est important d’en comprendre le principe de base. » Les écritures transitoires ont la réputation d’être particulièrement délicates et sont pour cette raison considérées comme la discipline reine de la comptabilité. Mais elles sont en fait faciles à maîtriser, affirme Mario Zemp. Le principe en est rapidement expliqué : afin de pouvoir comptabiliser les charges (passif transitoire PT) et les recettes (actifs transitoires AT) dans le compte de résultat, le montant à corriger est comptabilisé dans un compte transitoire dans le bilan. L’année suivante, le montant est corrigé dans la comptabilité. De cette façon, les montants peuvent être comptabilisés provisoirement et rectifiés par la suite.

Passifs transitoires

Les passifs transitoires (ou les régularisations de comptes passifs ) sont :

  • les charges non encore payées
  • les recettes perçues de manière anticipée

Où les passifs transitoires interviennent-ils dans la pratique ?

Des exemples typiques de passifs transitoires sont les frais d’électricité, de téléphone ou d’abonnement pour lesquels les factures n’ont pas encore été reçues, bien que la prestation ait déjà été fournie. Pour que les dépenses apparaissent tout de même dans la période comptable en cours, elles doivent être régularisées au moyen d’écritures transitoires.

Actifs transitoires

Les actifs transitoires (ou les régularisation de comptes d’actifs) sont :

  • les recettes non encore perçues
  • les charges payées en avance

Où les actifs transitoires interviennent-ils dans la pratique?

Le loyer des bureaux est généralement payé à l’avance. Le loyer de janvier est payé en décembre. Les charges payées en excès sont régularisées au moyen d’une écriture transitoire, et rectifiées dans la période suivante au moyen d’une contre-écriture.

Logiciel de comptabilité

Avec le bon logiciel, ayez à tout moment le contrôle de vos finances, effectuez le décompte de la TVA en un clin d'œil et optimisez vos performances commerciales.

En savoir plus

Les conseils d’experts

  • Ne réfléchissez pas trop : demandez-vous simplement : les montants manquants sont-ils des charges ou des recettes ? Si vous arrivez à la conclusion qu’il s’agit d’une dépense qui n’a pas encore été comptabilisée, celle-ci figure au débit, c’est-à-dire à gauche dans les comptes. Le côté droit est alors ouvert (côté crédit), et vous devez y équilibrer ce montant par une écriture transitoire (par conséquent un passif transitoire). Dans le cas où, par exemple, une recette manque dans l’ancien exercice, elle doit être saisie du côté du crédit, c’est-à-dire à droite. Vous devez alors saisir le poste de régularisation correspondant sur le côté gauche (débit, par conséquent un actif transitoire).
  • Veillez à l’exhaustivité : si des écritures de régularisation sont oubliées, des postes étrangers à la période comptable apparaissent. En particulier dans le cas de factures qui ne sont pas émises en janvier ou février, mais plus tard dans l’année, il peut arriver que l’on oublie de les comptabiliser par des écritures de régularisation. Veillez également à effectuer les contre-écritures des écritures transitoires au cours de l’année suivante. Les comptes d’actifs et de passifs transitoires doivent être remis à solde nul au début de l’année.
  • Pour les montants soumis à la TVA, comptabilisez uniquement le montant net : les codes TVA ne doivent pas être saisis pour les écritures transitoires. Au contraire, dans le cas où le logiciel comptable signale l’absence d’un code TVA, vous devez confirmer que le montant doit être comptabilisé sans TVA.
  • Les montants inconnus doivent être estimés : lorsque les montants définitifs pour, par exemple, des prestations effectuées ne sont pas encore connus à la date de clôture des comptes annuels, vous devez les estimer afin de pouvoir les comptabiliser à temps. Le montant définitif est alors comptabilisé l’année suivante. Une différence ainsi apparue peut être régularisée par des charges et produits extraordinaires ou hors période. Dans la pratique, cependant, les petites différences ne sont pas toujours corrigées.

Abonnez-vous à la newsfeed de Sage Advice.

Recevez les derniers articles pour la gestion de votre entreprise directement dans votre boîte de réception chaque mois. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.