Lecture en cours

Lecture en cours

Conseils pour l’établissement de budgets dans l’entreprise

Retour aux résultats de recherche

Logo Sage Advice
Sage AdviceLe Blog des clés de la gestion d'entreprise
Abonnez-vous à la newsletter de Sage AdviceS'abonner

Le budget permet d’avoir une perspective globale aidant à déterminer le cap à suivre, ce qui constitue une condition importante pour la réussite d’une entreprise, en particulier de petite et de moyenne taille. Lisez nos conseils, qui vous aideront à établir un budget. 

L’établissement d’un budget est l’un des facteurs les plus importants de la planification dans une entreprise. La planification budgétaire pour les 12 prochains mois se reflètera dans le compte de résultat, le bilan et le tableau des flux de trésorerie. Seul l’établissement d’un plan budgétaire solide permet de jeter les bases d’une liquidité constante.

L’établissement d’un budget nécessite une évaluation la plus réaliste possible des recettes, des revenus, des dépenses et des coûts prévus. Mais attention: les différents éléments du plan financier doivent être cohérents et ne pas se contredire. Dans le cas contraire, il est possible que des questions désagréables soient posées par les bailleurs de fonds ou les ayant-part, ou encore que des ambiguïtés surgissent, ce qui compliquera l’ensemble du processus de définition du budget.

  • Ne planifiez pas à l’instinct, mais établissez le budget en vous basant sur les données historiques de votre entreprise, votre expérience, vos recherches et vos calculs.
  • Vérifiez vos prévisions en cours d’exercice afin de procéder à d’éventuels ajustements. Grâce à une comparaison des objectifs et des performances, vous pouvez déterminer où des pertes potentielles peuvent survenir.
  • Cherchez les chiffres clés pertinents et fixez-les par rapport aux objectifs de l’entreprise et aux mesures nécessaires.
  • N’établissez pas le budget de l’année à venir trop tard – c’est-à-dire peu avant la fin de l’année – mais pas trop tôt non plus lorsque les prévisions sont encore trop incertaines. À cet égard, novembre est une bonne période pour de nombreuses entreprises et branches d’activité.
  • Si des informations de base importantes sur des facteurs tels que les dépenses futures, les pertes de clientèle, etc. font défaut, des recherches ou des conseils externes peuvent s’avérer utiles. Des lacunes dans la connaissance des différents facteurs peuvent apparaître partout. Si nécessaire et selon le sujet, renseignez-vous auprès d’entrepreneurs amis, de comptables, de votre fiduciaire ou consultez la littérature spécialisée.
  • Utilisez des outils numériques appropriés et un programme de comptabilité pour rendre la planification budgétaire claire. Les solutions de Sage offrent un soutien simple et efficace.
  • Ne planifiez pas trop dans le détail, mais pesez plutôt les options. Un plan budgétaire ne peut être calculé à la virgule près. Il est préférable de tenir compte de nombreux différents facteurs et d’intégrer les chiffres des années précédentes sous une forme adaptée.
  • Distinguez les coûts fixes (loyer incluant les charges, crédit-bail, administration, primes d’assurance, etc.) des coûts variables. Ceux-ci sont, par exemple, directement liés à la production (achat de biens, frais de transport et d’énergie, droits de douane, etc.). Selon le cas, les frais de fonctionnement (informatique, Internet, téléphone, intérêts, véhicules, loyer, personnel, assurances, etc.) sont soit fixes, soit variables.
  • N’oubliez ou ne négligez pas le marketing. Le portail PME de la Confédération fait l’estimation suivante: une entreprise mature, opérant sur un marché établi et se fixant des objectifs modérés, consacre environ 2 à 5 % de son chiffre d’affaires annuel à des mesures de marketing. Pour une startup qui vise une forte croissance ou qui veut pénétrer un nouveau marché, cela peut également représenter 7 à 10 % du chiffre d’affaires annuel.
  • Prévoyez le remboursement de votre capital étranger si vous pensez que le coût de celui-ci pourrait augmenter et dépasser le rendement total de votre capital. Vous pouvez également vérifier la possibilité de l’optimisation fiscale, que vous pouvez réaliser grâce aux intérêts sur le capital étranger.

Posez-vous les bonnes questions concernant le budget:

  • D’où est-ce que je viens? Quels sont les objectifs? Qu’est-ce que je veux changer?
  • Où peut-on faire des économies? Répondez à cette question sans perdre de vue les buts et l’orientation de vos objectifs commerciaux.
  • Quelles machines, quels véhicules, quelles infrastructures informatiques dois-je renouveler? Ne planifiez pas ces dépenses en tant qu’amortissements, comme dans la comptabilité, mais comme dépenses concrètes des prix d’achat respectifs.
  • Où des coûts supplémentaires peuvent-ils être encourus? Existe-t-il des risques supplémentaires tels qu’une infrastructure ancienne, une technologie obsolète ou autre situation similaire?
  • Concernant la croissance de l’entreprise: où et comment puis-je générer de nouveaux clients? Faut-il s’attendre à la perte de clients existants? Et quels sont mes coûts d’acquisition pour atteindre le seuil de rentabilité?
  • Est-ce que mon estimation des prévisions est correcte? Est-il réaliste de déduire ma propre part de marché du volume global du marché? Une estimation prudente permet d’éviter les mauvaises surprises, et devrait être fixée en fonction des objectifs et de la stratégie.