Lecture en cours

Lecture en cours

« Il est aussi difficile de trouver des développeurs de logiciels que des investisseurs »

Retour aux résultats de recherche

Il est aussi difficile de trouver des développeurs de logiciels que des investisseurs

Qu’est-ce qui motive les fondateurs d’entreprises ? Quels sont les grands défis dont ils doivent venir à bout ? Nous sommes allés enquêter dans trois startups. Aujourd’hui dans l’entretien : Raphael Breitschmid, cofondateur de Buildigo.

Raphael Breitschmid, cofondateur de l’entreprise Buildigo, se trouve à la conférence pour startups START Summit à St. Gall, et il est très occupé. Il ne manque aucune opportunité d’étendre son réseau. L’entreprise qu’il a créée avec un partenaire emploie cinq collaborateurs. Buildigo est une plateforme qui propose des ouvriers, des décorateurs d’intérieur, des jardiniers paysagistes, des architectes, etc.

Dans quelle phase votre entreprise se trouve-t-elle actuellement ?
Raphael Breitschmid : Depuis la création de l’entreprise il y a six mois, nous avons réussi à acquérir de nombreux clients, et les choses fonctionnent actuellement si bien que nous pouvons grandir. Nous sommes actuellement à la recherche d’investisseurs.

Comment avez-vous financé Buildigo jusqu’à présent ?
Exclusivement à travers des amis et la famille. Mais à présent arrive le moment où cela ne suffit plus.

Nous nous rencontrons ici au START Summit de St. Gall, un point central du milieu des startups. Entrez-vous ici en contact avec des investisseurs potentiels ?
Oui, et comment. J’ai eu cinq rendez-vous hier, et également déjà cinq aujourd’hui. Depuis que je me suis inscrit sur l’application de START Summit, je suis très souvent contacté par des intéressés qui participent au congrès.

 

Des conférenciers de haute volée ont parlé au START Summit de St. Gall.Des conférenciers de haute volée ont parlé au START Summit de St. Gall.

Le premier contact ici à la conférence a lieu de manière virtuelle ?
Oui, exactement, on choisit les participants intéressants ou bien on est choisi, et on convient spontanément d’un rendez-vous.

Vous êtes donc très convoité ?
Pas à ce point, mais je remarque qu’il existe un grand intérêt. De tels évènements sont très utiles pour entrer en contact avec des business angels, des investisseurs, de venture capitalists ou simplement des entreprises partenaires potentielles.

En quoi consiste actuellement le plus grand défi pour l’entreprise ?
Afin de durer nous devons croître, mais outre le capital il nous manque également le personnel adéquat. Nous voulons développer la plateforme en ligne, mais les bons développeurs de logiciels sont rares.

Il semblerait presque à vous entendre qu’il est plus facile de trouver un investisseur qu’un bon développeur de logiciels.
Non, il est tout aussi difficile de trouver des investisseurs que de bons développeurs de logiciels motivés. Je constate toutefois qu’il existe de jeunes programmeurs qui préfèrent travailler pour une startup plutôt que pour une grande entreprise où ils gagneraient davantage.

 

Le calme avant la ruée : à côté des halles des grands évènements, les entreprises se présentent.

Le calme avant la ruée : à côté des halles des grands évènements, les entreprises se présentent.

Comment vous et votre partenaire avez mené à bien la création de l’entreprise ? Avez-vous été chercher l’aide de coaches ou dans des séminaires ?
Un programme pour startups de l’université de Lausanne auquel nous avons pris part a été très utile. Nous avons régulièrement reçu l’aide d’un coach, mais avons également eu de manière renouvelée de vrais entretiens de coaching avec des personnes ayant elles-mêmes fondé une startup. Dans le milieu des startups on est vraiment très ouvert et prêt à aider, la communauté est parfois comme une famille au sein de laquelle on s’entraide.

Que conseillez-vous à d’autres fondateurs d’entreprises au sujet de comment venir à bout de la phase initiale ?
Nous avons entre-autres eu du succès car nous avons dès le début prêté attention à  ce qui est demandé sur le marché. Je conseillerais également cela à n’importe quel interlocuteur. Je constate qu’un grand nombre de fondateurs de startups s’écoutent trop eux-mêmes au lieu d’observer ce que le marché là-dehors demande. Ils orientent par conséquent leur entreprise suivant leurs préférences personnelles.

 

De nombreux participants utilisent le START Summit pour la création de réseaux.

De nombreux participants utilisent le START Summit pour la création de réseaux.

Concrètement, qu’est-ce que Buildigo propose qui est demandé sur le marché ?
Sans recommandation il est par exemple difficile de trouver le bon ouvrier en ligne. À la différence de nos concurrents nous entretenons un lien très personnel avec les entreprises partenaires pour lesquelles nous servons d’intermédiaire. Nous connaissons personnellement toutes les entreprises dont nous proposons les services et fournissons les références. À ma connaissance, aucun concurrent ne fait les choses de cette manière.

Dans quels domaines l’entreprise doit-elle croître ?
Notre siège est à Lausanne, nous ne sommes jusqu’à présent actifs qu’en Romandie et voulons à l’avenir proposer nos services également en Suisse allemande. Mais tout d’abord nous devons devenir financièrement indépendants et développer notre offre. Pour cela nous devons trouver des financeurs, ce qui est également une raison pour laquelle je dois maintenant me rendre le plus vite possible à mon prochain rendez-vous…

 

Raphael Breitschmid, cofondateur de la startup Buildigo.

Raphael Breitschmid, cofondateur de la startup Buildigo.

Découvrir Sage Start

À la recherche d’une solution logicielle pour les offres, les factures, l’e-banking et la décompte de la TVA?

Tester 30 jours gratuitement