Lecture en cours

Lecture en cours

ISO 20022 : premier bilan de PostFinance après l’étape 1

Retour aux résultats de recherche

ISO 20022 : premier bilan de PostFinance après l’étape 1

Chez PostFinance, le changement vers ISO 20022 s’est déroulé comme planifié, en particulier grâce à un calendrier strict et à un soutien étroit des clients et des partenaires fournisseurs de logiciels.

La chose est définitive : depuis le 1er janvier 2018, la clientèle commerciale de PostFinance n’utilise plus les anciens standards avec OPAE et BVR spécifiques de PostFinance, mais les nouveaux formats ISO 20022 pain et camt. Depuis la date butoir, PostFinance n’accepte plus que les transactions suivant la nouvelle norme et  fournit uniquement les avoirs et les relevés de compte que conformément à ISO 20022.

Ce changement a été précédé d’une longue phase de préparation. Les clients ont eu le temps de s’acclimater à cette nouvelle ère au moyen de logiciels compatibles avec ISO 20022, et d’adapter en conséquence leurs données de base et leurs processus. Alfred Meyenberg, responsable du projet harmonisation trafic des paiements chez PostFinance : « Les PME emploient le plus souvent un logiciel standard et devraient aussi tôt que possible se mettre en contact avec le fournisseur de logiciel et planifier ensemble la transition. »

De toute évidence, cela a fonctionné. Meyenberg est satisfait de l’état actuel du déroulement des choses. La migration s’est déroulée de manière réussie : « Dans un contexte général, il n’y a pas eu de problèmes. À la fin de 2017, plus de 50’000 clients de PostFinance ont été transférés vers les formats ISO. »

« La recette de notre succès a été un calendrier clair et précis qui n’a plus été modifié et a été communiqué à plusieurs reprises. »

PostFinance a accompagné très étroitement la clientèle commerciale, principale touchée. Pour toutes questions, des conseillers techniques spécialisés se tenaient à disposition. Un ultérieur élément important : l’échange étroit avec les partenaires développeurs de logiciels tels que Sage. Ici, la coordination conjointe du développement et la communication ont été décisifs. Une équipe entièrement dédiée se tenait pour cela prête, déclare Meyenberg. « C’est en grande part grâce à ces mesures complémentaires mobilisant beaucoup de moyens que le feedback des clients est très positif. »

Pour la deuxième vague, c’est à présent le tour des banques. Elles veulent introduire les formats ISO d’ici mi-2018. Afin que ce changement fonctionne lui aussi sans encombre, Alfred Meyenberg ne peut que fortement recommander le chemin suivi par PostFinance : « La recette de notre succès a été un calendrier clair et précis qui n’a plus été modifié et a été communiqué à plusieurs reprises. » La date butoir du 31.12.2017 a ainsi été annoncée aux clients comme fixe il y a des années déjà et PostFinance a accompagné les clients dans leurs projets, soit elle-même à travers des équipes spécialisées, soit en collaboration avec les partenaires développeurs de logiciels.