Lecture en cours

Lecture en cours

ISO 20022: Quoi, quand, comment?

Retour aux résultats de recherche

ISO 20022: Quoi, quand, comment?

Le trafic suisse des paiements entre dans une nouvelle ère. Aujourd’hui est le bon moment pour s’atteler au changement, car bientôt on ne pourra plus payer qu’avec des méthodes conformes ISO 20022. Tout le monde est concerné, des particuliers aux grandes entreprises en passant par les PME.

Qui ne procède pas au changement se retrouvera exclu: PostFinance donne la cadence et se convertit à partir de début 2018 au nouveau standard ISO 20022, et les banques suivront d’ici mi 2018. Après une période transition, les instituts financiers n’accepteront, à partir de 2020 au plus tard, plus que les paiements au nouveau format. Et personne ne peut s’en dispenser: le changement vers ISO 20022 concerne tout le monde, des particuliers aux grandes entreprises. Les PME doivent aussi se préparer à temps à la nouvelle ère, et il en est à présent grandement temps. Qui ne procède pas à temps au changement se rendra de facto insolvable.

L’harmonisation apporte des changements

Les raisons: avec ISO 20022, le système suisse des paiements va être harmonisé. La Poste et les banques misent à l’avenir sur des standards uniformes basés sur la norme internationale ISO 20022. Les procédés DTA et EZAG en vigueur jusqu’à présent disparaitront, ainsi que les non moins de sept différents formulaires de paiement. À leur place on parlera désormais de «pain.001» ou «pain.008» et les paiement seront effectués avec une «facture QR». Au passage, «pain» ne signifie pas «douleur» – le trafic des paiement devrait en effet être rendu significativement moins douloureux avec ISO 20022 – mais «payment initiation».

Les numéros de compte de PostFinance et des banques auront également vécu: ISO 20022 ne connaît que le numéro IBAN, valable aussi internationalement. L’effort pour le changement sera vite compensé par des avantages tels une efficacité accrue, une qualité des données supérieure et une meilleure gestion des liquidités. Mais que faut-il faire concrètement pour rester dans le coup et éviter de douloureuses pannes?

  1. Utiliser des logiciels actuels: Demandez à votre fournisseur de logiciel si votre solution pour la comptabilité est déjà compatible avec ISO-20022. Procédez si nécessaire à une mise à jour avec la version la plus récente, ou remplacez votre ancien logiciel avec un produit moderne, si vous constatez que votre fournisseur n’est pas encore à la page ou montre des incertitudes au sujet d’ISO-20022. Les clients de Sage ne doivent se faire aucun souci à ce propos: toutes les comptabilités de Sage dans leur nouvelle version sont déjà taillées sur ISO-20022.
  2. Parlez avec votre banque: PostFinance et les différentes banques ont différentes feuilles de route pour la transition vers ISO-20022. Clarifiez avec votre institut financier quelle fenêtre temporelle il envisage pour le changement. Discutez les différentes façons de procéder envisageables et les possibilités d’optimisation, et demandez si un environnement de test est disponible. Ainsi, vous pourrez d’abord gagner en expérience en effectuant des exercices fictifs.
  3. Planifier et budgétiser: Dans beaucoup d’entreprises, la transition vers l’ère ISO-20022 se fait sans frictions: au centre se trouve le plus souvent une mise à jour du logiciel financier, et s’effectue en grande partie simplement ou même automatiquement. Après la mise à jour du logiciel, le changement ne nécessite – du moins avec Sage – que peu d’étapes. Dans le cas de logiciels de taille plus importante, une mise à jour du logiciel implique parfois aussi un changement du matériel, soit pour des raisons de performance, soit car les exigences minimales changent. Dans ce cas, il est judicieux de budgétiser soigneusement le changement.
  4. Actualiser la configuration: Ajustez soigneusement dans votre logiciel les données de base telles les données bancaires ou vos propres numéros de compte. Le changement se complexifie avec un nombre important de clients ou de fournisseurs ayant des données bancaires qui ne sont plus actuelles. Contrôlez dans ces cas si les données des comptes sont encore valables, car il se peut que, dans la foulée du changement, un partenaire reçoive de nouveaux comptes ou change tout à fait de banque.