Lecture en cours

Lecture en cours

Quatre leçons à retenir de la pandémie pour les gérants de petites sociétés

Retour aux résultats de recherche

Une gérante est au téléphone avec son collaborateur, une conversation sur les leçons de la pandémie.

Quatre leçons à retenir de la pandémie pour les gérants de petites sociétés

Alors que les mesures anti-coronavirus s’assouplissent, nombreux sont ceux et celles parmi nous qui en reviennent sans doute quasi automatiquement à leurs routines d’avant-pandémie.

Bien que certains de ces modes de pensée et habitudes se justifient, il est grand temps d’en modifier d’autres. Il est important de se rendre compte que nous ne devons pas nécessairement nous engager dans l’avenir en reprenant le fil à l’endroit précis où le coronavirus l’a interrompu. Pour les employeurs, la pandémie fut riche en leçons sur le monde du travail et il est important qu’ils ne les oublient pas.

Parmi ces leçons, nous en épinglons quatre dans le cadre du présent article :

  • Se concentrer sur les résultats, pas sur la planification
  • Nous sommes bien plus que notre travail
  • Cultiver la flexibilité
  • La technologie peut améliorer le bien-être sur le lieu de travail

Se concentrer sur les résultats, pas sur la planification

Dans le monde du travail pré-pandémie, il semblait parfois que l’accent était mis davantage sur la présence au bureau et sur une apparence de travail intense que sur les résultats.

Dans de nombreuses sociétés, les individus évoluant dans les rangs hiérarchiques les plus élevés étaient traités comme des adultes. Toutefois, la confiance dans la capacité d’un salarié à travailler sans supervision se réduisait à mesure que l’on descendait les échelons de l’organisation.

Dans l’exposé qu’elle a récemment donné lors du TED Salon, Patty McCord, ancienne Chief Talent Officer de Netflix, expliquait que si le grand exercice de télétravail nous a appris quelque chose, c’est bien que de nombreux salariés peuvent être productifs sans que le patron regarde constamment par-dessus leur épaule. Chacun et chacune au sein d’une entreprise est un adulte, pas uniquement dans les rangs de la haute direction.

C’est là une excellente nouvelle, tant pour les cadres que pour les employés.

Les managers ne sont désormais plus obligés de contrôler leurs effectifs en déambulant dans leurs bureaux afin de vérifier qui est à pied d’oeuvre. En lieu et place, ils peuvent reporter leur attention sur ce qui l’exige réellement, à savoir les résultats. Ce changement d’attitude est de nature à réduire le stress – pour le salarié et pour l’employeur.

En tant qu’employeur, vous pouvez avoir davantage confiance dans vos collaborateurs qui, à leur tour, se sentiront mieux dans leur boulot en raison-même de cette confiance. Ils peuvent arrêter d’essayer de paraître hyper-occupés et se focaliser plutôt sur la manière d’accomplir leurs tâches le plus efficacement possible.

Nous sommes bien plus que notre travail

Vous avez sans doute vu pendant la pandémie de nombreuses interviews en direct, effectuées par le biais d’outils de vidéoconférence tels que Zoom ou Teams, où les personnes interviewées étaient interrompues par leur gosse qui déboulait soudain dans la pièce.

Peut-être même avez-vous vécu une expérience similaire, avec moins de public, lors de vos propres réunions en visio.

Comme le disait un journaliste : « Voilà ce qui arrive pendant un confinement. »

Ces interruptions, quoiqu’inopportunes voire un rien embarrassantes, ont eu pour effet de vous faire prendre conscience que vos collaborateurs ont une vie en dehors du travail, chose dont vous n’aviez pas toujours conscience lorsque vous les voyiez tous dans le contexte du bureau.

Les visioconférences qui ont contribué à maintenir les entreprises en activités pendant la pandémie nous ont rendus plus humains et nous ont fait comprendre que nos collaborateurs ne se résument pas à ce qu’ils sont au travail.

A l’avenir, essayez de conserver cette attitude d’empathie et de compréhension en retenant ces quatre conseils :

  • Ecoutez pour comprendre, pas pour répondre.
  • Soyez franc.
  • Efforcez-vous de recourir à la communication non verbale positive.
  • Evitez de juger les autres et remettez en question tout préjugé que vous pourriez avoir.

Cultiver la flexibilité

Il y a quelques mois, nous avons fait le constat que le travail hybride s’est installé à demeure. Aujourd’hui, certains chefs d’entreprise annoncent que le travail à temps plein au bureau est inévitable et nécessaire.

Ces messages fluctuants vous désarçonnent probablement et un nouveau rapport de McKinsey indique que vous n’êtes pas le seul.

L’enquête récente révèle qu’une grande majorité de dirigeants désirent que leurs collaborateurs-clé reviennent travailler plus de trois jours par semaine au bureau. Dans le même temps, les salariés sont d’un avis contraire et préfèrent travailler plus de deux jours par semaine à leur domicile.

Ces chiffres sont révélateurs du criant fossé qui sépare la haute direction des employés.

Il est compréhensible que de nombreux collaborateurs aient le sentiment d’être ignorés. 40% des salariés dans le monde déclarent envisager de changer de travail d’ici la fin de l’année.

Bien que l’expérience du télétravail ait été, dans une large mesure, une réussite, il y a de bonnes raisons de revenir travailler au bureau. Notamment :

  • Une plus grande facilité de collaboration ;
  • L’opportunité de rencontres impromptues ;
  • Un accompagnement plus efficace des nouveaux collaborateurs.

Qui plus est, le travail hybride peut être une chose compliquée et exiger davantage de coordination. Pour autant, ce n’est pas une bonne chose que d’en revenir purement et simplement au travail au bureau sans y réfléchir soigneusement.

McKinsey conseille d’en passer par trois actions pour aller de l’avant :

  1. Demeurez flexible et acceptez que créer un nouveau modèle de travail prendra pas mal de temps. Prenez des décisions au sujet de votre futur mode de fonctionnement en vous basant sur des preuves et expliquez clairement ces décisions.
  2. Prêtez l’oreille aux préoccupations de vos collaborateurs. Pendant la pandémie, il devint évident que la communication jouait un rôle crucial pour la réussite de la société et le bien-être au travail. Cette dimension critique est aujourd’hui en recul. Faites en sorte que vos salariés et que les équipes se sentent écoutés. Cela aura pour effet de booster leur moral et vous aidera à imaginer un modèle de travail plus positif.
  3. Ne craignez pas de procéder à des expérimentations. Testez de nouvelles technologies, repensez votre lieu de travail, réévaluez la manière dont les réunions sont organisées. Pratiquez l’expérimentation et vous découvrirez potentiellement un mode de travail nouveau, plus productif.

La technologie peut améliorer le bien-être sur le lieu de travail

La pandémie a eu le don de braquer les projecteurs sur le bien-être sur le lieu de travail. Nous avons soudain perçu la nécessité d’opérer par nos propres moyens – en nous reposant sur la technologie pour alléger notre charge de travail.

Des services qui automatisent des tâches routinières, qui nous font gagner du temps, qui facilitent le télétravail… Voilà quelques exemples de renforts fort appréciables à ajouter à notre panoplie d’outils destinés à l’environnement de travail.

Certaines mesures contraignantes sont aujourd’hui levées et certaines choses retrouveront un cours normal. Mais il ne faudrait pas que ce retour à la normale soit synonyme de regain de stress. Si vous avez découvert des logiciels ou des services qui ont diminué votre stress et celui de vos employés pendant les périodes de travail à domicile, vérifiez s’il y a moyen de les implémenter au bureau.

Continuez par exemple à utiliser des solutions technologiques qui automatisent des tâches répétitives parce qu’elles économisent non seulement du temps mais peuvent également réduire le nombre d’erreurs.

Il y a par ailleurs de fortes chances que le télétravail continue, dans un avenir proche, de faire partie intégrante de notre vie. Continuez dès lors à recourir à des outils qui fonctionnent aussi bien pour le personnel au bureau que pour les télétravailleurs.

Si vous recevez des paiements, optez pour une solution logicielle qui s’intègre avec vos comptes bancaires et votre plateforme comptable, qui insère d’elle-même vos paiements dans votre compte bancaire et qui vous permet d’assurer aisément le suivi des paiements reçus ou non.

Les PME consacrent près de dix heures par semaine à des tâches comptables et à des opérations de paiement. C’est là du temps que vous pourriez consacrer à la croissance de votre société et de vos effectifs. Trouvez dès lors la technologie qui vous y aidera et faites-en votre compagnon.

Enfin, certain(e)s d’entre nous retrouveront avec bonheur les réunions en présentiel. Toutefois, les vidéoconférences ont eu pour effet de faciliter l’accès aux réunions pour de nombreuses personnes pour qui participer posait éventuellement des problèmes par le passé.

Continuez de tirer parti du côté inclusif que procurent certains services de réunion virtuelle.

Conclusion

Il est facile de se ruer vers les anciennes méthodes de travail en raison d’une aspiration à tourner la page de la pandémie mais n’oublions pas les importantes leçons que nous en avons tirées.

En vous concentrant sur les résultats, en faisant preuve d’empathie pour vos collaborateurs, en demeurant flexible, et en utilisant des technologies qui facilitent le travail, vous avez la possibilité de donner naissance, demain, à un environnement de travail plus positif et plus productif.

Guide : 7 moyens d’optimiser votre société

Vous désirez savoir comment être réellement maître de votre entreprise ? Téléchargez ce guide et ses bons conseils pour prendre le contrôle de votre gestion administrative et avoir toutes les rênes en mains.

Je télécharge le guide gratuit
1,438 lecteurs ont téléchargé ce guide
1,438 lecteurs ont téléchargé ce guide

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte email, nos tous derniers conseils.