Lecture en cours

Lecture en cours

Cinq conseils efficaces de jeunes entrepreneurs qui définissent leurs propres règles

Croissance & Stratégie clients

Cinq conseils efficaces de jeunes entrepreneurs qui définissent leurs propres règles

Une photo de jeunes entrepreneurs.

Quiconque a déjà voulu créer sa propre entreprise a probablement entendu la cohorte de clichés décourageants que cette création suscite.

Nous connaissons toutes et tous ces vieilles rengaines, qu’il s’agisse de « Il vous faut un capital de départ conséquent », de « Vous avez besoin d’un diplôme de gestion » ou encore de « Vous avez besoin de x années d’expérience ».

Ces répliques peuvent décourager même le ou la plus optimiste des entrepreneurs.

Nous avons échangé avec cinq entrepreneurs qui ont le vent en poupe, tous âgés de vingt-cinq à trente ans.

Ils nous ont confié que ces affirmations n’étaient ni vraies ni importantes, et ils ont révélé comment ils ont tracé leur propre voie vers le succès.

Ces entrepreneurs partagent leur expérience et expliquent comment ils ont réussi sans satisfaire aux exigences que beaucoup considèrent comme les fondamentaux de la gestion d’entreprise.

Dans cet article, nous abordons cinq de leurs idées clés (plus un conseil bonus) pour vous aider à briser les clichés et à réaliser vos rêves de start-up.

Voici les thématiques abordées dans cet article :

1. Jack Parsons, The Youth Group : « J’évite les business plans vraiment importants ».

Lors de la création d’un business plan, de nombreuses personnes se lâchent et finissent par rédiger des centaines de pages, alors qu’en réalité, ce n’est absolument pas nécessaire.

Jack Parsons a créé son entreprise, The Youth Group, avec un plan d’affaires d’une seule page. Selon lui, les seules choses à savoir, c’est votre quoi, votre pourquoi et votre comment.

Commencez par décider du secteur dans lequel vous voulez travailler et de ce que vous voulez vendre.

Passez ensuite à la raison de la vente. Vous devez savoir pourquoi les gens seront intéressés par votre produit et ce qui le distingue de la concurrence.

Enfin, vous devez réfléchir à la manière dont vous allez le vendre, le promouvoir et le financer.

Et tout est dit.

Ce sont les principes de base que vous devez avoir définis.

Il est inutile de rendre les choses très compliquées et d’écrire des pages interminables, alors que cela peut être aussi simple que cela.

Comme le dit Jack, « J’évite les business plans de 70 pages, parce que vous ne savez pas ce qu’il y a à la page 65, parce que vous écrivez probablement juste pour le plaisir d’écrire. »

Lorsque d’autres personnes liront votre business plans, elles vivront la même expérience. Alors, soyez concis et percutant.

Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une page indiquant ce que vous voulez réaliser au cours de votre première année.

Jack n’avait pas tout prévu, et il ne l’a toujours pas fait. Il prend chaque jour comme il vient. La plupart des entreprises n’ont pas planifié tous les détails d’emblée.

Une entreprise s’adaptera et évoluera des centaines de fois.

Comme le souligne Jack, « votre plan changera au moins 300 fois, et, dans six mois, il sera complètement différent du plan de départ. »

Éléments clés à retenir

Si vous envisagez de rédiger un business plan, ou si vous n’êtes pas sûr d’en avoir besoin, pensez simplement à ces trois choses : votre quoi, votre pourquoi et votre comment.

Définissez des objectifs pour la première année et réfléchissez à ce que vous voulez réaliser.

N’essayez pas de tout comprendre et laissez-vous porter par le courant. Assurez-vous que vos objectifs principaux sont simples et durables.

2. Amani Zubair, Tresor : « Aujourd’hui, l’expérience n’est pas vraiment essentielle ».

Beaucoup de gens pensent à tort qu’il faut avoir des années d’expérience ou de connaissance du secteur pour pouvoir entrer dans le monde de l’entreprise.

Vous ne pouvez pas savoir par où commencer ou comment gérer une entreprise prospère sans expérience, n’est-ce pas ?

Eh bien, détrompez-vous, ce n’est pas vrai !

Amani Zubair a arrêté d’étudier.

Elle n’avait ni expérience ni diplôme, mais elle s’est lancée dans le commerce électronique par l’intermédiaire de Depop, une application de marché populaire pour les articles de mode.

Et c’est là que tout a commencé…

Elle a utilisé Depop pour lancer sa petite entreprise de bijouterie, en vendant des colliers et des breloques.

Aujourd’hui, elle vend des bijoux de haute qualité sur son propre site web, Tresor, grâce notamment à un investissement de Lord Alan Sugar.

Amani a un conseil important à donner à tous ceux et celles qui envisagent de créer leur propre entreprise : « Aujourd’hui, l’expérience n’est pas vraiment essentielle. »

« Nous vivons dans une génération où nous avons toutes les informations au bout des doigts. Nous avons la capacité d’apprendre absolument tout, à tout moment. »

Et c’est précisément ce qu’elle a fait.

Amani a appris à gérer une entreprise en faisant des recherches et en utilisant toutes les ressources à sa disposition. Elle a découvert comment commercialiser et promouvoir ses produits par le biais des médias sociaux, grâce à Google.

Elle a également découvert, comme beaucoup d’autres, que la meilleure façon d’apprendre est par essais et erreurs.

Même si vous aimeriez que votre entreprise fonctionne parfaitement dès le premier essai, la réalité est tout autre : dans la plupart des scénarios, ce n’est pas le cas.

Si vous avez peur de ne pas pouvoir créer une entreprise parce que vous n’avez pas d’expérience, prenez l’histoire d’Amani comme motivation.

Et celle-ci de constater : « Je n’avais aucune expérience lorsque j’ai commencé, même si cela pouvait aider. Si vous avez la motivation de franchir le pas, de vous former et d’obtenir les choses que vous voulez, vous pouvez le faire. »

Éléments clés à retenir

Forcez-vous à apprendre à concevoir, à créer, franchissez le pas et apprenez le marketing et les éléments de la finance d’entreprise.

Vous pouvez créer une entreprise sans expérience. Vous devez simplement être prêt à combler les lacunes de vos connaissances.

Même si l’expérience s’acquiert avec le temps, vous pouvez toutefois toujours apprendre de nouvelles choses.

3. Rebecca Cole, Fearless Keychains : « Les médias sociaux sont votre meilleur ami »

La technologie est en constante mutation. Elle change la façon dont nous promouvons les produits et influence les outils de marketing que nous utilisons.

Pour la fondatrice de Fearless Keychains, Rebecca Cole : « Les médias sociaux sont votre meilleur ami. Prenez TikTok, par exemple. Si je n’avais pas cette plateforme, je ne serais jamais arrivée où je suis aujourd’hui. »

Ces dernières années, cette plateforme a conquis le monde, avec 2,6 milliards d’utilisateurs actifs mensuels en 2021.

De nombreuses personnes utilisent TikTok comme plateforme pour faire de la publicité et promouvoir leurs entreprises et leurs produits, ce qui s’est avéré extrêmement efficace.

Rebecca a rejoint plusieurs communautés de petites entreprises, et a pris contact avec d’autres entrepreneurs. Ainsi, elle avait déjà 1 000 followers prêts à la soutenir, avant même de commencer à promouvoir sa propre entreprise.

Elle constate : « Nous avons construit une communauté d’environ 170 000 followers, et je suis toujours toutes ces petites entreprises aujourd’hui. »

Cela montre à quel point les médias sociaux peuvent vous aider et exercer un effet positif.

Les médias sociaux peuvent contribuer à faire connaître votre entreprise et vous pouvez les utiliser pour augmenter le nombre de personnes qui voient votre contenu.

Il s’agit d’une plateforme utilisée dans le monde entier, qui peut donc vous aider à développer votre activité à l’échelle internationale, comme l’a fait Rebecca.

Il est bien connu que TikTok est responsable de l’« explosion » ou de la croissance soudaine de nombreuses entreprises. Leurs vidéos deviennent alors virales, ce qui peut entraîner l’épuisement total de leurs produits en quelques minutes.

Fearless Keychains reçoit de nouveaux stocks chaque semaine pour essayer de répondre à la demande, mais les produits se vendent toujours en quelques heures.

C’est un résultat direct de la visibilité et de la publicité sur TikTok.

Éléments clés à retenir

Les techniques de marketing habituelles, comme les e-mails et les brochures, peuvent toujours être utilisées, mais l’histoire de Fearless Keychains prouve que les médias sociaux sont un atout considérable pour assurer le succès d’une entreprise.

Vous n’avez pas besoin d’être un as de la technique non plus. Tout le monde peut ouvrir un compte sur TikTok, Twitter, Facebook, etc.

L’essentiel est de faire preuve d’honnêteté et d’authenticité, donc de ne pas trop compliquer vos messages.

Si vous avez des doutes, ne vous inquiétez pas. Il existe de nombreux outils sur Internet pour vous aider à améliorer vos compétences en matière de médias sociaux et de marketing. Tout ce que vous avez à faire, c’est de les chercher.

Les médias sociaux peuvent amener votre entreprise à de nouveaux sommets.

4. Bella Hyland, The Hippy Designs : « Si vous n’avez pas de mentor, c’est une bonne idée d’être votre propre mentor »

Il est facile de se mettre des œillères et de se dire : j’ai besoin d’un mentor pour me guider dans les règles de l’art de la vie d’entreprise.

Si vous n’avez pas de mentor et que vous vous lancez seul, vous aurez peut-être l’impression que vous n’avez aucune chance.

Bella Hyland a fondé sa société d’inspiration spirituelle, The Hippy Designs, sans expert pour la guider sur la bonne voie.

Il n’est pas indispensable d’avoir un mentor, car vous apprendrez ce qui est le mieux pour vous et votre entreprise avec le temps et à la faveur du processus d’essais et d’erreurs.

Bella formule une bonne remarque à ce sujet : « C’est formidable d’obtenir des conseils de personnes issues des générations précédentes, mais n’oubliez pas non plus que beaucoup d’entre elles l’ont fait sans médias sociaux, et donc sans la possibilité de devenir virale de manière inattendue sur une plateforme particulière du jour au lendemain.

De très nombreux changements sont intervenus ces dernières années. Par conséquent, les conseils et les orientations que vous recevez des mentors peuvent être dépassés ou ne pas être pertinents pour votre entreprise.

Et Bella de souligner : « Je pense que beaucoup de propriétaires de petites entreprises issus de notre génération traversent une toute nouvelle dynamique de croissance des entreprises, dont nous sommes en train de découvrir tous les éléments. »

Dans un passé lointain, le scénario de « la vidéo de votre produit devenant virale sur les médias sociaux » et qui entraîne des milliers de commandes n’existait tout simplement pas.

Personne ne peut vous préparer à cela, vous devez juste prendre chaque jour comme il vient.

Au lieu de vous inquiéter de trouver un consultant en management qui a toutes les réponses, acceptez le fait que personne ne sait vraiment tout.

Vous apprendrez beaucoup au fil du temps, par l’expérience et même en commettant des erreurs qui contribueront à améliorer votre entreprise.

Bella a noté qu’il est utile de s’entourer de personnes partageant les mêmes idées et également motivées par la réussite.

Elle indique : « Si vous n’avez pas de mentor, c’est une bonne idée d’être votre propre mentor et de tester vos idées sur votre entourage. »

Éléments clés à retenir

S’il est sympa de demander de l’aide à ses amis, à sa famille ou à un conseiller, vous êtes la seule personne à savoir ce qui fonctionnera et ce qui est le mieux.

Comme le dit très justement Bella, « si vous atteignez soudain le creux de la vague, vous êtes la personne qui peut trouver la meilleure façon de gérer la situation. »

Devenir votre propre mentor participe peut-être d’un défi insurmontable, mais il vous poussera à vous écouter vraiment et à être plus confiant dans les décisions que vous prenez.

Faites confiance à vos décisions et entourez-vous de bonnes personnes.

5. Sare Goldman, Creative House : « Les études et/ou les diplômes de commerce sont certainement utiles, mais ne sont pas essentiels »

Il fut un temps où il était acquis que la plupart des gens devaient avoir un diplôme ou une qualification dans le domaine de la gestion pour pouvoir diriger leur propre entreprise.

De nombreuses personnes pensent sans doute qu’il s’agit toujours d’une condition nécessaire pour créer sa propre entreprise, mais nous sommes là pour vous dire que ce n’est pas le cas.

Sare Goldman est la fondatrice de Creative House, une entreprise de vêtements inspirante. Elle a lancé l’entreprise chez elle, avec seulement une idée et une imprimante.

Elle nous en dit plus : « J’ai commencé sans aucune connaissance du métier. Je ne savais même pas comment faire des affiches. »

Pas besoin d’être un expert en tout et de connaître les subtilités du fonctionnement d’une entreprise.

Si le fait d’avoir un diplôme peut être utile, vous pouvez également réussir sans diplôme.

« Mais ne vous méprenez pas, des études de commerce ou un diplôme en gestion peuvent certainement vous aider », tempère Sare, « mais ils ne sont pas essentiels pour réussir à gérer sa propre entreprise. »

La plupart des choses que vous devez savoir, vous les apprendrez sur le terrain et en les essayant par vous-même.

Comme chaque entreprise est spécifique, il n’y a donc pas de méthode universelle pour atteindre le succès.

Les personnes diplômées en commerce n’ont pas nécessairement des entreprises plus prospères, elles ont simplement un peu plus de connaissances.

« Il suffit de connaître son produit, de comprendre son marché cible et de savoir comment le vendre », explique Sare.

Toutes ces actions peuvent être réalisées sans diplôme ni même sans business plan, car Sare n’avait ni l’un ni l’autre.

Elle précise à ce sujet : « Je n’avais pas non plus de business plan et je n’en ai même jamais eu. Je trouve que l’évolution du marché et des tendances est à ce point rapide qu’il vaut mieux suivre le courant. »

Éléments clés à retenir

L’essentiel est de trouver ce qui fait mouche pour vous et votre entreprise.

Certains aiment avoir un diplôme, d’autres préfèrent apprendre sur le tas et prendre chaque jour comme il vient.

Faites ce qui vous semble bon pour vous et trouvez votre propre voie.

Conseil bonus : « Je ne pense pas que vous ayez besoin de capital lorsque vous débutez »

Jack Parsons a prodigué quelques conseils supplémentaires concernant le capital de démarrage. Voici ce qu’il en dit :

« Il y a quelque chose que les gens ne perçoivent souvent pas. En fait, je ne pense pas que l’on ait besoin de capital pour débuter une activité.

Vous devez d’abord rendre votre entreprise viable pour vous-même. Si cela signifie garder un emploi et lancer votre entreprise en tant qu’activité complémentaire, allez-y et lancez-vous. »

Ne vous sentez pas obligé de faire immédiatement de votre entreprise votre seule activité professionnelle si ce n’est pas une option viable pour vous.

De nombreuses entreprises prospères ont démarré en tant que projets secondaires ou sans fonds. Ce sont toutes des options intéressantes et réalisables à envisager.

Dans les premiers jours d’existence de votre entreprise, vous vous inquiétez peut-être de la difficulté d’attirer des investissements.

La réponse à cette inquiétude tient en 4 mots : ne le faites pas !

Il s’avère qu’il est beaucoup moins important d’attirer des investissements que d’obtenir des commandes et de conclure des contrats.

Votre objectif principal doit être de vendre.

« Si vous avez un seul client payant, vous faites 99 % mieux que toutes les start-up », souligne Jack.

Concentrez donc toute votre attention sur la constitution de votre base de clients et la création d’un flux de revenus fiable.

Éléments clés à retenir

Lors de la création de votre entreprise, vous rencontrerez de nombreux acteurs, dont certains deviendront peut-être des mentors et des amis.

Ils veulent que vous réussissiez dans votre entreprise et ils vous aideront souvent de toutes les manières possibles.

N’ayez donc pas peur de leur demander de l’aide et du soutien, et veillez à ce que vos principaux objectifs restent simples et durables.

Conclusion

En suivant ces conseils, nous espérons que vous trouverez le défi de créer votre propre petite entreprise juste un peu plus facile.

Le temps du pessimisme et des clichés est révolu, le temps de rédiger vos propres règles est désormais venu.

L’aventure ne sera peut-être pas facile, mais elle est un moyen de s’épanouir pour chacun d’entre nous.