Saison 3 : Bâtir une entreprise résiliente

Mike Berners-Lee Professeur, auteur et directeur de Small World Consulting

Que peut faire votre entreprise pour lutter contre le changement climatique?

Compte tenu de l’ampleur de l’urgence climatique, il peut être tentant de dire que rien de ce que vous pouvez faire dans votre entreprise ne suffira à faire la différence. S’il est vrai que vous ne pouvez pas résoudre l’ensemble du problème à vous tout seul, il est tout à fait possible de devenir une force significative pour faire avancer la cause de cet enjeu crucial. La question à se poser n’est pas seulement « Comment réduire nos émissions de carbone? Comment aider le monde à faire face aux changements climatiques? La réduction des émissions de carbone n’est qu’un aspect de la question, mais c’est un excellent point de départ ; voici donc un bref aperçu de ce que cela implique.

La première étape consiste à comprendre vos émissions de carbone. Le protocole sur les gaz à effet de serre divise ces émissions en trois catégories :

  • Champ d’application 1 – les émissions directes: Émises directement par les activités de votre entreprise, telles que le chauffage, la climatisation et les fumées industrielles.
  • Champ d’application 2 – les émissions indirectes: Émissions provenant de la production de l’énergie achetée, dont l’électricité est la plus importante
  • Champ d’application 3 – les émissions indirectes:  Les émissions du champ d’application 3 sont divisées en deux parties et couvrent les émissions rejetées en votre nom (en amont) et à cause de vous (en aval). Les émissions en amont se situent donc dans vos chaînes d’approvisionnement, tandis que les émissions en aval ont lieu après le point de vente, par l’utilisation de vos produits ou services, ainsi que par l’élimination des déchets, le transport et la distribution

Pour la plupart des entreprises, le champ d’application 3 en amont, c’est-à-dire vos chaînes d’approvisionnement, est l’endroit où se situent la plupart de vos coûts associés, ainsi que la majeure partie de votre empreinte carbone totale. Il n’est jamais possible de réaliser une évaluation totalement précise du bilan carbone de la chaîne d’approvisionnement, mais il est possible et important de disposer d’une estimation suffisamment bonne pour identifier les points chauds et vous permettre de mesurer vos progrès d’une année sur l’autre.

Après avoir réalisé une estimation suffisamment précise de votre empreinte carbone, il est temps de fixer des objectifs et de prendre des mesures

La dure réalité est que la science nous dit de ne pas laisser les températures mondiales augmenter de plus de 1,5 degré, ce qui implique des coupes importantes dans tous les secteurs d’activité. Le site web de l’Initiative pour des Objectifs Basés sur la Science (SBTi) est un bon endroit pour obtenir des conseils sur ce que pourrait être cette feuille de route de réduction pour une entreprise de votre secteur

Fixez-vous des objectifs à court, moyen et long terme

Le calcul est de 4,2 % par an sur une base linéaire, de sorte que la stratégie intersectorielle du SBTi réduit les émissions d’au moins 42 % d’ici à 2030 et de 90 % d’ici à 2050 par rapport aux niveaux de 2020 (avant de prendre en compte l’impact des absorptions de CO2 vous devez veiller à appliquer à votre chaîne d’approvisionnement la même démarche de réduction que pour vos émissions des champs d’application 1 et 2. Si vous estimez que cette trajectoire est trop abrupte, la mauvaise nouvelle est que l’adoption d’une solution moins exigeante pourrait réduire votre « écart de réalisation », mais ne ferait qu’accroître votre “écart d’ambition”. Il est donc indispensable de se fixer des objectifs ambitieux et de les atteindre. Vos objectifs doivent comprendre des objectifs à long et moyen terme, mais surtout des objectifs à court terme qui vous permettront de commencer immédiatement à réduire vos émissions de carbone.

Les compensations

Certaines entreprises aiment dire qu’elles ont adopté un objectif « net zéro » en « compensant » leurs émissions restantes. Je vous conseille de n’envisager cette solution qu’une fois que vous avez déjà défini et respecté une trajectoire de réduction des émissions conforme à la science, sans avoir recours à des « compensations ». Et toutes les « compensations » (je mets le terme entre parenthèses car je pense que le concept même de « compensation » n’est pas utile) que vous adoptez doivent être des suppressions de carbone, par le biais d’activités axées sur la nature, telles que la plantation d’arbres ou la restauration de tourbières. Enfin, si les projets que vous contribuez à financer ne satisfont pas à des critères très stricts en matière de responsabilité environnementale et sociale, ils risquent de faire plus de mal que de bien. Je vous conseille de réduire les émissions de carbone en fonction des données scientifiques avant de penser à l’objectif zéro.

Développez un modèle d’entreprise adapté au climat

Alors que le monde s’éveille à l’agenda climatique, il y aura des implications profondes pour chaque industrie. Faites de cette situation une opportunité plutôt qu’une menace en vous assurant que votre entreprise est prête à prospérer dans un monde qui réduit le carbone dans tous les aspects de la vie. Les entreprises qui procèdent à ces changements à temps et qui réduisent les émissions de carbone dans leurs activités et leurs chaînes d’approvisionnement sont celles qui prospéreront dans un où les émissions de carbone seront restreintes.

Abonnez-vous à l’infolettre de Sage Advice

Abonnez-vous à l’infolettre de Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte courriel, nos tous derniers conseils.