Lecture en cours

Lecture en cours

Business Vision 2020 Comment les fabricants dirigent habilement leurs affaires pour l’avenir

Retour aux résultats de recherche

Bien que les entreprises commencent à anticiper la conjoncture de 2020 pour planifier leurs stratégies pour l’année, nous savons que la technologie continuera de jouer un rôle crucial dans la façon de faire des affaires, alors que des innovations plus récentes et plus puissantes deviennent disponibles. Nous avions prédit en 2018 que 2019 serait l’année de l’essor de l’intégration pour les principaux domaines d’activité, tels que le financement, la paie, les RH et la comptabilité. La transformation numérique à travers le monde a alimenté ce changement, alors que les entreprises optent pour plus d’agilité, une meilleure flexibilité, et accomplissent davantage avec les données.

Nous nous concentrons maintenant sur 2020 en mettant l’accent sur l’industrie manufacturière, et de l’importante activité à partir d’un point de vue politique, législatif et social cette année. Comment la technologie aidera-t-elle les directeurs financiers et les PDG à naviguer dans les complexités émergentes? Quels sont les autres facteurs dont les chefs d’entreprise doivent prendre en compte, alors qu’ils planifient la croissance et l’expansion?

Tous les regards sont tournés sur la propriété intellectuelle et le commerce électronique

Un sujet qui commence à prendre de l’ampleur dans l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) est bien le risque de moratoire à l’expiration du commerce électronique, permettant à certains pays d’imposer des tarifs douaniers sur la propriété intellectuelle. Adam Prince, V.-P. de gestion de produit de Sage, a expliqué la façon dont cette situation pourrait avoir un impact sur l’entreprise.

« Entre les biens commerciaux et les services commerciaux, la plupart des accords de libre-échange concernent uniquement les marchandises. L’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) estime que 80% de la valeur du commerce international réside dans les services, car une certaine forme de propriété intellectuelle sera impliquée. Même une miche de pain est probablement faite avec du blé génétiquement modifié, ainsi le blé lui-même a une composante propriété intellectuelle.

« Le moratoire sur le commerce électronique a été introduit pour la première fois en Mai 1998, à la Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce, et a imposé un interdit temporaire d’ajouter de nouveaux tarifs ou barrières commerciales sur le commerce électronique sous toutes ses formes. Depuis lors, le « moratoire » a été renouvelé presque tous les deux ans, mais la surveillance a été resserrée en raison de la numérisation, et la diminution de la valeur correspondante des marchandises peut être imposée selon les procédures douanières traditionnelles. Encore aujourd’hui, la raison est que de nombreux articles, tels que les films, la musique et les nouvelles ne sont plus expédiés comme valeurs matérielles. Maintenant, si vous vous projetez vers l’avenir et constatez à quel point l’impression 3D s’est transformée au fil des ans; le marché de l’impression 3D nous permettra d’imprimer pratiquement n’importe quelle partie de matériel ou n’importe quel objet.  De plus, nous pouvons déjà effectuer la bio-impression et l’empreinte moulée. Et ce n’est pas de la science-fiction. Outre, le seul obstacle est donc l’économie d’échelle. À un moment donné, vous pourriez télécharger ce dont vous avez besoin comme modèle et l’imprimer localement ».

Adam ajoute, « Donc, si j’envoie un modèle de conception par voie électronique, comment les douaniers savent-ils la vraie valeur de cette marchandise? Comment taxer des marchandises qui traversent la frontière si elles sont intellectuelles? Le moratoire stipule de ne pas les taxer, car chaque fois que vous appliquez un droit de douane, vous ajoutez, par le fait même, une autre barrière conflictuelle au commerce mondial ».

« Et maintenant, le moratoire est menacé. L’Afrique du Sud, l’Inde, et quelques autres pays en sont mécontents, et ils cherchent à opposer leur veto à son renouvellement. Je pense qu’à l’avenir, alors que nous savons où se situe la propriété intellectuelle dans la chaîne logistique, nous commencerons à voir l’argument selon lequel moins de taxe devrait être prélevée sur le tarif douanier, en raison de la valeur des biens physiques, et devrait être plutôt traitée comme un service sur lequel plus de taxe serait appliquée indirectement via TVA ou U.S. Sales and Use tax selon le pays où vous vivez ».

 

Plus de répercussions des lois sur la confidentialité des données

La loi sur la protection des données comporte deux notions très distinctes mais entrelacées, par exemple, le flux des données et la localisation des données. La loi sur le flux des données limite quelles données peuvent circuler hors d’un pays, et elle existe normalement pour protéger les données personnelles. La loi sur la localisation des données exige qu’une copie des données demeure dans un pays, même si les données sont également partagées (ou circulent) dans d’autres pays, et peuvent être liées aux gouvernements souhaitant que leurs tribunaux puissent avoir accès aux données financières, de taxes ou toute autre information.

Dans l’ensemble, la réglementation sur la confidentialité des données a été au coeur des discussions continuelles au cours des dernières années, alors que la technologie évolue et les gens demandent plus de contrôle sur la question de savoir qui a accès à leurs données. La plus grande évolution dans la loi de la protection des données personnelles (p.ex. la loi du flux des données) a eu lieu en 2018 avec la mise en oeuvre du RGPD dans l’UE, suivi de Directive sur les services de paiement 2 (DSP2) en Septembre 2019, et le récent refus d’appel de LinkedIn en Californie qui a valu une injonction préliminaire en août 2017, demandant à LinkedIn de donner l’accès à hiQ Labs Inc aux profils des membres accessibles au public. Plus de 80 pays et territoires indépendants, y compris presque tous les pays d’Europe et plusieurs autres en Amérique latine, en plus des Caraïbes, de l’Asie et l’Afrique, ont maintenant adopté les lois exhaustives sur la protection des données personnelles.

La loi sur la localisation des données est également en évolution, par exemple, en Australie où l’Australian Tax Office (ATO) demande à un système qui envoie des informations fiscales à haut risque ou à volume élevé sur les entreprises australiennes ou individuelles, de conserver une copie des données sur le territoire australien ou obtenir la permission de le stocker ailleurs. Cela est similaire à la loi qui a existé en Allemagne il y a plusieurs années. La Russie en est un autre exemple qui conserve une copie des données personnelles en Russie, même si les données sont exportées ailleurs.

Les différences dans ces lois peuvent poser un problème aux fabricants qui veulent stocker des données sur plusieurs personnes dans différents pays.

« Si vous êtes en charge de la gestion de la sécurité des informations, cela peut coûter cher si votre entreprise cherche à se développer », a expliqué Adam. « Les tendances mondiales en matière de protection des données sont excellentes pour les individus, mais les différences en législation signifient que les fabricants peuvent s’attendre à continuer d’avoir besoin de ressources pour naviguer à travers ces complexités ».

Plus de moyennes entreprises récoltent les avantages de logiciel-service

CBI prédit que les résultats de 2019 marqueront un nouveau record pour US technology IPO grâce aux entreprises comme Uber, Lyft et Slack introduits à la bourse, et nous pouvons nous attendre à une nouvelle vague IPO « unique » à partir d’un segment de moyenne entreprise en 2020. En effet, les investisseurs et les investisseurs en capital-risque ont de plus en plus confiance dans le RCI pour l’analyse des données en nuage et la technologie du commerce électronique, motivés par des géants comme Amazon et Shopify.

Aberdeen Group a mené un sondage auprès de plus de 300 fabricants américains en 2019, et a révélé que la technologie infonuagique a permis une mise en œuvre plus rapide, une meilleure efficacité des coûts totaux du cycle de vie, une évolutivité, ainsi qu’un déploiement/des mises à niveau plus faciles. En éliminant les obstacles à la productivité et à l’efficacité, les fabricants qui utilisent la technologie basée sur le nuage sont 44% plus susceptibles d’avoir une visibilité dans l’état de tous les processus, et 75% plus susceptibles de recevoir des notifications automatisées pour les événements professionnels.

Pour 2020, Adam conseille aux fabricants d’investir dans la modélisation prédictive et la technologie de planification qui s’intègrent à leur solution ERP.

« Pour les organisations qui veulent être à la fine pointe, jetez un coup d’oeil sur les outils de vente et de planification opérationnelle. De cette façon, vous pouvez mieux prévoir les ventes et prendre en compte les fluctuations saisonnières. Vous pouvez définir les facteurs qui ont un impact sur vos ventes, par exemple, s’ils sont attribués à la température ou aux vacances, et les associer à différents scénarios pour constater leur impact. Il peut aussi être vertical spécifique à un marché, » a-t-il déclaré.

« Ensuite vous passez à la planification opérationnelle pour déterminer ce dont vous avez besoin pour optimiser la réalisation. Cela inclut soit un processus soit une fabrication en continu, en pensant à tout ce dont vous avez besoin dans le processus, y compris les ressources humaines. Par exemple, si vous êtes dans la fabrication en continu et construisez une machinerie lourde, vous aurez besoin de gens qui peuvent installer, former et l’entretenir. Ces services seraient ajoutés à vos ventes et également à vos processus d’exploitation ».

L’investissement dans les ventes et les opérations améliore aussi une meilleure planification des délais. Selon votre logiciel de gestion d’entreprise, vous pourriez obtenir tous les facteurs ayant un impact sur vos cycles de vente dans chaque région en un seul emplacement. Cette situation vous permettrait d’avoir une meilleure compréhension de la mixité géographique de vos clients et fournisseurs, et une meilleure perspective sur ce qui pourrait avoir un impact sur les délais.

Se préparer aux complexités de l’entreprise en 2020

Aux prises avec le Brexit, la guerre des tarifs, et les demandes des clients qui défient l’industrie, les fabricants devraient se concentrer sur trois domaines pour être assez confiants à s’ouvrir au changement, à apprendre et à s’améliorer, tout en naviguant de manière experte dans l’avenir.

Remplacez les applications traditionnelles. Même si vous avez déjà numérisé le processus manuel, les nouvelles capabilités et fonctionnalités repèrent maintenant ce qui est disponible.  Moderniser les applications peut également simplifier la technologie de l’information, et réduire le temps consacré à la gestion. Vous bénéficiez aussi des avantages des applications basées sur le nuage, tel expliqué plus haut.

Unifiez les systèmes d’exploitation et créez un écosystème riche. Rationaliser un environnement au lieu de s’occuper de plusieurs systèmes réduira la complexité. Cela permettra également à l’organisation d’adopter rapidement de nouvelles technologies. Découvrez comment votre entreprise peut transférer des données de manière transparente au sein de l’entreprise, et les partager avec vos partenaires. Vous aurez, entre autres, besoin d’une plate-forme pour vous permettre de tirer parti d’informations pertinentes pour créer de nouvelles sources de revenus pour aller de l’avant.

Déployez les outils d’automatisation et d’intelligence artificielle (IA), de même que la technologie. Il y a des possibilités d’augmenter la productivité et l’efficacité à l’aide des outils d’automatisation et de l’IA, ainsi que la technologie parmi tous les types de fabrication. L’automatisation robotisée des processus (ARP) est déjà largement utilisée dans plusieurs industries.