Lecture en cours

Lecture en cours

Le Cloud : premier partenaire de développement pour les entrepreneurs

Retour aux résultats de recherche

Les solutions Cloud peuvent parfois être perçues comme réservées aux grandes entreprises dont les équipes sont dispersées à travers le monde et qui pilotent de gros projets. Une vision erronée, car la souplesse du Cloud en matière de puissance, de fonctionnalités et de budget, est idéale pour les micro-entrepreneurs !

Conçus pour être aussi puissants, mais plus légers que leurs prédécesseurs « on premise », les outils Cloud accompagnent tout en souplesse les projets dans l’alternance de pics, de points bas et de pauses qui caractérisent le développement des jeunes pousses. Une élasticité indispensable pour une croissance sereine, mais aussi une valeur ajoutée importante pour l’entrepreneur, qui se déleste ainsi de préoccupations financières et techniques chronophages, pour se concentrer sur sa valeur ajoutée.

La souplesse pour accompagner votre ambition

La croissance, Graal des start-ups, peut être plus ou moins soudaine, progressive ou fluctuante. La capacité de l’entreprise à gérer ces changements d’échelle est scrutée de près : par les investisseurs pour la rentabilité et par les clients pour la qualité de service. Bonne nouvelle, les solutions Cloud facilitent cette équation du « scale up » !

En effet, c’est bien l’usage, et donc le besoin réel à un instant donné, qui détermine à la fois le niveau de puissance (usage à la demande) et le budget (« pay per use »). Cette élasticité permet de gérer les paliers de croissance qui exigent davantage de ressources, ou au contraire les retours à une plus petite échelle, parce qu’entreprendre, c’est aussi se tromper ! Et tout ceci, sans changer l’outil ni le prestataire avec lequel une relation de confiance est établie.

Cette élasticité est également précieuse pour gérer des variations momentanées, telles que les événements promotionnels ou les pics saisonniers. Il suffit d’ajuster à la hausse ou à la baisse la puissance dont vous avez besoin, et l’outil s’adapte !

Une charge financière et mentale allégée

Le Cloud a été naturellement pensé pour s’adapter très rapidement à des changements d’environnements liés, par exemple, à l’intégration de nouvelles langues, à des modifications dans la réglementation applicable, ou à un cadre juridique plus complexe. Ces éléments sont pris en compte sans interruption de service car ils ne nécessitent pas de mises à jour, et dans un cadre budgétaire maîtrisé grâce à la mutualisation des ressources (solutions « multi-tenants »).

De manière générale, le Cloud, comme toute solution « as a service », allège considérablement la charge financière liée à la maintenance des infrastructures : alors que les investisseurs veillent à la bonne utilisation des ressources financières, il est essentiel de générer de la charge plutôt que de l’immobilisation ! Et cette charge peut être ajustée au plus près, puisque les solutions Cloud fonctionnent structurellement « à l’usage ». Ainsi, l’entrepreneur est en mesure de piloter sa croissance sans nécessairement changer d’outils, renégocier un contrat, gérer des anomalies ou payer des pénalités. Un véritable levier d’optimisation de la trésorerie !

L’impact est également significatif en matière de charge mentale : l’entrepreneur, délesté des aspects techniques lié à l’outil, peut ainsi consacrer son temps et sa valeur ajoutée aux sujets stratégiques de développement de l’activité. Différentes solutions sur le marché vont plus loin et permettent également d’alléger la charge administrative.

Un levier de recrutement et de cohésion

Déjà avant le confinement, 48 % des salariés français étaient favorables au télétravail complet… et seulement 22 % des DRH ! Or, les outils Cloud vont dans le sens de l’histoire : davantage de travail nomade, d’appareils mobiles et interconnectés, d’équipes éclatées dans différents pays et continents. En s’appuyant sur une simple connexion Internet, les solutions Cloud s’affranchissent des lourdeurs liées à l’installation de licences sur poste fixe (« on premise »), mais aussi des fuseaux horaires différents et des risques de « conflits de versions » lors de projets partagés. Le Cloud et l’entrepreneur partagent donc un ADN empreint de nomadisme, de collaboration et de réactivité.

En accompagnant ces bouleversements sociétaux et en répondant à une demande des jeunes générations quant aux nouveaux modes de travail, le Cloud et sa philosophie deviennent un facteur important d’attractivité et rétention des talents, et donc de compétitivité – notamment pour des structures dont les moyens financiers limités ne leur permettent pas de rivaliser avec les autres sur un plan strictement salarial.

Mais il ne s’agit pas seulement de travailler, connecté à l’outil, chacun dans son coin à un bout du globe : toutes les solutions Cloud intègrent des outils de collaboration qui permettent de maintenir la cohésion des équipes, de les mobiliser autour du projet partagé. Par exemple, la possibilité de voir en temps réel l’impact de ses collègues, d’ajouter un commentaire à ses propres modifications ou de chatter pour mieux expliquer, sont autant de fonctionnalités qui, sous des dehors « gadget », fédèrent les équipes et créent du lien.