Lecture en cours

Lecture en cours

Soigner la communication digitale de son cabinet

Retour aux résultats de recherche

Pendant longtemps, le Code de déontologie de la profession a interdit les actions de promotion et de démarchage de nouveaux clients. C’est désormais possible depuis un décret de 2014. À vous les nouveaux supports de communication pour faire connaître les activités de votre cabinet et multiplier les prospects !

Créer un site attractif

Impossible aujourd’hui de ne pas avoir son propre site internet. Et, cela pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que nombre de vos prospects se renseignent, voire comparent, sur le net avant de confier une mission à un expert. Votre présence est donc obligatoire, mais doit surtout se démarquer de vos confrères. Communiquez avec vos clients en valorisant vos actualités, vos prestations, vos événements. N’hésitez pas à présenter vos missions, mais aussi vos collaborateurs. Rédigez des articles et des actualités qui intéressent vos lecteurs. Et, pourquoi pas publiez des vidéos thématiques pour mieux séduire et convaincre les internautes.

Booster votre référencement

Mais rien ne sert d’avoir un beau site internet si personne ne sait qu’il existe… Un bon référencement est indispensable et est trop souvent relégué au second plan. Il doit permettre de faire remonter le nom de votre cabinet en première page du moteur de recherche. En premier lieu, il faut travailler vos contenus pour optimiser leur référencement naturel (SEO). Cela consiste principalement à identifier des mots clés susceptibles d’être utilisés par vos prospects et en phase avec vos objectifs. Et, ensuite, à les incorporer dans vos titres et balises. Vous pouvez aller plus loin si vous disposez du budget nécessaire. Financez une campagne de mots clés, ces fameux liens sponsorisés qui apparaissent en tête d’une recherche. Et n’oubliez pas, un bon site internet est un site qui vit avec des publications fréquentes.

Miser sur les réseaux sociaux

Difficile également de faire l’impasse aujourd’hui sur les réseaux sociaux. Ils permettent de fédérer autour de vous une communauté de personnes qui ont les mêmes problématiques, et à laquelle vous pouvez apporter des solutions : diffuser des contenus appropriés, discuter en direct avec eux et leur permettre de le faire entre eux, tout en créant un sentiment de connivence. Sur Facebook, Twitter ou encore LinkedIn, veillez à la qualité des informations que vous délivrez. Préférez les contenus concrets, utiles pour vos futurs clients et bien sûr valorisant vos compétences. Et ne vous éparpillez pas en allant sur tous les réseaux sociaux. Si vous créez vos propres contenus, mieux vaut choisir un ou deux réseaux, et les alimenter correctement. Car, cela demande d’y passer du temps.

Engager des ressources adaptées à vos besoins

De nombreuses confusions peuvent être faites lorsque les entreprises souhaitent mettre en avant leur activité sur le web et que les recrutements sont lancés. Webdesigner, développeur web, community manager, webmarketeur… si les expertises de ces différents corps de métier sont spécifiques, elles peuvent apparaître floues. Afin d’éviter toute déconvenue, déterminez précisément les objectifs que vous souhaitez atteindre et soyez au fait des profils qui cadrent avec vos besoins. Pour les très grandes structures, il sera préférable d’avoir dans ses rangs un pôle dédié à la mise en avant de votre cabinet sur le web. En revanche, pour les autres, il sera plus réaliste d’externaliser les tâches. Ce qui, de plus, vous permettra une grande souplesse d’organisation. !

Les limites à ne pas dépasser dans votre communication

Attention, si le décret de 2014 autorise la profession à communiquer pour trouver de nouveaux clients, il pose tout de même quelques limites. Notamment, l’information communiquée doit être utile. La mise en oeuvre des actions de promotion ou de démarchage doit être discrète, de façon à « ne pas porter atteinte à l’indépendance, à la dignité et à l’honneur de la profession, pas plus qu’aux règles du secret professionnel et à la loyauté envers les clients et les autres membres de la profession ». Enfin, l’expression utilisée doit être décente et empreinte de retenue, et les contenus ne doivent comporter aucune inexactitude ni aucun élément de comparaison.

Pour aller plus loin :

Soigner la communication digitale de son cabinet