Lecture en cours

Lecture en cours

Recruter ou faire appel à un freelance ? Nous vous aidons à trancher !

Retour aux résultats de recherche

Recruter ou faire appel à un freelance ? Nous vous aidons à trancher !

Depuis quelques années, le recours au freelancing a le vent en poupe, y compris dans les grandes entreprises. Désormais, les managers et recruteurs sont souvent face à un dilemme : mieux vaut-il internaliser une compétence en signant un contrat classique, type CDI, CDD ou intérim… ou l’externaliser à plus ou moins long terme auprès d’un prestataire indépendant ?

Développeurs, graphistes, community managers…

Le freelance est un travailleur indépendant qualifié, sans salarié ni fonds de commerce qui exerce une profession intellectuelle. Typiquement, il évolue dans les métiers de la ʺtechʺ, du marketing, du digital ou du design. En 2016, on comptait 830 000 freelances en France, soit une augmentation de 126 % en 10 ans. La plateforme Hopwork, qui rassemble près de 40 000 profils de freelances revendique 31 000 entreprises clientes… et assure que 60 % des entreprises du CAC 40 ont déjà fait appel à ses services ! C’est le cas de BNP Paribas, L’Oréal, Carrefour ou d’Allianz, par exemple. Contrairement aux idées reçues, les freelances ne sont donc pas l’apanage des Startups. Aussi, pourquoi prendre la peine d’investir dans un recrutement long et onéreux quand on peut si facilement faire appel à un freelance ? A première vue, ce mode de collaboration ne manque pas d’avantages pour l’employeur, notamment en termes de coûts, d’agilité et de flexibilité. En réalité, la réponse n’est pas si évidente.

Projets ponctuels

Pour Karine Angleys, Dirigeante et Co-fondatrice du cabinet de recrutement Runtalents, ʺle freelancing est à privilégier quand l’entreprise a besoin d’expertises spécifiques et ponctuellesʺ. Autrement dit, c’est une option à envisager pour couvrir des compétences qu’elle n’a pas, ou qu’elle ne peut pas déléguer en interne faute de temps. Et qu’il ne serait pas utile d’internaliser sur le long terme. (Faire maquetter un rapport annuel en urgence ou développer une application web avec le langage AngularJS, par exemple) ʺLe recours à des freelances est plutôt adapté à une organisation en mode projet ; pas si une entreprise travaille en mode continu, et encore moins si elle est en forte croissanceʺ abonde Bernard Bourin, Directeur d’une Business Unit de l’opérateur de fibre très haut débit Linkt, qui a recruté des dizaines de collaborateurs cette année.

Parfois… l’entreprise n’a pas vraiment le choix

ʺLe freelancing, c’est un choix de vie. Certains freelances n’accepteraient un job en CDI pour rien au mondeʺ observe Karine Angleys. Ainsi, sur certaines compétences très pénuriques et/ou très prisées, en particulier dans le secteur IT, il est parfois plus facile et plus rapide de faire appel à des indépendants plutôt que de s’acharner à vouloir recruter. L’accessibilité de la ressource est donc aussi un critère à prendre en compte dans le choix d’internaliser ou d’externaliser une compétence – la question du coût mise à part. Cette tendance illustre bien la guerre des talents qui fait rage dans certains secteurs. ʺParfois, c’est le candidat qui dicte les règlesʺ résume Karine Angleys.

Dans certains cas, l’option freelance n’est ni réaliste ni judicieuse

ʺDès lors que les besoins de l’entreprise sont récurrents et stratégiques, il semble difficile de confier une mission à un freelance, hormis peut-être le cas spécifique du manager de transitionʺ explique l’experte. Sans compter la question du management, qui peut s’avérer épineuse. ʺAvec un freelance, on est souvent dans une relation ʺclient/fournisseurʺ ; les valeurs et la culture ne sont pas toujours partagéesʺ juge Bernard Bourin. Et pourquoi ne pas tester un candidat en freelance avant de le recruter ? L’idée est séduisante… mais souvent mauvaise. ʺL’internalisation d’un candidat qui a travaillé longtemps en freelance est un point de vigilanceʺ conclut Karine Angleys. Le choc des cultures, encore une fois. Le monde du travail est en pleine mutation, mais le recrutement classique a encore de beaux jours devant lui.

(1) Etude « Le freelancing en France », Hopwork/Ouishare, janvier 2017

Les données clés pour manager vos ressources humaines

Téléchargez gratuitement le livre blanc

Pour en savoir plus les solutions Sage