La quatrième révolution industrielle sera numérique ou ne sera pas

Publié il y a · 4 min de lecture

Au cœur de la quatrième révolution industrielle qui voit l’avènement de la transformation numérique, l’entreprise bouleverse ses modèles opérationnels et commerciaux grâce à de nouvelles technologies. Se réinventant continuellement en cycles itératifs riches en innovations, cette nouvelle économie ouvre à l’entreprise de nouvelles perspectives d’évolution et la condamne dans le même temps à tendre vers toujours plus de croissance et de performance. Son plus grand défi ? devenir native numérique : penser et agir numérique à tous les niveaux. D’ici 2020, 50% des activités des entreprises dépendront de leurs capacités à créer de nouveaux services, de nouveaux produits et de nouveaux modèles tous issus de l’ère numérique.

La particularité de cette quatrième révolution industrielle ? La diversité des nouvelles technologies, sa large gamme de méthodes et de modèles qui combinent les mondes physique, numérique et biologique, impactant toutes les disciplines et tous les secteurs. Ses incroyables perspectives redéfinissent même le rôle de l’humain à l’heure de l’intelligence artificielle et des robots.

La​ ​révolution​ ​informatique​ qui sous-tend la transformation numérique s’est ​déroulée​ ​en​ ​trois​ ​périodes.

La​ ​première​ ​période​ ​a​ ​débuté​ ​en​ ​1945,​ ​c’est​ ​celle​ ​du​ matériel informatique ou Hardware, qui se poursuit de nos jours avec l’ordinateur quantique. Bill Gates déclare qu’il y croit beaucoup, même s’il avoue ne pas comprendre la théorie mathématique sur laquelle il repose¹. La deuxième révolution informatique, débutée​ ​en ​1985,​ est celle​ ​du logiciel ou​ ​​Software,​ ​qui​ ​poursuit son essor encore de nos jours. Avec l’évolution des appareils mobiles, nous parlons désormais d’applications ou d’apps. La notion de développement de programmes informatiques² n’est plus exclusivement réservée aux seuls informaticiens et sort du cadre des équipes purement IT depuis que des statisticiens, ou des data scientists par exemple, sont eux aussi rentrés dans la danse. Enfin, en​ ​​2005​ ​la période des​ ​​données ou Data​, dans laquelle nous évoluons aujourd’hui, a débuté​.​ C’est​ également là​ ​que​ ​l’on​ ​situe​ ​le démarrage​ ​de​ ​l’ère​ ​de​ ​la​ ​transformation​ numérique.​ ​​

Lorsque​ ​l’on​ ​parle​ ​de​ « transformation​ ​numérique​ », ​de​ ​quoi​ ​parlons-nous​ ​?

Les entreprises doivent ​dépasser​ ​l’idée​ ​que​ ​cela​ ​se limite ​à​ ​développer des applications, embaucher​ ​un​ ​Community​ ​Manager​ ou ​un​ ​Chief Data Officer. Certes, la transformation numérique ​est​ ​propulsée​ par ​la​ technologie​​, mais elle l’est également par l’évolution​ ​de leur​ ​​modèle ​économique et par la place qu’elles accordent à la donnée​.
Au quotidien, cette mutation se ​concrétise​ ​par le recrutement ou la formation de “​digital​ ​workers​” et par une réinvention​​ ​des​ ​processus​ ​commerciaux​ ​et​ ​industriels.
En réinventant​ ​de nouvelles​ ​stratégies, les entreprises sont en mesure de​ ​recruter,​ ​former et conserver​ ​les​ ​meilleurs​ talents​​ ​sur​ ​le​ ​marché et de​ se démarquer de​ ​leurs​ ​​concurrents. Ces stratégies reposent bien souvent sur un principe fondamental : placer l’expérience client au centre des préoccupations. Le groupe de cosmétique L’Oréal illustre parfaitement ce positionnement :

Début 2018, il a fait l’acquisition d’une société spécialisée dans la réalité augmentée, ModiFace, pour élaborer des technologies dont le but est de proposer à ses clients et prospects de tester de façon virtuelle et en 3D des maquillages, des produits de coloration des cheveux et même de procéder à des diagnostics de peau.

Et vous, prêt pour votre révolution ?

La transformation numérique est peut-être la plus fascinante des révolutions industrielles que le monde ait eu à entreprendre. Si ses promesses semblent être sans limites, nombreuses sont les applications qui peuvent être déployées dès aujourd’hui dans vos activités. En voici quelques exemples :

  • Le Cloud, qui permet de stocker et de traiter des données via des serveurs à distance, répond à plusieurs enjeux actuels de l’entreprise : la mobilité salariale croissante, la plus grande circulation des données ou encore la nécessité de l’immédiat, dans l’accès aux données ou dans leur transmission. Il améliore ainsi votre organisation, votre méthodologie, vos procédures, offre une accessibilité accrue et multiplie votre productivité.
  • Le Machine learning, un champ d’étude basé sur des approches statistiques, dote les ordinateurs de la capacité à apprendre de leurs données. Capables d’identifier des modèles au sein de grands volumes de données, les algorithmes sont capables de détecter des anomalies ou de faire des prévisions précises. Nombreuses sont ses utilités contemporaines, dans la cybersécurité notamment, mais aussi dans l’étude des comportements clients ou du langage humain³
  • L’Automatisation des processus robotiques mélange robotique et intelligence artificielle. Utilisées pour des tâches opérationnelles, ces machines accèdent à un plus haut niveau d’autonomie grâce à l’intelligence artificielle. Elle facilite la vie des employés qui peuvent consacrer plus de temps à d’autres activités à valeur ajoutée.

Ces quelques exemples ne sont qu’une infime partie des apports de la transformation numérique, suffisamment nombreux pour que vous trouviez l’outil qui vous correspond. Et si nous ne connaissons pas encore les limites, les conséquences et les implications de cette révolution, une chose est certaine : nous en sommes les auteurs.

Source :
1 Selon businessinsider.fr
2 On parle de coding
3 Ce pan du Machine learning est appelé Natural Language Processing (NLP), en français Traitement automatique du langage naturel

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte aux lettres, nos tous derniers conseils.