Lecture en cours

Lecture en cours

Télédéclaration fiscale au Maroc : Ce qu’il faut savoir.

Retour aux résultats de recherche

Aujourd’hui au Maroc, contribuables, particuliers, entreprises ou professionnels sont en mesure d’effectuer en ligne leurs déclarations fiscales, télé-payer et récupérer leurs attestations. Un basculement qui s’est fait progressivement, qui connait un réel succès. Les chiffres le confirment.  

Sur les dernières années, une révolution a été apportée par la Direction Générale des Impôts (DGI) à l’ensemble des procédures grâce à la digitalisation et la dématérialisation mises en place dans le cadre du plan Maroc Numeric 2020. Si l’ambition a été mise en avant en 2008, sa mise en place effective s’est faite de manière progressive pour ne jamais brusquer le basculement et pour permettre aux contribuables de pouvoir suivre le rythme et pour adapter leurs systèmes d’informations.

L’objectif premier a été d’instaurer un climat de confiance et de transparence entre l’administration fiscale et les contribuables en améliorant et en facilitant cette relation. La DGI a, à cet effet, mis en place plusieurs plateformes pour permettre cette fluidité.

C’est ainsi que depuis 2017, toutes les entreprises, quel que soit leur niveau de chiffre d’affaires, sont tenues de régler leurs impôts par voie de télédéclaration grâce au service SIMPL, qui contient SIMPL-TVA, SIMPL-IR et SIMPL-IS. Ceci s’est fait d’une façon progressive.

C’est en 2015 que la DGI a pris la décision de passer à la télédéclaration en obligeant les entreprises ayant un chiffre d’Affaires supérieur à 50 millions de dirhams de le faire sur ses plateformes. En 2016, c’était autour de celles avec un chiffre d’Affaires supérieur à 10 millions de dirhams, avant de généraliser pour l’ensemble des acteurs.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que la DGI ne cache pas sa satisfaction à la suite de cela. En 2019 par exemple, le nombre d’opérations dématérialisées effectuées dépasse les 14,7 millions, soit plus de 5 fois le volume enregistré en 2016 et en progression de 47% par rapport à 2018. Les télépaiements et les télédéclarations, quant à eux, concentrent 76% des opérations réalisées de manière dématérialisée durant l’année dernière.

Globalement, la digitalisation et la dématérialisation se sont traduites par des hausses importantes en termes de recettes brutes générées par la DGI. Entre 2015 et 2019, elles se sont améliorées de presque 40% passant de 117 à 162 milliards de dirhams, dont 88% ont été télé-payés. Les responsables de l’administration fiscale expliquent aussi que l’automatisation des processus ont aussi donné lieu à une amélioration du taux de conformité qui se situe en 2019 à 34%, ce qui correspond à un total de 7 170 déclarations déposées et 694,5 millions de dirhams recouvrés. 

C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont permis au Maroc d’améliorer son score au niveau du Doing Business. La composante “Paiement des impôts et taxes” est d’une importance capitale dans l’équation générale qui permet d’établir la note finale et ainsi le classement des pays. Sur ce volet, le Royaume s’est hissé du 41ème rang en 2017 à la 24ème place sur les 190 pays notés. Il faut dire que depuis 2012, la DGI et sa transformation ont permis au Maroc de faire un bond de 88 places.

Entrant dans les priorités majeures de l’état, le développement du programme de l’Administration en ligne, appelé communément E-Gov, semble être une réussite à la DGI et l’évolution des chiffres confirment aussi l’adhésion des contribuables.

Il faut dire aussi que les contribuables et plus particulièrement les entreprises ont vu dans la déclaration en ligne un nombre important d’avantages. Selon plusieurs dirigeants d’entreprises, le gain en termes de temps est considérable, le risque d’erreur est réduit et la conformité légale assurée.

La plateforme mise en place par la DGI offre aussi au contribuable la possibilité d’avoir un suivi méticuleux de la procédure et d’une façon transparente. Les dirigeants se réjouissent de pouvoir suivre leur dossier jusqu’à sa prise en main par les équipes de la DGI.

Et ça ne s’est pas arrêté au paiement et aux déclarations. La DGI a aussi rendu possible l’édition des états de synthèse conformes aux déclarations souscrites du résultat fiscal à travers la plateforme SIMPL. D’ailleurs, les adhérents des téléservices ont la possibilité de télécharger plusieurs attestations comme le bulletin de notification du numéro d’identification fiscale, l’attestation d’inscription à la taxe professionnelle, l’attestation du chiffre d’affaires, l’attestation de régularité fiscale, l’attestation de revenu, l’attestation de radiation de la taxe professionnelle et l’attestation de paiement de la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules.

Des nouveautés ont aussi été greffées à l’application mobile “DARIBATI”, mise en place par la DGI au mois de juillet 2019, et qui concernent la consultation de la situation fiscale (déclarations, versements, remboursements et restitutions, taxes et impôts émis…), le paiement, l’achat des timbres fiscaux.