Lecture en cours

Lecture en cours

Comment stimuler l’innovation en entreprise ?

Retour aux résultats de recherche

Comment stimuler l'innovation en entreprise

Comment stimuler l’innovation en entreprise ?

C’est un levier de compétitivité majeur, parfois même une question de survie. Si l’innovation est un enjeu central pour la majorité des entreprises aujourd’hui, parvenir à déclencher le changement est souvent long, engageant et complexe. Car innover touche directement à la culture d’entreprise et aux pratiques managériales. Au-delà de sa seule dimension technologique, l’innovation se niche potentiellement partout. Voici cinq pistes pour encourager les idées neuves et transformer l’essai.

1. Faire de l’innovation un pilier de la politique RH/formation

Innover doit être l’affaire de tous les collaborateurs, pas seulement la responsabilité d’une équipe ou d’un service dédié. C’est le postulat de départ pour insuffler une culture de l’innovation en entreprise. Reste que pour se concrétiser, cette démarche mérite d’être accompagnée voire même d’être institutionnalisée, sans quoi elle risque de rester au stade de l’intention théorique. Sensibiliser les collaborateurs aux enjeux et à l’importance de l’innovation pour l’entreprise, les former aux techniques du design thinking ou aux méthodes agiles sont des prérequis indispensables dans certains contextes. Ils ne sont toutefois pas suffisants pour inscrire durablement l’innovation dans le quotidien de tous les collaborateurs. Pour y parvenir, il convient d’aligner la politique RH et les pratiques managériales avec la stratégie d’innovation, en inscrivant cette valeur dans chaque fiche de poste et dans la trame de chaque entretien annuel d’évaluation.

2. Désacraliser l’innovation

L’innovation est un terme générique qui recouvre des réalités très diverses selon le secteur d’activité, la place sur le marché ou l’histoire de l’entreprise. Du point de vue des collaborateurs, l’innovation est parfois perçue comme un domaine forcément réservé à un petit cercle d’initiés hautement créatifs et spécialisés. C’est la figure de l’inventeur qui vient en tête. En réalité, l’innovation n’est pas seulement technique ou technologique et pas toujours fondée sur une idée ou un produit révolutionnaire. Elle peut être méthodologique, organisationnelle, incrémentale… et émerger partout dans les pratiques et processus de travail. Pour la stimuler, il convient d’abord de se mettre d’accord sur une définition propre à l’entreprise, prouvant à tous les collaborateurs qu’ils sont potentiellement des innovateurs en puissance, quelle que soit leur place dans l’entreprise. Une culture d’entreprise qui encourage la prise de risque et accepte l’échec (voire qui le valorise) est un terreau particulièrement fertile pour l’innovation.

3. Encourager la collaboration au-delà des silos et des zones de confort

La pluridisciplinarité et l’intergénérationnel sont deux principes qui contribuent, par nature, à l’innovation. Organiser le travail du quotidien en mode projet, avec de petites équipes composites, constituées sur mesure pour une période donnée, est sans doute la manière la plus efficace pour décloisonner les habitudes, libérer l’intelligence collective et faire émerger de nouveaux modèles. À condition, toutefois, de privilégier une structure non hiérarchique au sein des équipes projets. Plus largement, il s’agit de créer les conditions propices pour que des collaborateurs qui ne se ressemblent pas prennent plaisir à travailler ensemble et apprennent les uns des autres, quels que soient leur profil et leur niveau d’expérience. Des pratiques collaboratives qui réaffirmeront le sens de leurs activités respectives par la même occasion.

4. (Ré)organiser les espaces et temps de travail, y compris digitaux

Bureau individuel fermé ou flex-office ? Télétravail partiel ou full remote ? La question de l’environnement et des modalités de travail passionne autant qu’elle divise, chaque option ayant ses avantages et ses inconvénients. Une chose est sûre : pour innover, les collaborateurs doivent avoir du temps et un espace adapté pour communiquer entre eux, y compris quand ils ne font pas un travail de bureau. D’un côté, mettre à disposition des environnements de travail qui encouragent les échanges informels et la créativité est indispensable. D’un autre côté, promouvoir en interne les formats d’interactions propices au brainstorming ou au ‘makestorming’ (quand il est question de co-créer un prototype ou de hacker un produit ou un processus existant) n’est pas moins important. Ainsi, inviter tous les collaborateurs à consacrer une heure par mois ou une demi-journée par trimestre sur un sujet donné, dans une ‘creative room’ (virtuelle ou non) ou dans un fablab, est une manière très concrète de susciter l’innovation. De la même façon, généraliser le co-walking – ces réunions courtes en extérieur et en marchant – est une autre piste intéressante pour inviter les employés à changer d’air et de point de vue, au sens propre et figuré.

5. Aborder l’innovation de manière ouverte, en s’appuyant sur un écosystème élargi

Le principe fondateur du design thinking consiste à partir d’un besoin existant pour trouver une idée innovante, et non l’inverse. Cette démarche, qui met les utilisateurs et les parties prenantes au centre du jeu, invite les entreprises à privilégier une approche d’open-innovation, en particulier pour le développement de nouveaux produits et services. Pour en savoir plus sur les modalités de déploiement d’une stratégie d’open innovation, découvrez notre article dédié.

Rappelons enfin qu’une innovation ne se résume pas à une bonne idée. C’est un long processus qui cherche à déclencher le changement. Pour ce faire, les initiatives et idées innovantes doivent être documentées et pistées dès qu’elles émergent. Quant à la démarche d’innovation, elle doit être pilotée et évaluée régulièrement. Sur tous ces aspects cruciaux liés au management de l’innovation, la technologie a une valeur ajoutée évidente.

Pour déployer les outils indispensables à l’innovation, découvrez nos articles dédiés :