Définition

Gestion d’entreprise – les fondamentaux : définition

Optimisez vos processus de gestion d’entreprise et gagnez en productivité !

Les fondamentaux de la gestion d’entreprise

Définition de la gestion d’entreprise

La gestion d’une entreprise consiste à identifier les actions de nature à conforter la stratégie, à en piloter la mise en œuvre opérationnelle et, enfin, à en contrôler les résultats. Dit autrement, la gestion d’entreprise vise à rationaliser ainsi qu’à planifier la prise de décision opérationnelle, tout en optimisant l’utilisation des ressources, la cohésion des métiers et le développement de l’entreprise.

Les 3 leviers de la gestion d’entreprise

  • La planification
    Le plan de gestion d’une entreprise hiérarchise les objectifs opérationnels, identifie les actions à entreprendre et, enfin, optimise la contribution de chaque métier. De ce fait, un budget prévisionnel détaillé et des indicateurs de résultat donnent réalisme et crédibilité au plan.
  • La mesure et le contrôle
    La réalisation des actions est vérifiée et leurs résultats respectifs sont mesurés. Un système de reporting assure à l’entreprise un pilotage global de son plan d’actions et permet la mise en place éventuelle de correctifs appropriés en cas de décalage avéré entre les résultats obtenus et les objectifs affichés.
  • L’action et la réaction
    Un changement dans l’environnement, un aléa de production ou encore une modification soudaine des attentes clients peuvent survenir à tout instant. De ce fait, la gestion avisée de l’entreprise induit la capacité à anticiper les conséquences du changement, de manière à réagir dans les meilleurs délais face aux imprévus.

La bonne gestion d’une entreprise

L’organisation et la gestion des entreprises sont d’autant plus performantes qu’elles prennent en compte le facteur humain. La compétence en gestion d’entreprise inclut le management des hommes et des femmes, de manière à pouvoir donner du sens aux collaborateurs et pas seulement des objectifs. Le vocabulaire de gestion d’entreprise offre ainsi une large place à des notions comme la motivation, la reconnaissance ou la collaboration ! Par ailleurs, la gestion d’entreprise se subdivise en de multiples leviers d’action, dont la maîtrise et la conduite demandent respectivement des compétences souvent très spécifiques.

Parmi ces leviers, on peut citer des leviers :

  • financiers : gestion financière de l’entreprise ; comptabilité générale et analytique ; gestion fiscale ; gestion de la trésorerie.
  • de production : gestion des stocks ; gestion de production ; gestion des achats.
  • commerciaux : gestion commerciale ; gestion de la relation clients (CRM)
  • humains : gestion du temps de travail ; gestion du personnel ; de la paie ; et de la formation.
  • stratégiques : gestion de communication ; gestion de crise ; gestion des données.

Les incontournables de la gestion d’entreprise

Le pilotage

Le pilotage d’une entreprise consiste à identifier les signaux faibles pour anticiper les changements. Mais aussi, à collecter les informations pertinentes et à en analyser les impacts probables, de manière à prendre les décisions les plus adaptées au vu des objectifs stratégiques et du contexte.

Les indicateurs de pilotage

Le tableau de bord de gestion d’entreprise réunit des indicateurs personnalisés et les met en perspective. Ainsi, les décideurs peuvent disposer d’une information fiable et circonstanciée de la performance réelle de l’entreprise. Ces indicateurs peuvent être des indicateurs de performance commerciale, des indicateurs de production, des indicateurs comptables et financiers ou encore des indicateurs d’efficacité collective.

Les outils de pilotage

Déclinant la diversité des leviers d’action, la qualité globale du système d’information de gestion peut être sensiblement facilitée. De même, elle peut être optimisée par une gamme étendue de solutions automatisées de gestion d’entreprise. En effet, le cœur du dispositif correspond aux logiciels de traitement des données, gestion comptable, gestion de la paie et gestion de production

S’y ajoute un logiciel de gestion commerciale, indispensable pour exploiter au mieux le potentiel commercial de l’entreprise. Egalement pour accélérer les transactions ainsi que fiabiliser la rentabilité et le recouvrement.

Viennent enfin des logiciels dédiés à la performance économique, comme la gestion des stocks, la gestion de trésorerie ou la gestion des immobilisations.

Les atouts d’une solution automatisée de gestion d’entreprise

  • Gain de temps
    Les données sont centralisées : devis, factures, écritures comptables, tableaux de bords… Une seule saisie est alors nécessaire. En effet, les traitements sont 100 % automatisés.
  • Fiabilité
    Les tableaux de bord permettent d’anticiper et de décider à bon escient. L’entreprise pilote sa rentabilité et la disponibilité de ses actifs et de ses ressources.
  • Efficacité collective
    Le partage de l’information et des données permet la collaboration des métiers et des talents. Un système d’information unifié aligne les pratiques et les procédures.
  • Mobilité
    Les leviers d’action sont accessibles en permanence depuis un terminal connecté. Par conséquent, le pilotage de l’activité et la réactivité ne dépendent pas de la localisation du décideur.
  • Conformité
    Les obligations légales sont intégrées et tenues à jour dans les solutions de gestion d’entreprise. De ce fait, les taux et coefficients sont actualisés de manière automatique.

Les 5 points de vigilance de gestion pour le créateur d’entreprise

  1. La connaissance des prix de revient
    La connaissance précise de la décomposition des prix de revient des principaux produits et services est la base pour fixer des prix de vente cohérents. Mais aussi, pour disposer de la marge de manœuvre éventuellement nécessaire lors d’une négociation. Cette information est, par ailleurs, indispensable pour optimiser sa rentabilité et bâtir une logique de gamme.
  2. La maîtrise des frais fixes
    Création d’entreprise et gestion d’entreprise induisent une double vigilance. Pour construire dans la durée et disposer de fondations solides, la jeune entreprise doit savoir limiter ses frais fixes au démarrage, au profit des frais variables. En effet, les périodes de faible activité sont plus aisées à traverser sans un stock de dépenses incompressibles.
  3. La maîtrise du niveau de stock
    Un stock trop limité induit le risque de rupture, avec, pour conséquences, soit un manque à gagner, soit une explosion du prix de revient afin de produire en urgence une série limitée. Un stock trop élevé a, quant à lui, un coût difficile à supporter pour une jeune entreprise et génère des dépréciations. Le niveau de stock juste est un enjeu stratégique de la gestion d’entreprise.
  4. La vigilance sur les comptes clients
    Facturer dès la livraison de la prestation, et si possible facturer un acompte, est clef pour optimiser son stock de trésorerie. De ce fait, le suivi du respect de l’échéance par le client est naturellement le corollaire de cette bonne pratique de gestion. L’entreprise se doit de réagir avec célérité et détermination, mais de façon échelonnée, à tout manquement.
  5. La vigilance sur le panel fournisseurs
    La diversification du panel et la répartition des achats stratégiques entre plusieurs fournisseurs sont des actes de bonne gestion.  Ainsi, la jeune entreprise ne doit pas se trouver en situation de dépendance par rapport à un partenaire, qui peut soit tenter d’abuser de la situation, soit se trouver en incapacité de fournir, mettant à mal le cycle de production.

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte email, nos tous derniers conseils.