Lecture en cours

Lecture en cours

PME : qu’espérer d’une Newsletter et comment la valoriser ?

Retour aux résultats de recherche

pme-newsletter-communiquer-optimiser

Que vos newsletters atterrissent systématiquement en spams ou dans la corbeille de vos destinataires, voilà qui est décourageant. L’optimisation du fameux « taux d’ouverture » d’une newsletter dépend de votre stratégie marketing, mais aussi de bonnes pratiques techniques que nous vous dévoilons ici !

Quel taux d’ouverture peut-on viser ?

Le taux d’ouverture est le nombre de newsletters effectivement ouvertes, rapporté au nombre de mails arrivés dans la boîte mail de vos destinataires. Il est très variable, en fonction notamment :

  • De la méthode de collecte des adresses mail : les personnes se sont-elles inscrites grâce à la promesse intéressante que vous leur faisiez, ou parce que vous avez envahi leur écran de cookies ?
  • Du secteur d’activité : les transports, l’assurance, l’énergie et l’environnement, l’informatique, l’éducation et le monde associatif bénéficient d’une bien meilleure réactivité que les services B2B, les loisirs, la banque, les médias ou l’édition !

On considère généralement qu’un « bon » taux d’ouverture se situe entre 15 et 25 %. En 2019 en Europe continentale, le taux moyen variait autour de 22 %.

Newsletter : 7 bons réflexes techniques

Face à la multiplicité de boîtes mail (Outlook étant la plus capricieuse !) et de navigateurs auxquels vous vous adressez, il est primordial d’adopter une présentation simple. De plus, la newsletter est parfois transférée d’une boîte mail à une autre, ce qui peut casser le code originel, et donc le format. Voici 7 bons réflexes à adopter :

  1. Jouer sur la largeur
    Une newsletter doit mesurer 600 à 800 pixels de large, sans limite de longueur : les colonnes et contenus à la verticale sont donc à bannir.
  2. Evitez les polices rares
    Ayez recours à des typographies standard, disponibles quel que soit le système d’exploitation, ou à des polices Google Font, auquel cas un code intégré dans la newsletter indiquera à la boîte mail où aller chercher la police adéquate.
  3. Insérer des vidéos via un lien
    La newsletter est un mail, et ne peut donc accueillir de vidéo qu’en pièce jointe… Certains outils et fonctionnalités avancées offrent d’en intégrer, mais le résultat est décevant et ne fait qu’alourdir le tout ! Il vaut mieux intégrer un lien qui renverra vers le site où est hébergée la vidéo
  4. Ne pas intégrer trop de GIFs
    Ils alourdissent le contenu, sauf s’ils ont été préalablement optimisés pour le web. Comme tout mail, la newsletter ne peut dépasser 103 ko. Au-delà, le contenu est tronqué et risque d’être considéré comme du spam
  5. Oublier les arrière-plans sophistiqués
    Les aplats, dégradés et autres images de fond ne sont pas recommandés dans une newsletter.
  6. Utiliser un nom de domaine identifiable par le destinataire
    Le domaine utilisé par l’expéditeur de la newsletter doit être identifiable, c’est-à-dire relié à son serveur informatique. Cela permet d’informer la boîte mail destinataire que le message fait effectivement partie de son écosystème et n’est pas un spam.
  7. Penser multi-supports
    La newsletter est mobile responsive ou n’est pas !

Des outils pour vous faciliter la vie

Pour envoyer ses newsletters, il est possible d’utiliser WordPress (jusqu’à 1 000 destinataires quotidiens) ou des applications dédiées telles que MailChimp ou Sendinblue. Dans tous les cas, n’hésitez pas à faire de l’ « A/B Testing », c’est-à-dire envoyer plusieurs versions de mail (objet de mail, avec ou sans emojis, etc.) afin d’identifier la plus performante.

Pour les entreprises qui ont déjà une idée précise du contenu et du format souhaités, il est possible de confier la réalisation technique de la newsletter à un prestataire dédié. Le coût oscille généralement entre 1 000 et 1 500 euros pour obtenir un modèle optimisé et prêt-à-remplir.

Enfin, les newsletters s’appuient de plus en plus sur le langage MJML (plutôt que le HTML), qui réduit les problèmes de compatibilité et garantit que la newsletter s’affichera sur l’écran du destinataire exactement telle qu’elle a été conçue.

Vous avez désormais tous les éléments en main : il n’y a plus qu’à vous lancer !

Vous souhaitez découvrir d’autres leviers de fidélisation ou de génération de trafic sur votre site ? Découvrez la marche à suivre pour une stratégie social média impactante sur Facebook.