Dématérialisation fiscale : quels outils pour vos déclarations ?

Publié il y a · 2 min de lecture

Effectuer vos déclarations fiscales et payer vos impôts professionnels via les téléprocédures est devenu quasi obligatoire, à quelques exceptions près. Pour dématérialiser vos obligations fiscales, mieux vaut être équipé d’outils informatiques adaptés.

La dématérialisation fiscale se généralise

Qu’il s’agisse de déposer vos déclarations de résultats (BA RSI, BIC RSI, IS RSI et BNC, BIC RN, IS RN et BA RN) ou de payer votre impôt sur les sociétés, l’utilisation de la téléprocédure est obligatoire. Idem pour déposer une demande de remboursement de crédit de TVA, déclarer la TVA sur les services électroniques due dans les autres États membres de l’Union européenne (UE) ou déposer une demande de remboursement de TVA dans l’UE. Le dépôt de la déclaration de CVAE, son paiement ou le paiement de la CFE aussi… Ces dernières années, l’État a accéléré la généralisation de l’envoi électronique des déclarations et des paiements fiscaux professionnels. C’est une réalité à laquelle l’entreprise ne peut aujourd’hui plus se soustraire.

Deux modes de transmission existent

Pour réaliser cet échange dématérialisé des informations avec les services des impôts, deux modes sont proposés :
L’échange de formulaires informatisé (EFI) qui permet d’effectuer directement en ligne les déclarations et les paiements à partir d’un espace professionnel sur le site impots.gouv.fr ;
L’échange de données informatisé (EDI) qui entraîne la transmission électronique des déclarations et de certains paiements à partir des fichiers comptables, via un intermédiaire qui peut être soit un prestataire spécialisé agréé soit votre expert-comptable.

EDI et EFI : avantages et inconvénients

Avec le mode EFI, la saisie des données se fait manuellement en ligne, il n’y a pas d’automatisation possible puisqu’il n’y a pas de liaison depuis le logiciel comptable. Si ce mode peut être envisageable pour les petites entreprises, dont le volume des données est moindre, le mode EDI est plus adapté aux grosses structures. C’est un processus non seulement plus rapide et plus fiable, mais il permet en outre de transmettre de manière sécurisée les informations à la DGFiP et aux divers organismes(Banque de France, organismes de gestion agréés…).

S’équiper pour mieux dématérialiser

Mais pour transmettre ces informations via le mode EDI, il faut au préalable avoir élaboré ses liasses fiscales via des logiciels adaptés. Ces outils facilitent la gestion de vos obligations fiscales grâce à l’intégration des données de votre comptabilité dans les liasses fiscales et en évitant la ressaisie, vous évitant ainsi de ressaisir d’un exercice comptable à un autre les valeurs pérennes, telles que la liste des associés et des filiales. Ils proposent des assistants métiers qui réduisent le risque d’erreurs, ainsi que des contrôles de cohérence des données comptables.. Ils permettent également d’éditer des annexes personnalisées pour vos associés, actionnaires, partenaires bancaires, dépôt au greffe du tribunal de commerce… Avec la généralisation de la dématérialisation fiscale, ces solutions sont devenues aujourd’hui incontournables pour gérer vos liasses fiscales sereinement.

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte aux lettres, nos tous derniers conseils.

Poser une question