Lecture en cours

Lecture en cours

Décrypter un bulletin de paie, c’est pas (si) sorcier !

Retour aux résultats de recherche

bulletin-de-paie-net-brut-decrypter

Consciencieux et professionnel, vous avez envie de comprendre les rouages de chaque ligne de votre bulletin de paie. Voici quelques éclairages !

Première chose à savoir, les bulletins de paie ne sont pas tous identiques ! Le statut de la personne salariée entre bien sûr en compte, mais l’activité de l’employeur aussi, notamment en termes d’avantages pouvant être offerts par l’entreprise.

Voici toutefois les éléments généralement communs à chaque fiche de paie.

L’identification de l’entreprise

Nom et adresse de l’employeur, numéro de SIRET, code NAF ou APE, coordonnées de la caisse Urssaf, convention collective de branche…
Un certain nombre d’informations obligatoires exigées par le Code du Travail figurent sur le bulletin.
A cela s’ajoutent l’ancienneté du salarié, sa date d’entrée dans l’entreprise, son coefficient, niveau, indice ou échelon, le cas échéant.

Le nombre d’heures travaillées

Chaque mois, le bulletin de paie indique la période de travail (mois, semaine, jour(s) concerné(s) en cas de travail en intérim) ainsi que le nombre d’heures travaillées. Les heures payées au taux normal doivent être distinguées des heures supplémentaires donnant lieu à une majoration (incluant leur taux).

Si votre salarié est payé au forfait, sa fiche de paie doit indiquer la nature du forfait (forfait « heures » ou « jours »), le volume (d’heures ou de jours) ainsi que le montant du salaire brut correspondant.

Cotisations sociales et patronales : histoires de net, de brut et de superbrut

Si votre salarié touche effectivement un salaire net, dans les faits, vous lui versez un salaire brut. Ce dernier correspond au salaire de base additionné des cotisations sociales obligatoires payées par le salarié (cotisations salariales) et, le cas échéant, de primes éventuelles (13e mois, prime d’ancienneté, de bilan, de vacances, …).

Le brut comprend aussi les éventuels avantages en nature mis à disposition de votre employé (logement, voiture de fonction, prise en charge de frais de transport…). Ou encore, des tickets restaurants ou l’adhésion à une mutuelle d’entreprise.

Vient ensuite la notion de coût global et des fameuses cotisations patronales.
Si elle n’apparaît pas sur le bulletin de salaire, la notion de « superbrut » est le nerf de la guerre du calcul des salaires ! Et oui, car le superbrut correspond à la somme que vous déboursez réellement chaque mois pour rémunérer votre employé.
Pour le calculer, on ajoute au salaire brut les cotisations patronales obligatoires : sécurité sociale (allocations familiales, maladie, vieillesse, accident du travail), assurance chômage (Assedic), Fonds National d’Aide au Logement (FNAL), et régimes de retraite (assurance vieillesse, prévoyance, retraite complémentaire).
Enfin, d’autres prélèvements sont à la charge exclusive de l’employeur comme les différentes taxes et participations sur les salaires (formation continue, apprentissage, construction, etc.).

De manière générale, le net représente environ 78 % du brut.

Les congés payés

L’état des congés payés apparaît chaque mois, à jour, sur le bulletin de paie en cours. Si votre employé a pris des congés au courant du mois, leur date accompagnée du montant de l’indemnité correspondante figureront dans le détail du bulletin.

Vous l’avez compris la conformité de vos payes est essentielle.

Les tâches associées à la gestion et au traitement de la paye sont fortement administratives, répétitives et chronophages. Le contexte réglementaire complexe et mouvant pousse de plus en plus les entreprises à une externalisation, à différent degrés.

Paie : respect de la conformité, mode d’emploi

10 conseils et quelques repères légaux pour vous assurer la sérénité d’une conformité légale optimale

Téléchargez gratuitement le livre blanc

Sage propose différentes solutions de gestion de la paie pour réaliser les bulletins de paie et les déclarations associées, selon vos besoins.