Lecture en cours

Lecture en cours

Optimisation du BFR : une clé pour améliorer sa trésorerie

Retour aux résultats de recherche

Optimisation du BFR : une clé pour améliorer sa trésorerie

Diminuer l’incontournable Besoin en Fonds de Roulement reste pour les Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) et les grandes entreprises (GE) un moyen efficace d’améliorer leur trésorerie.

Le calcul du BFR est aujourd’hui commun à toutes les entreprises. Il résulte de la différence entre les dépenses nécessaires au déroulement de l’activité d’un côté (stocks, créances clients) et des dettes en cours de l’autre (sommes dues aux fournisseurs, salaires et taxes à payer).

Habituellement, les entreprises jouent donc sur ces leviers pour réduire leur BFR. La dernière génération des logiciels de gestion, les accompagne dans cette tâche en facilitant les rapprochements comptables et la communication avec les banques.

Recouvrir efficacement les factures clients

Faire respecter les délais de paiement accordés aux clients – en clair, faire rentrer du cash… – est la première mesure que les entreprises mettent en place, la plus simple aussi.
Un “bon” logiciel de gestion de la trésorerie suit en temps réel le règlement des factures en cours et automatise les relances.
Doté d’un historique de la relation entretenue avec chaque client, il permet de négocier en amont la baisse des délais en fonction de l’ancienneté, du montant des transactions, et des habitudes du secteur d’activité.

En cas de paiement tardif ou à risque, une solution logicielle permet aussi d’activer, en ligne, des solutions de recouvrement.

  • L’affacturage auprès des banques, avec des frais variant de 5 à 15 % du montant des créances cédées (1).
  • L’avance de trésorerie, service sans intermédiation et aux frais moindres, proposée par des opérateurs tiers, comme SAGE et son partenaire Finexkap AM.
  • En cas d’exportations, le crédit documentaire afin d’être payé directement par la banque du client.

Gérer le niveau des stocks

La gestion optimale des stocks de matières premières et de produits finis, mais aussi des encours de production, est un enjeu considérable pour les entreprises du secteur marchand et industriel. Elle est moindre, mais pour autant non négligeable chez les professionnels du service.

Là encore, un logiciel de gestion de la trésorerie permet de travailler dans une logique proche du flux tendu avec un suivi à l’instant t de l’état des stocks, des commandes en cours et des délais de livraison. Il aide à la décision pour la mise en place d’opérations promotionnelles visant au déstockage de certains produits finis. Il permet de réduire les stocks immobilisés ainsi que vos coûts d’achats grâce à une gestion maîtrisée des approvisionnements.

S’il exige un pilotage permanent et la mise en place de procédures claires, le recours à une solution numérique permet de diminuer les coûts liés aux approvisionnements et au stockage. L’ampleur de cette baisse varie en fonction du secteur et de la taille de l’entreprise.

Optimiser le poste fournisseurs et la TVA

L’amélioration du BFR peut aussi être obtenue par un allongement des délais de règlement aux fournisseurs. Comme cela est le cas pour le poste clients, un logiciel de trésorerie facilite la négociation par l’historique des relations entretenues et par une vision exacte du volume d’activité engagé entre l’entreprise et ses fournisseurs.

Le choix du régime de paiement de la TVA peut aussi jouer, à la marge, sur le BFR. En cas de solde débiteur, le régime simplifié permet de ne verser les sommes dues qu’à la clôture de l’exercice. En cas de solde créditeur, le régime réel normal et ses remboursements mensuels améliore mécaniquement le fonds de roulement.

(1) https://www.expert-comptable-tpe.fr/articles/combien-coute-laffacturage/http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-fiscalite/budget-financement/affacturage-ce-que-vous-devez-savoir_1508521.html

Pour en savoir plus sur Sage