Définition

BFR (Besoin en fonds de roulement) : définition

Notion incontournable pour tout dirigeant d’entreprise, le Besoin en fonds de roulement (BFR) est un indicateur clé pour bien gérer la trésorerie de votre entreprise. Il correspond en effet aux sommes nécessaires pour payer vos charges courantes de fonctionnement.

À quoi sert le Besoin en Fonds de Roulement (BFR) ?

Le BFR, ou Besoin en Fonds de Roulement, permet de calculer les fonds nécessaires à l’entreprise pour financer son activité au quotidien. Très concrètement, lorsque vous achetez du stock ou des matières premières, vous dépensez. Mais ces dépenses sont couvertes par les recettes de vos produits, qui eux, ne sont pas encore vendus. Ces décalages génèrent un besoin financier pour votre entreprise car il faut tout de même, pendant ce temps, continuer à payer le loyer, verser les salaires, etc.

Comment calculer le BFR ?

Pour calculer la valeur du besoin en fonds de roulement, il faut se reporter aux données figurant dans votre bilan comptable et appliquer une formule :
BFR = stock moyen + encours moyen des créances clients (c’est-à-dire le crédit accordé aux clients) – encours moyen des dettes fournisseurs (c’est-à-dire le crédit obtenu des fournisseurs).

Comment interpréter le résultat du BFR ?

Si le BFR est positif

Cela signifie que vos ressources ne couvrent pas vos emplois d’exploitation et que vous devez donc trouver un financement pour vos besoins à court terme. Il peut s’agir de puiser dans votre fonds de roulement si vous en disposez d’un.
En principe, le fonds de roulement provient d’un excédent des ressources à long terme (comme les apports en capital, les emprunts bancaires…) sur les besoins à long terme. Mais attention à ne pas trop puiser dedans sans qu’il se reconstitue, sinon vous entraînerez une dégradation de votre trésorerie nette.

Si vous ne disposez pas de fonds de roulement, vous devrez faire appel à une autre source de financement : vous pouvez par exemple demander un découvert bancaire, solution à réserver aux besoins peu importants, ou encore utiliser des apports en compte courant réalisés par les associés. Ces sommes mises à disposition devront être remboursées, voire rémunérées selon un taux déterminé avec les associés.

Si le BFR est nul

Dans ce cas, les ressources couvrent les emplois d’exploitation en intégralité. Il n’y a donc pas de besoin financier, mais attention il n’y a pas non plus d’excédent financier. Vous ne pouvez donc pas vous constituer une petite réserve d’avance…

Si le BFR est négatif

Lorsque le BFR est inférieur à zéro, vos ressources sont supérieures aux emplois. Non seulement vous n’avez pas de besoin financier, mais en plus l’excédent dégagé va permettre d’alimenter votre trésorerie nette.

Comment optimiser votre BFR ?

Trois éléments influencent votre BFR. Ce sont ces trois variables qu’il faut modifier si votre BFR est positif.

  1. Agir sur les créances clients
    Plus les délais de règlement des clients seront courts, mieux votre trésorerie se portera ! Pour cela, il faut inciter vos clients à payer comptant le plus souvent possible, voire leur proposer un escompte, c’est-à-dire une remise, s’ils règlent leur facture avant échéance. Faites également un suivi serré de votre poste clients pour relancer le plus tôt possible les mauvais payeurs.
  2. Optimiser vos stocks
    Pour améliorer votre BFR, il faut minimiser les délais de stockage des marchandises et travailler en flux tendus. Mais attention, cette gestion des stocks dynamique est un vrai challenge, car il ne faut pas créer de rupture d’approvisionnement.
  3. Négocier vos délais fournisseurs
    Cherchez à obtenir de vos fournisseurs les délais les plus longs pour régler leurs factures, tout en restant dans les limites légales.

Pour une bonne gestion de votre entreprise, calculez régulièrement votre BFR et n’hésitez pas à le comparer dans le temps pour vérifier que votre stratégie de gestion est sur la bonne voie !

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte email, nos tous derniers conseils.