Lecture en cours

Lecture en cours

Le paiement dématérialisé ou l’argent invisible

Retour aux résultats de recherche

paiement-dematerialise-argent-invisible

De l’apparition de la carte bancaire (en 1967) aux solutions de paiement mobile, il se sera écoulé une cinquantaine d’années. Entre ces deux formes de paiements électroniques, il y a eu le web et ses avancées spectaculaires en matière de transactions. En particulier le e-commerce qui a révolutionné nos habitudes de consommation et de paiement. Jusqu’où ira la dématérialisation ? Petit bilan anti-matière.

Le premier obstacle que la dématérialisation a rencontré, c’est la confiance. Et c’est le e-commerce qui a essuyé les plâtres ! Les utilisateurs se sont (très) lentement habitués à livrer leur numéro de carte bleu pour payer en ligne les biens de consommation convoités. Au début, pour pallier ce déficit de confiance, des solutions innovantes sont apparues.

Qui n’a pas entendu parler de Paypal ? Cet intermédiaire entre les consommateurs, leur compte en banque et la toile a rencontré un succès qui ne se dément toujours pas. C’est donc via la consommation que le paiement dématérialisé est définitivement entré dans nos habitudes.

En 2015, le marché a encore progressé de 14,3% (avec 64,9 milliards d’euros de CA en ligne). Soit bien plus que ce qui était prévu (10%). Les achats en ligne se sont normalisés avec 23 achats en moyenne /an et /personne pour 1780 € dépensés*. Le commerce traditionnel, lui, n’a pas autant progressé ! Pour 2016, le secteur du e-commerce prévoit un CA supérieur à 70 milliards d’€.

Dématérialisation obligatoire

La confiance aura mis du temps à s’installer. Mais, finalement, c’est presque l’intégralité de la population française qui a dû dématérialiser ses moyens de paiement. Et pas seulement pour acheter des biens de consommation.
En effet, l’État a organisé son propre système de télé-paiement. Les divers impôts, taxes et autres cotisations de la population se font désormais presque exclusivement via des plateformes de paiement internet.

La dématérialisation concerne tout particulièrement les entreprises qui n’ont plus le choix du mode de paiement (contrairement aux particuliers). Elles doivent toutes adhérer au prélèvement européen SEPA, l’Espace unique de paiement en euros, Single Euro Payments Area.

La dématérialisation facilite les paiements (taxes, déclarations, acomptes de TVA et autres cotisations URSSAF), sécurise les transactions, réduit la paperasse et augmente la traçabilité. Le virement est effectif à la date butoir de la déclaration, ce qui est également avantageux pour la trésorerie.
Tout ce temps gagné est aussi du temps de productivité supplémentaire pour l’entreprise !

Monde physique et dématérialisation

Depuis une dizaine d’années, nous assistons à un développement du paiement mobile via le smartphone. Nous allons donc vers une généralisation de ce mode de paiement via les opérateurs téléphoniques.
La confiance va croissant avec l’amélioration des technologies et avec la facilité d’usage qu’elles offrent, tant du point de vue de l’utilisateur que de celui de l’entreprise.
En effet, pour les entreprises ce système permet également de gérer l’avant et après achat : bons de réduction, suivi de livraison, cartes de fidélités intégrées, etc.

Mais il reste encore quelques questions à résoudre et autres réticences à lever : certaines données non sécurisées pourraient-elles être lues par un autre téléphone à l’insu de l’utilisateur ? Et que fait-on si le téléphone n’a plus de batterie ? Qu’en coûte-t-il de changer d’opérateur ?

Dans une société de plus en plus rapide et avec une génération montante de plus en plus connectée, il semble logique d’imaginer un avenir proche dans lequel l’argent aura physiquement disparu. Et n’oublions pas un aspect non négligeable de la dématérialisation : elle est écologiquement responsable !

Comment optimiser votre trésorerie grâce à la dématérialisation des factures ?

Téléchargez gratuitement le livre blanc
*http://www.zdnet.fr/