Lecture en cours

Lecture en cours

L’entretien professionnel : ce qui change en 2017

Retour aux résultats de recherche

entretien-professionnel

L’entretien professionnel : ce qui change en 2017

D’ici la fin de l’année, tous vos salariés en poste depuis plus de 2 ans devront avoir réalisé au moins un entretien professionnel, sous peine de sanctions. Ce nouvel exercice n’est pas qu’une simple obligation légale dans le cadre du CPF, c’est aussi un formidable outil stratégique dont les RH et les managers doivent s’emparer.

L’entretien annuel n’est pas obligatoire, quoique largement répandu. Au contraire, l’entretien professionnel n’est pas en option. Toutes les entreprises doivent proposer un « entretien professionnel » à leurs salariés, tous les deux ans. Et cela, dès lors qu’ils sont en poste depuis au moins 24 mois. Et, également, un entretien dit « renforcé » tous les 6 ans. Cette rencontre concerne également les salariés de retour dans l’entreprise après une longue période d’absence : congé maternité ou sabbatique par exemple.

Entretien annuel vs. Entretien professionnel

L’entretien annuel – souvent stressant pour le collaborateur – a vocation à évaluer des performances opérationnelles passées. Ainsi qu’à fixer des objectifs de court terme. L’entretien professionnel, quant à lui, se projette dans le futur. Il se place dans une perspective d’employabilité et de gestion des compétences. Objectif : articuler les souhaits d’évolution des salariés avec les enjeux stratégiques de l’entreprise.

Bénéfice n° 1 : optimiser la formation et objectiver sa GPEC

Cette rencontre d’un nouveau genre recèle d’informations précieuses pour l’employeur. Cela, dès lors qu’elle est bien préparée, bien outillée et qu’elle respecte son esprit originel. Elle lui permet notamment d’identifier les compétences existantes en interne. Mais aussi celles qui manquent ou celles qui seraient utiles. Cela afin de mieux anticiper le plan de formation. Grâce à la puissance logicielle, elle peut également affiner considérablement la démarche de GPEC de l’entreprise. Et, ainsi, lui permettre de gagner en compétitivité.

Effet collatéral : renforcer l’engagement des collaborateurs

L’entretien professionnel s’impose comme un outil de reconnaissance des salariés. Il doit être fondé sur un dialogue constructif et bienveillant entre un collaborateur et son employeur. Ils peuvent s’exprimer librement et s’impliquer activement dans leur propre développement personnel. L’entretien professionnel participe ainsi indirectement à augmenter le taux d’engagement des collaborateurs… et donc leurs résultats opérationnels.

En somme, quand l’entretien annuel vise à évaluer la performance passée des salariés, l’entretien professionnel contribue quant à lui à consolider leurs performances futures !

Le guide de la gestion de la performance : 4 stratégies gagnantes pour les responsables RH

Téléchargez gratuitement le livre blanc