Écriture comptable : Définition de l’écriture comptable

Écriture comptable

Il est obligatoire pour toute entreprise de tenir une comptabilité stricte qui répond aux normes demandées par l’administration. Les écritures comptables représentent la base des nombreuses opérations pour la gestion des finances de l’entreprise. Elles sont donc indispensables dans le but de produire une information financière optimale, lisible, et exploitable.

L’écriture comptable : une transcription financière d’un flux dans la comptabilité

L’écriture comptable retrace une opération financière, monétaire ou calculée du patrimoine ou des activités d’une société. Elle enregistre ainsi les flux financiers, économiques, commerciaux, courants ou encore exceptionnels dans les comptes de l’entreprise. L’ensemble des écritures comptables d’une entreprise alimentent ses états financiers que sont le bilan, le compte de résultat et l’annexe. Les écritures comptables sont enregistrées dans le journal comptable. Ces différentes informations sont ensuite transmises au grand livre comptable et à la balance comptable.

Les écritures comptables sont une opération courante et nécessaire dans toute comptabilité et servent à la bonne gestion de l’entreprise.

L’enregistrement des écritures comptables : des règles à respecter

Pour une comptabilité fiable et régulière, des règles sont à respecter, dont celle du principe en partie double. Il s’agit d’équilibrer l’ensemble des lignes d’écriture concernant une opération, c’est-à-dire que le total du débit doit être égal au total du crédit. En cas de déséquilibre, le journal ne peut être clos.

De plus, toute écriture comptable doit obligatoirement présenter une pièce justificative. Celle-ci peut être une facture, un relevé bancaire, une note de frais, un bordereau de charges sociales, un tableau d’amortissement, etc. Il est vivement conseillé de numéroter ces pièces comptables et de reporter leur numéro au cœur même de l’écriture comptable, ceci afin de retrouver facilement et rapidement le justificatif en cas de besoin.

La composition d’une écriture comptable

Toute écriture comptable doit comporter une date de valeur et une date de mouvement. La date de valeur concerne la date de l’opération (en général la date de facture). La date de mouvement est la date de la comptabilisation. En plus de ces informations essentielles, une écriture comptable doit contenir la référence du justificatif de l’opération, le libellé de l’opération, les comptes mouvementés par l’opération, le montant de l’opération et le sens du flux.

Une procédure importante pour l’entreprise

Saisir des écritures comptables est une opération très importante, car elle reflète les avoirs et les activités de l’entreprise en valeur monétaire. Elle sert de matière première aux états financiers. Les enregistrements comptables doivent être tenus de façon chronologique et continue dans les différents journaux (achats, ventes, opérations diverses, banque, caisses, paie…) afin de recueillir un bilan complet au terme de l’exercice comptable. En cas d’utilisation par l’entreprise d’un logiciel de comptabilité, les journaux sont dématérialisés et gérés de manière automatique. Ils sont mécaniquement réunis et centralisés dans le journal général.

Les divers résultats obtenus grâce aux écritures comptables permettent au chef d’entreprise de suivre et d’évaluer les performances de la société ainsi que l’évolution de son activité comme la rentabilité, ou encore les marges. Il s’agit donc d’un outil de pilotage efficace et pertinent, car il permet d’améliorer les résultats comptables, d’anticiper la prévision financière, de réaliser des économies et de simplifier la gestion de l’entreprise.

Une écriture comptable est donc une opération dont l’objectif est de traduire un flux sur le plan monétaire dans les comptes d’une entreprise. Elle est incontournable pour le pilotage et l’administration d’une entreprise, car elle permet de connaître et de suivre sa situation financière réelle. L’écriture comptable a en effet un impact direct sur la qualité de l’information financière.