Lecture en cours

Lecture en cours

BTP : les outils de gestion au service d’un recrutement optimisé

Management & RH

BTP : les outils de gestion au service d’un recrutement optimisé

BTP : les outils de gestion au service d’un recrutement optimisé

En cette période mouvementée, les besoins de main-d’œuvre sont difficiles à anticiper pour les professionnels du BTP, tout particulièrement pour les petites entreprises. Pourtant, la gestion des ressources humaines est indissociable du pilotage de l’activité, notamment pour faire face à une hausse des projets ou pour mieux gérer sa masse salariale. À ce titre, les outils de gestion de chantier – sources d’indicateurs pertinents – se montrent de plus en plus indispensables pour piloter son recrutement de manière efficiente et en temps réel.

Au sommaire de cet article :

Un secteur confronté à une pénurie de compétences

Après avoir accusé un recul d’activité de l’ordre de 15 % en 2020(1), le secteur du bâtiment est reparti de l’avant en 2021 et devrait, selon toute vraisemblance, poursuivre sa relance en 2022. Preuve de ce regain d’énergie, le secteur de la construction est celui qui affiche la plus importante progression d’intentions d’embauche (+ 21,7 % par rapport à 2019)(2).

217 610
C’était le nombre de projets de recrutement dans le secteur de la construction en 2021, au-delà de son niveau de 2019 (178 000 projets)(2).

Bien qu’il soit à la recherche de forces vives, le BTP est confronté à une dure réalité : 62,9 % des recrutements sont jugés difficiles par les employeurs(2). La situation est telle que François Bonhomme, sénateur du Tarn-et-Garonne, alertait le gouvernement sur le sujet en octobre dernier, soulignant que « l’activité ne cesse de progresser, les salaires augmentent, le secteur du bâtiment et des travaux publics est le premier secteur à former des apprentis, et pourtant les artisans et les entreprises éprouvent des difficultés à recruter »(3).

Des leviers identifiés pour optimiser le recrutement

Ces difficultés de recrutement s’expliquent en partie par les préjugés dont souffre le secteur du BTP et par le manque d’outils et de process adaptés :

  • une image dégradée auprès des jeunes : 31 % ont une mauvaise opinion du secteur(4) ;
  • une pénibilité jugée encore importante, malgré de nombreuses évolutions (limitation des charges lourdes, automatisation des tâches, etc.) ;
  • une rémunération insuffisante et des évolutions de carrière limitées ;
  • des services RH encore trop peu structurés, impliquant trop souvent le seul chef d’entreprise ;
  • un faible usage des ressources externes de recrutement (Pôle Emploi, agences d’intérim, CFA, lycées professionnels, etc.).

57 % des chefs d’entreprise du BTP déclarent ne jamais avoir recours aux ressources externes pour recruter(5).

Dans ce contexte, le secteur – par la voix de L’Observatoire du BTP – dresse six axes prioritaires pour améliorer la capacité des entreprises à recruter, en particulier pour les TPE(5) :

  • mieux anticiper les besoins de main-d’œuvre et les difficultés de recrutement ;
  • formaliser de manière plus précise les besoins, notamment en définissant les compétences recherchées et les critères de sélection ;
  • mieux articuler les différents canaux (Pôle Emploi, lycées professionnels, organisations professionnelles, etc.) et natures de recrutement (CDI, CDD, intérim, sous-traitance, etc.) ;
  • renforcer l’attractivité des offres d’emploi, notamment en travaillant sur la marque employeur ;
  • développer des modalités de test ;
  • considérer la période d’essai à la fois comme une période d’évaluation et d’intégration.

Les outils de gestion, gages d’un recrutement mieux anticipé

Ainsi, parmi les leviers identifiés par le secteur, l’anticipation des besoins de main-d’œuvre constitue l’un des principaux axes d’amélioration. Un point d’autant plus important qu’il va aussi permettre de mieux gérer la masse salariale et d’adapter rapidement les ressources aux besoins en présence, a fortiori en cette période où la situation peut évoluer très vite.

En la matière, les logiciels de gestion de chantier s’avèrent précieux pour avoir une meilleure vision de son activité et, ainsi, mieux quantifier ses besoins humains. Leur rôle ? Offrir à l’employeur différents indicateurs pertinents pour piloter l’activité en temps réel :

  • les indicateurs de ressources humaines : le volume d’heures de travail quotidien, le turn-over, le taux d’absentéisme ou encore de démission offrent une vision de la situation sociale et de l’implication des équipes, mais aussi des besoins immédiats et futurs de recrutement.
  • les indicateurs de management de la main-d’œuvre : le salaire horaire moyen, le montant des charges de personnel, la part des primes dans les charges salariales… autant d’informations qui vont notamment permettre de mieux comprendre le rapport entre la rémunération, l’implication des équipes et l’état d’avancement du chantier. De quoi, par exemple, inciter à repenser ses critères de rémunération.
  • les indicateurs d’efficacité : en fonction du taux d’avancement du chantier et des écarts de délai, il est possible d’anticiper un besoin de recrutement. Vous pouvez aussi vous baser sur le taux de malfaçons, le nombre de réclamations clients ou encore le taux de transformation des devis pour déterminer l’efficacité des ouvriers et des commerciaux. Des renseignements pouvant, une nouvelle fois, vous indiquer que des recrutements sont nécessaires.
  • les indicateurs RSE : taux d’accidentologie, ratio hommes/femmes, âge moyen des ouvriers, nombre d’heures de formation… autant de données relatives à votre responsabilité sociale et environnementale qui peuvent avoir leur importance. À titre d’exemple, elles peuvent vous faire comprendre que l’embauche de personnes plus expérimentées est indispensable.

Actu. En cette période de guerre en Ukraine et au vu de l’importante volatilité du prix des matériaux et du niveau élevé des prix du carburant qu’elle génère et qui affectent le secteur, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures fin mars pour aider le secteur.

Sources :
(1) Note de conjecture pour l’année 2021 – Observatoire des métiers du BTP – 2021
(2) Enquête Besoins en Main-d’Œuvre – Pôle Emploi – 2021
(3) Question écrite n° 24708 de M. François Bonhomme (Tarn-et-Garonne – Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 07/10/2021 – page 5726 – Sénat – 2021
(4) Baromètre d’affinité des millenials avec le BTP – BVA pour NGE – 2020
(5) Les pratiques de recrutement dans le BTP – Observatoires des métiers du BTP – 2021

Ces articles pourraient également vous intéresser :