Délais de paiement : pourquoi doivent-ils être au centre de vos préoccupations ?

Publié il y a · 3 min de lecture

Les retards de paiement peuvent affecter le développement et la viabilité de votre entreprise. Pour y remédier, des contraintes législatives sont applicables. Mais il existe aussi depuis peu des outils qui facilitent les règlements pour les clients, au grand bénéfice de votre trésorerie !

Les retards de paiement, un fléau en France

Selon les derniers chiffres de l’Observatoire des délais de paiement, en 2016 les délais moyens constatés de paiement entre entreprises s’élevaient à :

  • 44 jours pour les délais clients ;
  • 51 jours pour les délais fournisseurs.

Des délais stables depuis plusieurs années, mais longs et qui indiquent également qu’un tiers des entreprises paient en retard. Ces entreprises sont principalement de grandes sociétés, issues particulièrement des secteurs de la construction, du soutien aux entreprises, et de l’information et communication.

Des risques pour votre trésorerie

Plus les entreprises en retard sont grosses, plus les petites entreprises peinent à rééquilibrer le rapport de force existant. Avec des conséquences souvent dommageables, notamment au niveau de la trésorerie. Si en effet, vos clients paient par exemple en moyenne à 90 jours alors que dans votre secteur vous respectez les délais de règlement à 60 jours, vous allez vous retrouver avec un besoin de trésorerie à financer sur 30 jours, ce qui vous obligera à obtenir de votre banque une aide sous forme de découvert, d’escompte ou d’affacturage, ce qui impactera votre charge financière. Ce manque de trésorerie vous empêche à la longue d’investir, d’embaucher, et peut malheureusement vous contraindre à mettre la clé sous la porte.

Que dit la loi

La loi est intervenue en 2008 (Loi de Modernisation de l’Economie) pour réglementer le délai de paiement entre professionnels. Ce délai est aujourd’hui fixé par défaut à 30 jours. Il peut aller jusqu’à 60 jours à partir de la date de facturation (ou 45 jours fin de mois) si cela est précisé dans le contrat ou les conditions générales de vente (CGV).
Passé ce délai, le débiteur devra de plein droit des pénalités de retard dès le 1er jour de dépassement. Ces pénalités doivent être précisées dans les CGV. Elles consistent en un taux d’intérêt appliqué à la somme impayée et multipliée du nombre de jours de retard. Auquel il faut ajouter une indemnité forfaitaire de 40 euros pour frais de recouvrement si le débiteur est un professionnel.
Le dépassement du délai est également passible d’une amende de 75 000 euros pour une personne physique et de 2 millions d’euros pour une personne morale.

La prise de mesures par les entreprises

Dans la réalité, malgré ces dispositions légales, beaucoup d’entreprises peinent encore à réclamer leur dû. L’une des difficultés réside dans le fait de devoir prendre ce type de mesure coercitive qui peut influer négativement sur la relation commerciale avec le client. Il faut également consacrer du temps à effectuer des relances auprès des clients peu scrupuleux, du temps que les petites entreprises n’ont pas toujours…

Des outils pour améliorer les paiements

Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions qui facilitent la gestion des paiements. Elles consistent notamment à insérer un bouton « Payer maintenant » qui apparaît directement dans la facture et dans le mail que vous envoyez à votre client. Celui-ci peut alors régler immédiatement sa facture par carte bancaire, Paypal ou prélèvement (selon les options que vous aurez choisies et les préférences de règlement du client).
Parallèlement, une fois le paiement effectué, votre logiciel gèrera tout seul son rapprochement avec la facture réglée. Une écriture comptable sera créée sans ressaisie de votre part, et vous pourrez ainsi suivre votre trésorerie en temps réel.

Simplicité et rapidité

Ces nouvelles options de paiement en ligne et de prélèvement automatique simplifié présentent plusieurs avantages. Non seulement vous serez payé plus vite, en réduisant les retards de paiement liés aux oublis puisque votre client pourra payer immédiatement, et par un système extrêmement simple.
Mais vous limiterez aussi un certain nombre de tâches chronophages liées aux relances des clients en retard (appel téléphonique, courriers, mises en demeure…). Et vous éliminerez par la même occasion les saisies inutiles : une fois la facture réglée, elle sera automatiquement pointée avec le règlement reçu, règlement qui générera à son tour une écriture comptable. Votre trésorerie ne s’en portera que mieux !

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte aux lettres, nos tous derniers conseils.