Listen to

Listen to

L’ERP, colonne vertébrale de l’entreprise

Retour aux résultats de recherche

Ecouter Sage On Air sur :
Ecouter Sage On Air sur Spotify
Ecouter Sage On Air sur Deezer
Ecouter Sage On Air sur Google Podcasts
Ecouter Sage On Air sur Apple Podcasts
Ecouter Sage On Air sur Spotify
Ecouter Sage On Air sur Deezer
Ecouter Sage On Air sur Google Podcasts
Ecouter Sage On Air sur Apple Podcasts
L’ERP, colonne vertébrale de l’entreprise

L’ERP, colonne vertébrale de l’entreprise

Ne ratez pas un épisode

Abonnez-vous à Sage On Air Podcast

Abonnez-vous par email et recevez directement dans votre boite les podcasts qui vous intéressent.

S'abonnerS'abonner

La contribution de l’ERP démontrée par les retours d’expérience des clients.
En trois épisodes diffusés sur Sage On Air, la chaîne podcast dédiée aux enjeux de la gestion des entreprises, Sage explore en profondeur les ressorts de l’efficacité de l’ERP.
Aujourd’hui : la colonne vertébrale

Entretien mené par Alain Marty, Directeur de la Rédaction de CFO Radio.TV

Alain Marty
Bienvenue dans Sage On Air. Le podcast de Sage dédié aux enjeux de la gestion des entreprises.
Bonjour Céline.

Céline Bayle, Directrice Marketing Produits chez Sage
Bonjour Alain.

Alain Marty
Alors, votre chronique d’aujourd’hui s’appelle ‘’Colonne Vertébrale’’. Tout un programme !

Céline Bayle
En effet, la colonne vertébrale, c’est quelque part ce qui nous permet de tenir debout. Et, aujourd’hui, les solutions telles que celles de Sage, qui automatisent la comptabilité, les finances, la paie, la gestion de production ou la logistique, permettent à l’entreprise de tenir debout pendant la crise. Et bien sûr après.

Alain Marty
Prêt pour aujourd’hui et prêt pour demain.

Céline Bayle
Exactement.
Et c’est pour cela qu’on investit énormément. Pour donner plus de sérénité et de confiance aux dirigeants d’entreprise. Plus de productivité aussi.

Alain Marty
Et plus de productivité aussi pour les DAF !

Céline Bayle
Tout à fait.
Parce que les DAF sont les réels promoteurs des choix des solutions en général. Et, en particulier, les promoteurs de l’excellence opérationnelle au sein de l’entreprise.
C’est pourquoi, aujourd’hui, notre rôle est en effet d’apporter plus de productivité.
Que met-on derrière la productivité ? Quelles sont les nouvelles technologies qui nous permettent de le faire ? C’est l’automatisation, la RPA, l’IoT.
On en reparlera. Parce que nous avons des exemples éclairants à partager. Ainsi, prenons le cas d’Ermewa, en charge de la gestion de 45 000 wagons de fret ferroviaire.

Alain Marty
45 000 wagons !

Céline Bayle
45 000 wagons, c’est bien cela.
Ermewa a intégré l’IoT. A placé des capteurs dans chacun des wagons afin de pouvoir développer de la maintenance prédictive. Ainsi, derrière le mot productivité, il y a énormément de choses.
Il y a à la fois la capacité de réduire les coûts de l’entreprise, objectif à l’agenda de chaque DAF.
Il y a aussi la faculté de rebattre les cartes et de développer de nouveaux business models. En ce sens, le fait d’avoir des capteurs pour constater les pannes au plus tôt, voire les prédire, et éviter les incidents, est un véritable atout. Surtout multiplié par 45 000 wagons.
Dans la mesure où l’activité d’Ermewa relève de la gestion de biens. Métier dans lequel la disponibilité des actifs est stratégique, tant pour l’expérience des clients industriels qui utilisent les wagons que pour les investisseurs qui en tirent une rémunération.

Alain Marty
L’ERP devient ainsi une ressource pour traiter les problématiques potentielles et en réduire les conséquences par anticipation. Et de le faire valoir auprès des parties prenantes.

Céline Bayle
C’est cela.
Mais la digitalisation permet aussi, d’un autre côté, de développer des abonnements ou des facturations à l’usage, qui sont tout à fait le genre de business models que les DAF mettent en place dans leurs entreprises.
De même, on outille nos solutions d’automatismes et de moyens de pilotage à 360°. C’est un sujet qui revient souvent. Cela permet à nos clients d’être sereins dans leur business. Ils disposent ainsi d’une vision claire sur toutes leurs activités. Sur ce qu’elles coûtent ; sur ce qu’elles rapportent. Et le pilotage, pour le DAF, c’est un peu son empreinte, son ADN propre.

Alain Marty
Sa génétique.

Céline Bayle
Exactement.
Aujourd’hui, quand on parle à Stéphane Fradin, qui est le DAF du Ritz, ce qu’il nous dit, c’est que piloter en temps réel vingt-cinq entités dans l’entreprise, c’est un challenge fantastique. Et que si on n’a pas les solutions pour le permettre, alors on est perdu. Parce que l’on ne dispose pas de la vision pour accompagner les collaborateurs dans leur mission.

Alain Marty
Les DAF ont à cœur de sortir de leur sphère traditionnelle pour contribuer davantage à l’excellence globale de leur entreprise ou de leur groupe.
En quoi vos solutions, les solutions de Sage, nourrissent-elles la vision stratégique qu’évoque Stéphane Fradin ?

Céline Bayle
C’est là où nous arrivons à la colonne vertébrale !
L’ERP donne au Ritz la possibilité de relier tous ses processus. Un schéma end to end, comme on dit en anglais, lui permet d’avoir ce pilotage 360 holistique.
Mais aussi d’assurer la conformité dans l’entreprise. Et c’est un point important pour le DAF de s’assurer que la réglementation est à jour. Que les niveaux requis de qualité sont atteints.
L’excellence opérationnelle, c’est aussi permettre à l’entreprise de baisser son taux de rebut, d’augmenter son niveau de qualité, de baisser le nombre de pannes. Une dynamique vertueuse qui est celle de l’économie circulaire, dont on parle de plus en plus. Et le DAF est à fond dans cet agenda-là.
Quand nous évoquions tout à l’heure la maintenance prédictive d’Ermewa, nous parlions aussi d’accessibilité au plus grand nombre. Parce que, en effet, pour réussir à relever le défi de la réduction des coûts, du bon choix des gisements de croissance pour demain, le DAF ne peut pas être tout seul. Il partage ce challenge avec la plupart des collaborateurs et avec la plupart des directeurs opérationnels. Pour cela, il faut des ERP qui soient accessibles à tous, à toutes les activités, avec leurs propres indicateurs métiers.

Alain Marty
Donc, une vraie approche transverse.

Céline Bayle
Exactement.
Et les logiciels aujourd’hui ont cet ADN de pouvoir apporter la bonne information à la bonne personne au bon moment. Pour donner à chacun ce réflexe d’aide à la décision de la Direction Générale.
J’ai un autre excellent exemple à partager. Parmi nos clients, il y a un acteur qui fait des adjuvants pour le béton, qui s’appelle CHRYSO ; et qui est partout dans le monde. CHRYSO a participé à la construction du Mucem à Marseille, à la ligne TGV Rhin-Rhône, comme à la plus grande tour d’habitation au monde, haute de 450 étages à Bombay.
Des choses fabuleuses, des projets hors normes, des projets sur vingt ans. Quand on a ce type de projets, on a besoin d’avoir une visibilité sur la rentabilité de ses opérations au jour le jour. Et si on n’a pas un ERP qui permet de connecter toutes ces informations…

Alain Marty
Ça ne marche pas, en tout cas on prend de gros risques.

Céline Bayle
Exactement.
Donc, nous regardons comme notre responsabilité d’apporter ces solutions qui sont à la fois transverses et totalement transparentes. Parce que leur usage doit être simple ; pour que l’utilisateur soit libéré et qu’il puisse se concentrer sur sa prise de décision.

Alain Marty
Son vrai métier.

Céline Bayle
Et sa valeur ajoutée pour l’entreprise.

Alain Marty
On peut avoir l’impression parfois d’une surenchère permanente dans la promesse de valeur de la technologie. Comment faites-vous pour concilier cette réponse structurante, rassurante, avec l’innovation nécessaire pour rester dans la course ?

Céline Bayle
Réellement, on se concentre sur cette nouvelle posture du DAF, des fonctions financières dans leur ensemble, et des directions générales.
On focalise nos équipes R&D sur l’aide au DAF pour qu’il reste le gardien du temple, le dompteur de données. Parce que, finalement, la donnée, c’est la sève de notre décision.
Pour garder les reins de l’entreprise solides et voir plus tard quels seront les leviers de croissance. Donc, on investit en RPA, en IoT, en intelligence artificielle, qui vont s’intégrer petit à petit dans nos outils pour leur permettre d’avoir cette intelligence augmentée. Si on peut le dire comme cela. Leur permettre d’aller plus vite et puis de valoriser la donnée. C’est ce qui permet à nos entreprises d’être résilientes. Grâce à la vision sur leurs activités.

Alain Marty
Merci d’avoir écouté le podcast Sage On Air. Retrouvez tous les épisodes sur vos plateformes de streaming et sur ce blog Sage.

De la même série d’émissions, à découvrir prochainement dans le podcast Sage On Air, d’autres épisodes sur :

  • [#Sage On Air] L’ERP, levier d’innovation
  • [#Sage On Air] L’ERP, ferment d’intelligence collective

Abonnez-vous pour recevoir ces podcasts.

Renforcer son agilité grâce à un ERP intelligent, souple, flexible, agile et automatisé est un défi pour toutes les ETI. D’autres articles de Sage Advice proposent des contenus qui ouvrent de nouvelles perspectives :