Listen to

Listen to

[#Sage On Air] L’ERP, levier d’innovation

Retour aux résultats de recherche

Ecouter Sage On Air sur :
Ecouter Sage On Air sur Spotify
Ecouter Sage On Air sur Deezer
Ecouter Sage On Air sur Google Podcasts
Ecouter Sage On Air sur Apple Podcasts
Ecouter Sage On Air sur Spotify
Ecouter Sage On Air sur Deezer
Ecouter Sage On Air sur Google Podcasts
Ecouter Sage On Air sur Apple Podcasts
L-ERP-levier d-innovation_CB_episode02

[#Sage On Air] L’ERP, levier d’innovation

Ne ratez pas un épisode

Abonnez-vous à Sage On Air Podcast

Abonnez-vous par email et recevez directement dans votre boite les podcasts qui vous intéressent.

S'abonnerS'abonner

l’ERP, levier d’innovation : les retours d’expérience des clients le démontrent !

En trois épisodes diffusés sur Sage On Air, la chaîne podcast dédiée aux enjeux de la gestion des entreprises, Sage explore en profondeur les ressorts de l’efficacité de l’ERP.
Aujourd’hui : L’innovation

Entretien mené par Alain Marty, Directeur de la Rédaction de CFO Radio.TV

Alain Marty, Directeur de la Rédaction de CFO Radio.TV
Bienvenue dans Sage On Air. Le podcast de Sage dédié aux enjeux de la gestion des entreprises.
Bonjour Céline.

Céline Bayle, Directrice Marketing Produits chez Sage
Bonjour.

Alain Marty
Le mois dernier, nous avons parlé de la colonne vertébrale que donne l’ERP à l’entreprise. Aujourd’hui, votre chronique s’intéresse à l’innovation. Autre vaste sujet.

Céline Bayle
Innover, pour une entreprise, c’est vraiment se renouveler en permanence. Elle ne peut pas se reposer sur ses lauriers. Et pour ça, les entreprises françaises ont un vrai talent.
Notre rôle, nous, en tant que fournisseur de technologies, c’est d’être là pour les accompagner. Aujourd’hui, et surtout demain.
La thématique de la colonne vertébrale, c’est la thématique de la pérennité. L’ERP apporte en effet la solidité et la stabilité à l’organisation. Sa colonne vertébrale.
Mais l’ERP constitue aussi pour l’entreprise un fabuleux catalyseur d’innovation. C’est notre rôle en tant qu’éditeur d’enrichir nos solutions pour aider les entreprises à créer de la valeur.
Créer de la valeur, c’est lancer de nouveaux services, une nouvelle expérience client, de nouveaux business models.
Dans ce registre, nous avons des exemples à foison. La crise du Covid a poussé nos restaurateurs et nos hôteliers, à lancer des services en un rien de temps. Commerce en ligne, livraison à domicile, services à distance… On sait à quel point c’est difficile.
Pour appuyer leur imagination et servir leur envie, nos solutions réduisent les barrières à l’innovation. C’est notre mission. C’est en quelque sorte un rôle sociétal pour Sage.

Alain Marty
Servir les intérêts supérieurs, notamment la gastronomie et la restauration…

Céline Bayle
Aujourd’hui, on voit bien ce que la technologie, les objets connectés et la digitalisation dans son ensemble apportent à la relation client. Le commerce en ligne, les restaurants, les hôtels, mais aussi les distributeurs traditionnels doivent tous être capables de couvrir ce que l’on appelle le dernier kilomètre. Être capables d’aller livrer leurs clients.
En un rien de temps, ils ont dû se réinventer pour associer en moyenne une livraison à 30 % de leur activité. C’est énorme. Si l’on n’est pas organisé, si l’on n’a pas les outils pour, on ne peut pas démultiplier, on ne peut pas accélérer.
De plus, aujourd’hui, les attentes des collaborateurs et celles des clients du B to B sont exactement similaires aux attentes des consommateurs. Une entreprise n’attendra plus 3 à 4 jours pour être livrée.
Considérons, par exemple, les entreprises du médicament. Sage accompagne en particulier une entreprise pharmaceutique chinoise. Presque du jour au lendemain, cette entreprise a dû réduire ses délais de livraison. 2 ou 3 jours, c’est énorme en termes d’opérations !
Avec la colonne vertébrale, nous parlions d’excellence opérationnelle. Là, on est vraiment sur le renouveau. L’innovation, c’est proposer une nouvelle expérience client.
Je parlais à cet épicier mondial, qui livre des fruits et légumes partout dans le monde, dans des épiceries fines. Et qui dit aujourd’hui : « Je dois changer la façon dont on achète un avocat ou une mangue. Aujourd’hui, je veux que le consommateur puisse prendre son téléphone mobile, flasher un QR code et disposer de toute l’information. Où le produit a été développé. Avec quels éventuels pesticides il a été traité. Etc… ». On est vraiment dans la traçabilité, de la graine à l’assiette. Et ça, qu’est-ce qu’il le permet ? C’est la blockchain.

Alain Marty
L’apport de la technologie est fondamental.

Céline Bayle
Notre ERP appartient à une génération nouvelle. Les technologies qui y sont embarquées permettent à nos clients d’aller au bout de leurs convictions. J’emprunte à Gilles Babinet l’idée que notre ERP est un peu la sève de la transformation.
La sève de la transformation, c’est la technologie au service du fabuleux talent d’innovation, de création d’idées, des entrepreneurs que nous accompagnons. Dont le DAF. Parce que le DAF aussi est un réel promoteur de nouveaux business models. Il agit en architecte des nouveaux business models au sein l’entreprise.

Alain Marty
Le DAF est justement très attendu pour étayer les intuitions et éviter que l’entreprise ne confonde réinvention et dispersion. Qui sont évidemment des choses bien différentes. Concrètement, comment l’aidez-vous ?

Céline Bayle
Le DAF peut aujourd’hui effectuer des choix éclairés car il se nourrit de la data de son entreprise. Le fait de disposer au sein de l’ERP de technologies qui tracent, exploitent et enrichissent l’information de l’entreprise lui permet d’identifier les leviers de croissance de demain. Pas seul, évidemment. Le DAF est en business partnering avec les directions opérationnelles.
Je voudrais évoquer une entreprise qui s’appelle Adelya, spécialisée dans la formulation et la livraison de produits d’hygiène professionnels. Adelya est très engagé sur la réduction de l’empreinte carbone et sur le développement de nouveaux business models.
Pour transformer leur approche, son DAF et son Directeur Général ont réfléchi à partir de la technologie qu’ils avaient à disposition.
De fil en aiguille, ils sont parvenus à imaginer de développer une armoire connectée sur la base des ressources de l’IoT, qui interagissent avec leur ERP. Adelya, acteur d’une activité on ne peut plus traditionnelle, a réussi à changer de modèle, pour passer à la consommation, et donc à la facturation, à l’usage.
Jusqu’à présent, Adelya livrait des fûts de matières liquides selon une approche logistique, dans le cadre de contrats, de tournées, de la capacité de stockage de ses clients ou de leur anticipation plus ou moins juste des consommations à venir.
Aujourd’hui, Adelya ne livre plus que de la matière active, le mélange avec l’eau se faisant sur place. Et c’est l’armoire connectée qui provoque le réassort, en fonction de la consommation réelle des produits.
C’est une révolution à deux titres : pour la nature, avec beaucoup moins de transport. Pour les clients, qui se voient facturés strictement à l’usage. C’est très nouveau. On en parle beaucoup dans le B To C, mais finalement, dans le B to B, c’est possible aussi.

Alain Marty
C’est un nouvel usage à installer. Une nouvelle façon de penser, en tout cas.

Céline Bayle
Exactement.
Et cela est possible parce que nous mettons à leur disposition de la technologie. Sans cela, ça n’existe pas. Ce que je trouve très vertueux, c’est que c’est à la fois moins de charges pour les techniciens, moins de déplacements et qu’à la fin, l’impact RSE de l’entreprise est sensiblement amélioré.

Alain Marty
Tout le monde est gagnant.
Pour réussir ce tour de force, pour être un peu le parrain de la réinvention, le DAF doit avoir des antennes partout et une prise directe avec la réalité des différents terrains de jeu, si on peut dire. Comment peut-on lui donner les moyens de comprendre tout ce qui se passe, notamment loin de ses références habituelles ?

Céline Bayle
Le DAF est très curieux. Notre rôle est de lui donner les outils pour aller au bout de sa curiosité. Grâce à l’association de l’ERP avec les solutions de Business Intelligence que nous mettons à sa disposition, le DAF peut aller consulter toutes les chaînes de valeur de l’entreprise. Il peut ainsi mieux repérer les opérations où un effort de réduction de coûts aurait le plus d’impact. Mais il est aussi en capacité de discerner les gisements d’innovation. Par exemple, revoir le modèle de facturation.
C’est ce poste de vigie qui lui permet d’être promoteur d’innovation à valeur. D’insuffler de nouvelles façons de faire. Connecter l’entreprise avec tout son écosystème, pas seulement avec ses clients, mais aussi avec ses partenaires, lui permet d’avoir cette information.
Cet enrichissement donne la main au DAF pour inspirer les bons choix et pour enrichir le sens de l’action. Le sens, c’est-à-dire à la fois « là où je vais après demain » et « sur quoi je dois concentrer mes forces ».
Du coup, le fait de pouvoir faire des simulations, des tests ou des modélisations étend le terrain de jeu des directions financières. Nous sommes fiers de pouvoir leur donner la matière, les outils pour le faire, pour laisser parler leur talent et leur expertise. Un peu grâce à nos solutions, les Directeurs Financiers interviennent à leur avantage dans de plus en plus de réflexions et d’innovations autour de l’économie circulaire.
La réduction de l’empreinte carbone est clairement fléchée dans les plans de relance. Les DAF, que nous rencontrons tous les jours, nous confirment que l’écologie fait partie de l’agenda. Ce n’est pas parce qu’on va faire des réductions de coûts, qu’on fait des gains d’efficacité, qu’on ne pense pas à l’environnement et à l’impact sociétal.

Alain Marty
Pour les DAF, l’extension de la mission est une réalité.

Céline Bayle
Pour la plupart d’entre eux, cet élargissement fait partie du quotidien, en effet. Et ce qui mérite qu’on s’y arrête, mais on en parlera dans une prochaine chronique, c’est le rôle de pédagogue du DAF.

Alain Marty
De pédagogue ou de philosophe ?

Céline Bayle
Un peu les deux, on le verra. Ce rôle de pédagogue est fondamental et permet d’expliquer à tout le monde pourquoi le fait de partager l’information dans l’entreprise est vertueux.

Alain Marty
Merci d’avoir écouté le podcast Sage On Air. Retrouvez tous les épisodes sur vos plateformes de streaming et sur le blog Sage à l’adresse sage.com/blog.

De la même série d’émissions, à découvrir dans le podcast Sage On Air : [#Sage On Air] L’ERP, colonne vertébrale de l’entreprise

Renforcer son agilité grâce à un ERP intelligent, souple, flexible, agile et automatisé est un défi pour toutes les ETI. D’autres articles de Sage Advice proposent des contenus qui ouvrent de nouvelles perspectives :