Lecture en cours

Lecture en cours

Entreprises du numérique, comment profiter des 7 milliards du Plan de Relance ?

Retour aux résultats de recherche

numerique-que-prevoit-le-plan-de-relance

C’est une enveloppe exceptionnelle qui a été débloquée sur les 2 prochaines années dans le cadre du Plan de relance présenté par le gouvernement pour les entreprises du numérique. Voici le détail des mesures, approuvées par l’Assemblée Nationale fin octobre, auxquelles vous pourriez prétendre.

7 milliards d’euros consacrés au digital

Déploiement de la fibre sur tout le territoire d’ici 2025, lutte contre l’illectronisme, aide aux start-ups innovantes, transformation numérique de l’État, soutien à la transformation digitale des entreprises, formation aux métiers digitaux… dans le cadre de son Plan de relance, le gouvernement a décidé de ne pas lésiner sur les mesures en faveur du numérique. Il faut dire que, « après l’environnement, le numérique est l’un des piliers essentiels de la relance », expliquait Cédric O, le Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques¹.

Sur les 100 milliards d’euros investis sur 2 ans dans le cadre du Plan de relance, ce sont plus de 7 milliards d’euros qui seront uniquement dédiés au numérique. Certes, un certain nombre de mesures concernent les particuliers, les territoires et les services de l’État (numérisation des services publics, accès au numérique, etc.). Le gros de l’enveloppe sera néanmoins consacré directement aux entreprises, de toutes tailles et de tout secteur d’activité.

Combler le retard numérique des entreprises

Parmi les 28 États membres de l’Union européenne, la France ne se classe qu’en 15e position en ce qui concerne la compétitivité numérique². Pour y remédier, le Plan de relance consacre 400 millions d’euros à la numérisation des TPE, PME et ETI³ afin de financer 3 axes principaux.

  • Une sensibilisation à la numérisation : quel que soit leur secteur d’activité, les TPE et PME auront accès aux actions organisées par France Num afin d’accélérer leur transformation digitale. Cela pourra notamment se traduire par un diagnostic numérique, une aide à la création d’un site, la digitalisation de la gestion de stock, etc.
  • Le développement de l’intelligence artificielle : à condition d’avoir acquis un premier niveau de maturité digitale, les PME et ETI pourront être accompagnées dans la mise en place de solutions d’intelligence artificielle, notamment dans l’optique de moderniser leur outil de production. Un dispositif chapeauté par IA Booster et ouvert à tous les secteurs d’activité.
  • Le financement des technologies du futur : les PME et les ETI du secteur industriel, quant à elle, pourront profiter de subventions afin de se doter de technologies de rupture. À titre d’exemple, ce soutien pourra permettre aux entreprises concernées de mettre en place des outils de robotisation ou encore d’impression 3D.

Un pari sur les technologies de rupture

Considérées comme essentielles à la compétitivité de la France, les start-ups innovantes sont également au cœur du projet de relance. Une enveloppe de 500 millions d’euros leur sera accordée afin de soutenir leurs levées de fonds, dans l’optique de faire émerger des leaders technologiques européens, voire même mondiaux. De son côté, le Programme d’investissement d’avenir (PIA) va augmenter de 60 % les subventions à l’innovation qu’il dédie à la French Tech, octroyant ainsi à cet écosystème un budget total de 800 millions d’euros¹.

Mais ce sont principalement les structures investies dans les technologies de rupture qui devraient profiter du soutien de l’État. Outre l’intelligence artificielle, le gouvernement entend accélérer le développement de l’informatique quantique, du cloud ou encore de la cybersécurité, et ce, à travers une enveloppe de plus de 2 milliards d’euros. L’enjeu ? Garantir la souveraineté technologique de l’Hexagone, tout en favorisant la compétitivité des start-ups et des entreprises du numérique tricolores. Le détail des mesures devrait d’ailleurs être communiqué dans les semaines à venir³.

La formation numérique comme levier de reconversion

Avec un budget annoncé de 300 millions d’euros, la formation aux métiers du numérique constitue aussi un axe majeur de relance. Pour cela, le gouvernement entend faire de la reconversion professionnelle une priorité, à l’heure où de nombreux emplois sont impactés par la crise sanitaire et économique.

Dans le même temps, le plan de relance va allouer 1 milliard d’euros pour encourager les entreprises à proposer des formations – notamment digitales – à leurs salariés en activité partielle. Une façon de développer l’employabilité et les compétences de ses équipes, tout en renforçant la compétitivité de l’entreprise. Certifications en cybersécurité, professionnalisation des méthodes de management, découverte de technologies hybrides de production… autant d’exemples de formations que le gouvernement entend soutenir. En contrepartie, l’employeur sera tenu de maintenir l’emploi durant toute la durée de formation³.

Sources :
¹Le numérique obtient un plan de relance de 7 milliards – Les Echos – 2020
²Digital Economy and Society Index – Commission européenne – 2020
³France Relance – Gouvernement – 2020