Lecture en cours

Lecture en cours

Le Cloud, levier de rebond pour les ETI

Retour aux résultats de recherche

cloud-levier-eti-rebond

Le Cloud, levier de rebond pour les ETI

Le Cloud a démontré pendant la phase aiguë de la crise du Coronavirus sa capacité à faciliter la résilience des entreprises. La priorité est maintenant au redémarrage des organisations et le rebond de l’activité.

Le Cloud se montre également dans cette phase de rebond un allié précieux pour sécuriser et accélérer les opérations de reconquête. La généralisation du télétravail ou de la dématérialisation du traitement logistique (des opérations au sens large, pourquoi juste la logistique ?) ajoutent encore de bonnes raisons pour confier au Cloud les clés de son redéploiement !

Exploiter son ERP dans le Cloud induit un quadruple bénéfice dans la perspective de déclencher au plus vite et dans les meilleures conditions le rebond de son activité :

  • Maximiser la souplesse de son organisation
  • Disposer d’un surcroit de robustesse de la supply chain
  • Améliorer ses capacités de pilotage
  • Doper son potentiel d’intelligence collective

Le Cloud, ressort de souplesse

La souplesse a été une ressource majeure à la disposition des entreprises pour surmonter les ruptures et réorienter en urgence leur système de production. Les ETI ayant opté pour l’exploitation de leur système d’information dans le Cloud ont pu apprécier la facilité de pouvoir augmenter le nombre d’utilisateurs ou ajouter une fonctionnalité à leur ERP en quelques clics (notamment pour la création des nouveaux services, autour du ecommerce).

Les entreprises sont désormais tournées vers l’avenir. Pour le système de production des ETI, le rebond de l’après Coronavirus s’inscrit dans une perspective de réindustrialisation de l’économie française. L’heure est à la souveraineté, au moins à l’échelle européenne.

Nombre de filières industrielles discernent dans cette mobilisation au plus haut niveau l’opportunité de relancer avec une vigueur accrue deux axes de transformation :

  • La digitalisation des systèmes de production et la marche vers l’industrie 4.0
  • La réduction de l’empreinte carbone et l’accession à l’économie circulaire

Olivier Scalabre, responsable de l’industrie européenne au BCG, estime que « les usines devront continuer à se numériser et à mettre en place de nouveaux robots plus polyvalents pour devenir plus généralistes, les productions continuer à se généraliser1 ».

Le Cloud sera bien sûr le vecteur privilégié pour porter l’accélération vers une industrie verte et connectée. Un ERP agile, exploité comme une plateforme ouverte et évolutive, sera la colonne vertébrale de la transformation du système de production des ETI.

L’ouverture n’est en effet pas une option. Pour illustrer la valeur stratégique de l’ouverture du système d’information, citons une analyse récente des ratés français initiaux dans la mise à disposition des tests. « Les automates qui fonctionnent sur des systèmes fermés, propriétaires, ont été un frein pour l’extension des tests (…). À l’inverse, les systèmes ouverts, moins vulnérables aux effets de pénurie, ont pu accompagner la montée en puissance des analyses2. »

Le Cloud, ressort de robustesse

La robustesse de la supply chain est certainement au cœur des enjeux de demain pour les ETI. La réflexion a bien évidemment été lancée à la faveur de la prise de conscience des faiblesses systémiques révélées par la crise.

Au-delà de la réactivité nécessaire et des mesures de bon sens liées à la prévention des risques futurs, c’est bien une remise à plat globale qui s’esquisse. Sébastien Lacroix, Directeur associé senior chez McKinsey, considère que l’on va « basculer d’une économie de l’efficience, où l’optimisation et le juste à temps sont privilégiés, à une économie de la résilience, avec une préférence pour la durabilité, la continuité et la sécurité1. »

La sécurité du Cloud, sa capacité à accompagner sans frein d’infrastructures l’extension de l’écosystème partenaires sera clairement bienvenue.
Ainsi, Patrick Koller, Directeur Général de Faurecia, voit dans « l’instauration d’un système de fournisseurs multiples pour une même pièce» l’une des 3 conditions du rebond des ETI.

La robustesse de la supply chain des ETI, de production ou de distribution, est attendue également du côté aval. Il faudra bien supporter avec des ressources nouvelles la montée de la digitalisation des ventes. Olivier Scalabre, responsable de l’industrie européenne au BCG, déjà cité, le souligne : « Les directions commerciales devront savoir basculer dans la vente en ligne, même en ce qui concerne les clients professionnels1 »

Pour répondre au besoin de monter en capacité de traitements et de relations, la migration dans le Cloud du système d’information trouve une nouvelle raison :

  • Facilitation de l’ajout d’utilisateurs
  • Facilitation de l’ajout de puissance de calcul
  • Connexion en temps réel de l’ERP aux interfaces de vente en ligne et aux systèmes de paiement
  • Sécurité des données et des transactions

Le Cloud, ressort de pilotage

Plus verte, plus connectée, plus étendue, l’entreprise réclame toujours plus de puissance et d’intelligence de traitement de l’information. En effet, la numérisation des métiers, le travail à distance, les canaux de vente digitaux ou le lissage de la consommation des équipements et des transports, autant de solutions au service de l’agilité des organisations, ne se conçoivent pas sans une nouvelle architecture de pilotage.

La crise du Coronavirus a démontré que les équipes sont prêtes à plus d’autonomie. « Les énergies se concentrent sur les mesures urgentes et stratégiques, les réunions portent sur l’avenir, ce sont les bonnes personnes qui s’attaquent aux problèmes aux bons endroits3. » Les organisations ont prouvé leur aptitude à la transformation de leur fonctionnement.

Les ETI sont donc à l’aube d’une révolution. La digitalisation, le télétravail, la dématérialisation des échanges et des opérations seront véritablement à la source d’une nouvelle productivité si le management sait évoluer de son côté.

Le Cloud peut apporter cette capacité à piloter à distance les hommes, les flux et les machines. Il s’agit moins ici de puissance que de temps réel, de workflow de validation et de moyens d’analyse. Le potentiel d’intelligence collective du Cloud appliqué à l’ETI de demain !

Le Cloud, ressort d’innovation

L’importance d’une quatrième dimension de la transformation des entreprises est mise en lumière par la crise du Coronavirus : l’innovation. Son exigence n’est pas nouvelle. Mais la nécessité d’une approche concertée, en écosystème, est clairement renforcée dans une perspective de rebond de l’activité.

De nouvelles solidarités se dessinent :

  • Chaînes de valeur courtes
  • Rapprochement géographique des systèmes de production avec les filières de consommation
  • Fournisseurs multiples
  • Partenariats des entreprises avec leurs clients et leurs fournisseurs

La dynamique de partenariat et de transparence a permis de surmonter l’urgence. Il suffit de considérer par exemple l’attelage inédit constitué entre un collectif de chercheurs de Grenoble issus de Michelin et du CEA et la PME lyonnaise Ouvry, spécialisée dans les équipements de protection individuelle NRBC. L’enjeu ? La production d’1 million de masques. Mission remplie avec le masque OCOV®, alternative durable aux masques jetables et même aux masques lavables4.

Les observateurs regardent la période actuelle comme une bonne leçon pour le futur. Ils considèrent qu’elle installe les fondements d’un futur écosystème résilient, égalitaire et innovant. Le Cloud n’a pas fini d’être présent aux côtés des ETI…

En conclusion, le Cloud a probablement gagné les esprits comme solution pour optimiser les conditions du rebond.

Les entreprises qui avaient retardé avant la crise leur migration vers le Cloud se trouvent face à une alternative aujourd’hui, en fonction de la maturité de leur équipement logiciel :

  • Passer en mode SaaS sans changer d’ERP si la solution en place est un ERP de dernière génération
  • Passer à une plateforme de dernière génération exploitée dans le Cloud si l’équipement actuel est un ERP de conception plus ancienne

Et pour toutes les ETI qui hésitent encore, un article de Christophe Adam, Product Marketing Manager chez Sage : ERP et Cloud, un duo gagnant, rappelle utilement que le Cloud est aussi fait pour les grandes entreprises !

Sage est mobilisé pour vous accompagner

Des informations, des conseils et de l'assistance pour la continuité de votre activité.

Accéder à l'espace dédié

1Les Échos – 10/04/20
2Le Monde – 25/04/20
3Les Échos – 04/05/20
4Les Échos – 16/04/20