Définition

Compte de résultat : définition

Le compte de résultat est un outil indispensable pour l’entreprise : il permet de déterminer si elle a été bénéficiaire ou non durant l’exercice comptable écoulé. Explication de cette notion essentielle pour sa santé financière et sa conformité.

C’est quoi le compte de résultat ?

Le compte de résultat est un document comptable qui se présente sous forme de tableau dont la durée s’étale sur un exercice. On y trouve tous les produits générés et les charges consommées par l’entreprise durant l’année écoulée. Cela permet d’obtenir son résultat net et d’évaluer son bénéfice ou son déficit.

Quelles sont les composantes d’un compte de résultat ?

Les produits et les charges de l’entreprise apparaissent classés dans le compte de résultat selon leur nature, c’est-à-dire selon qu’ils relèvent de l’exploitation, du financier, ou de l’exceptionnel.

  • Le résultat d’exploitation s’obtient en soustrayant du chiffre d’affaires issus de la vente des marchandises et des prestations de services, les charges qui y sont rattachées, telles que l’achat des matières premières, les charges de personnel, le loyer des locaux, la consommation d’énergie, les assurances… ;
  • Le résultat financier correspond à la différence entre les produits financiers obtenus par placements et les charges financières, c’est-à-dire les intérêts des emprunts contractés pour l’activité ;
  • Le résultat exceptionnel comprend les informations liées à l’activité de l’entreprise mais non récurrentes : on peut citer l’obtention d’une subvention, d’une prime versée par l’assurance suite à un sinistre, la réalisation d’une plus ou moins-values lors de la cession d’actifs… ;

Le résultat obtenu après addition des trois résultats servira de base au calcul de l’impôt, qui une fois déduit permettra d’obtenir le résultat net.

Compte de résultat : que conclure de son bilan ?

Soit le résultat net obtenu est positif, soit il est négatif.

S’il est positif, ce résultat peut être affecté en fin d’année, selon les vœux des actionnaires réunis en assemblée générale ordinaire. Trois choix sont alors possibles :

  • réinvestir l’ensemble ou une partie des bénéfices dans la société ;
  • distribuer des dividendes aux actionnaires ;
  • accorder des primes aux salariés.

Le réinvestissement est une solution intéressante pour augmenter les capitaux propres de l’entreprise. On parle également d’autofinancement si la somme est alloué au règlement d’une dépense imprévue sans avoir à recourir à un prêt.

Pour aller plus loin, découvrez notre définition de l’investissement en entreprise.

Si le résultat net est négatif, des actions correctives sont bien sûr à déployer pour l’exercice suivant mais il est à noter que les associés peuvent apporter des fonds, appelés « compte courant d’associé » pour redresser la trésorerie.

Quel est le rôle du compte de résultat ?

En plus de déterminer si l’entreprise est imposable ou non, le tableau du compte de résultat permet de mettre en exergue des indicateurs intéressants. Par exemple, en faisant apparaître les charges fixes ou les charges variables, le compte de résultat permet de calculer les coûts de revient et d’ajuster les prix de vente. Autre exemple, si le résultat d’exploitation est négatif parce que le chiffre d’affaires n’est pas suffisant pour couvrir les charges, il faut donc envisager soit de vendre plus, soit de réduire ses coûts.

Quelle est la différence entre un compte de résultat et un bilan?

Le compte de résultat permet d’établir les bénéfices de l’entreprise, auquel cas elle sera soumise à l’impôt. Sauf si, au contraire, elle est déficitaire, elle n’en sera pas redevable.

Le bilan comptable, lui, mesure ce que possède une entreprise et la façon avec laquelle ce patrimoine est financé à un instant (t). Le bilan d’une société est réalisé lui aussi à chaque exercice comptable et est transmis à l’administration fiscale dans la liasse fiscale.

Compte de résultat prévisionnel : définition

Il peut arriver que certains partenaires de l’entreprise demandent un compte de résultat prévisionnel, notamment les financeurs (une banque en cas de demande de prêt, des business angels pour un tour de table…) afin de s’assurer que l’activité est capable de générer des bénéfices. Il s’agit du même tableau que le compte de résultat mais avec des projections chiffrées sur les mois/années qui viennent. On y trouve ainsi les prévisions de chiffre d’affaires (estimation des quantités vendues, des prix de vente…), de charges fixes et de charges variables, les mensualités d’emprunt à venir en cas de prêt, et les subventions prévues.

Qu’est-ce qu’un compte de résultat différentiel ?

C’est aussi un tableau financier, utile pour le contrôle de gestion ou pour réaliser un prévisionnel de business plan car il s’intéresse plus précisément à la marge de l’entreprise. Il reprend les mêmes charges que le compte de résultat classique, mais distingue les charges variables et les charges fixes avant de les soustraire du chiffre d’affaires pour obtenir le résultat. En soustrayant uniquement les charges variables du chiffre d’affaires, il met en valeur un indicateur intéressant : la marge sur coûts variables (M/CV). Il permet également de déduire deux autres indicateurs : le seuil de rentabilité (c’est-à-dire le chiffre d’affaires minimum à réaliser pour absorber les charges variables et fixes), et le point mort (nombre de jours nécessaires pour que le seuil de rentabilité soit atteint).

Pour aller plus loin, découvrez d’autres définitions :

Inscrivez-vous à la e-newsletter mensuelle