Lecture en cours

Lecture en cours

Observatoire ERP/ETI : sécurité, accélération et cohésion

Retour aux résultats de recherche

Observatoire ERP/ETI

Observatoire ERP/ETI : sécurité, accélération et cohésion

Qu’est ce qui entrave la dynamique des ETI ? En quoi leur ERP peut-il les aider à repousser les limites à l’innovation et à l’expansion internationale ? Depuis début 2021, un observatoire¹ lancé par Sage vient scruter la relation que les ETI entretiennent avec leur ERP.

Les 160 ETI ayant accepté de rejoindre le panel composé par Sage dessinent une cartographie extrêmement précise, précieuse pour apprécier la valeur d’un ERP spécialement conçu pour elles :

Un progiciel de gestion intégré, ou ERP, est reconnu par les entreprises comme un puissant levier de stabilité et de projection. Fin 2020, pas moins de 2 706 ETI avaient d’ailleurs choisi de faire confiance à l’ERP Sage X3. Pour comprendre pourquoi et surtout pour améliorer la contribution réelle de votre ERP, quelques articles indispensables :

Réduire les irritants des ETI, la mission de leur ERP

Début 2021, les ETI vont globalement bien. Cependant, elles prennent en considération trois menaces, dont elles estiment que leur ERP doit pouvoir les protéger :

La hausse continue du volume de dépôt de brevets par les ETI² témoigne année après année de leur vitalité exceptionnelle. Or, si l’innovation est une seconde nature chez les ETI, les entreprises réunies au sein du panel de l’observatoire ERP/ETI considèrent que leur capacité est freinée en raison de 4 handicaps majeurs :

  • La lenteur de la prise de décision (38 %)
  • Un fonctionnement en silo (37 %)
  • La rigidité de leur système d’information (34 %)
  • La difficulté à valoriser les données pour identifier les leviers de croissance (33 %)

Enfin, la revue stratégique des ressorts de croissance des ETI s’intéresse à un troisième registre : la force collective. Avec 50 000 emplois nets créés en 2019³, les ETI revendiquent haut et fort placer l’Homme au centre de leur projet de performance. Ce qui ne les empêche pas de chercher à encore renforcer l’engagement de leurs collaborateurs, dont l’observatoire relève deux typologies de limites :
– Le manque de collaboration interservices (52 %), le fonctionnement en silo (40 %) et le partage insuffisant des indicateurs et des objectifs (40 %)
– Une insuffisante appropriation des outils digitaux (41,8 %)

La cohérence et l’intégrité des données, priorité des ETI

Les valeurs spontanément attribuées à leur ERP par les ETI répondent au besoin de sécurité des données, d’accélération dans l’exécution des opérations et de cohésion autour des priorités opérationnelles de l’organisation.

Dans le détail, les entreprises réunies au sein du panel déclarent à plus de 80 % attendre de leur ERP la mise en cohérence de leurs opérations et la protection de l’intégrité de leurs données.

Les ETI sont 60 % à s’affirmer en quête d’efficacité, que ce soit la visibilité sur les opérations, la fiabilité des traitements, le gain de temps dans l’exécution des tâches ou la centralisation du pilotage.

Enfin, la troisième attente, remontée par un peu moins de 40 % des répondants, concerne l’aide à la prise de décision.

L’ERP est sensé réduire l’effort des utilisateurs pour produire le résultat attendu. Mais si l’on distingue le point de vue du DAF de celui du DSI, nous obtenons des nuances dans les préférences affichées pour reconnaître un « bon » ERP :

  • Le DAF privilégie les valeurs d’automatisation (80 %), d’accélération (65 %), d’aide à la prise de décision (60 %) et de partage de l’information avec les opérationnels (53 %)
  • Le DSI s’intéresse prioritairement aux valeurs de circulation de l’information (78 %) et de garantie du niveau de service (65 %)

Pour savoir quelles solutions Cofel, qui fabrique les matelas et sommiers Bultex, Epeda et Merinos, a trouvé pour mieux faire circuler l’information entre les métiers, cliquer ici

La promesse de valeur de l’ERP au banc d’essai des ETI

La pérennité

Pour clarifier la cartographie des valeurs de l’ERP, les ETI ont d’abord été invitées à citer les contributions qu’elles attendent de leur solution en termes de renforcement de leur pérennité.

Dans l’ordre, les entreprises du panel de l’observatoire ERP/ETI pointent :

  • La centralisation du pilotage (65 %)
  • L’agilité et la flexibilité de leur solution (54 %)
  • Son apport pour améliorer la productivité (52 %).

Ainsi, se dessine le besoin d’une solution puissante (centralisation et automatisation) mais également souple (agilité et flexibilité). Un squelette, mais pas rigide !

L’innovation

Ensuite, c’est la contribution de leur ERP à l’accélération de l’innovation qui a été questionnée…

Dans la course à la disruption, les ETI comptent sur leur ERP d’abord pour les aider à créer de nouveaux services (47 %) et à renouveler leur modèle économique (40 %).

Mais elles attendent aussi de leur ERP qu’il les accompagne dans une meilleure valorisation de l’information, grâce à l’intégration de l’intelligence augmentée et des technologies avancées (IA, RPA, blockchain…).

En somme les ETI tracent le portrait d’un ERP inspirant, porteur d’une puissance de calcul, de modélisation, de prédiction et de simulation en phase avec l’intensité de la concurrence mondiale et la nécessaire accélération de la prise de décision.

L’engagement des collaborateurs

Enfin, pour mieux répondre au besoin de cohésion des équipes et de disponibilité des talents, l’observatoire ERP/ETI s’intéresse à l’augmentation de l’engagement des contributeurs.

Sur cette question, les ETI distinguent trois contributions cumulatives de leur ERP :

  • Le renforcement du potentiel collaboratif, induit par une meilleure circulation de l’information (74 %)
  • Une plus grande insertion de chacun au sein du collectif, grâce au développement de l’autonomie et du sens des responsabilités (59 %) et à la capacité à mieux faire comprendre à chacun la valeur de sa contribution (49 %)
  • L’amélioration de l’expérience utilisateur, à travers l’intuitivité et la simplification de la prise de décision (53 %) ou encore l’usage en mobilité et la facilitation du travail à distance (45 %)

La dernière partie de l’observatoire sonde les perspectives du Cloud au sein des ETI. En quoi ERP et Cloud peut-il être un duo gagnant pour les ETI ?

3 arguments en faveur de la migration de l’ERP dans le Cloud se détachent à égalité de scores (autour de 50 % des répondants) :

  • Un meilleur accès en mobilité et à distance
  • L’externalisation des contraintes : gestion de l’infrastructure, des mises à jour, de la conformité…
  • Le renforcement de la sécurité

En conclusion, un ERP intelligent, souple, flexible, agile et automatisé recèle le potentiel de stabilité et de dynamique collective dont les ETI ont besoin pour envisager sereinement la poursuite de leur expansion. L’économie française a besoin des ETI et les ETI ont besoin d’un ERP dessiné pour elles !

Pour connaître tous les résultats du 1er observatoire Sage ERP/ETI qui décrypte la relation étroite que les ETI entretiennent avec leur ERP : téléchargez le guide ci-dessous.

Observatoire ERP ETI

Analyses et solutions

Télécharger gratuitement le guide !

¹Première vague : mars 2021
²Baromètre INPI – octobre 2019
³METI – Mouvement des Entreprises de Taille Intermédiaire