Gestion Financière

[#Sage On Air] Fonction finance : le DAF animateur de la révolution des métiers

Les métiers de la fonction finance ont la possibilité de grandir en intérêt et en impact. Découvrez dans quelle mesure le DAF peut animer cette révolution.

Sage On Air Podcast : Christophe Adam

Ne ratez pas un épisode

Abonnez-vous à Sage On Air Podcast

Recevez directement dans votre boite mail les derniers podcasts.

S'abonnerS'abonner

Sous l’effet d’une nouvelle étape de transformation digitale, les métiers de la fonction finance connaissent une véritable révolution. Ou du moins peuvent connaître, si le Directeur Financier décide de faire advenir cette révolution au sein de son service.

Sage s’engage pour faciliter la transformation des entreprises. [#Sage On Air], le podcast dédié aux enjeux de gestion des entreprises, participe aujourd’hui à la révolution de la fonction finance.

La fonction finance à la croisée des chemins

Richard Fremder

Bonjour Christophe Adam. Vous êtes Chef de Produit Transverse chez Sage, dédié au domaine finance. Quelle est exactement votre mission ?

Christophe Adam

Mon rôle est double. Je dois à la fois alimenter la stratégie produit de Sage à partir de ma compréhension des besoins du marché. Et aider nos clients à tirer le meilleur parti des solutions que nous mettons à leur disposition.

Richard Fremder

Vous êtes donc l’homme de la situation pour échanger autour de notre thématique. Je la rappelle : le DAF, animateur de la révolution des métiers de la fonction finance.

Alors, que se passe-t-il selon vous sur votre marché ?

Christophe Adam

La fonction finance en entreprise est devenue très processée. Et ce, sous l’effet conjugué de l’’évolution réglementaire et de l’évolution technologique

Or, l’équipe finance peut parfois se sentir robotisée, voire déclassée, dans ce mouvement vers :

  • Plus de temps réel
  • Une meilleure efficacité des opérations

Des annonces maladroites sur la menace que l’IA fait peser sur le contenu de nombreux métiers complètent ce climat anxiogène. Qui peut d’ailleurs expliquer la difficulté de la fonction finance à recruter de nouveaux talents.

Richard Fremder

Je devine que vous voyez les choses un peu différemment…

Christophe Adam

En tout cas, ce qu’il nous semble important de souligner chez Sage, c’est que l’humain doit garder la main. Et que le DAF porte une responsabilité dans la manière dont son équipe vit ces bouleversements.

Nous observons que les organisations qui réussissent sont celles où le DAF se fait l’Richard Fremder du changement.

Où le DAF prend la peine de montrer à son équipe que :

  • Plus les machines exécutent les tâches chronophages et répétitives,
  • Plus les collaborateurs voient leur temps libéré pour des missions de contrôle, d’analyse et de conseil.

La finance dynamique : un récit à partir des données financières

Richard Fremder

Le DAF aussi connaît donc une évolution du contenu de sa mission…

Christophe Adam

En 2022, deux associés du cabinet Deloitte, Gautier Riche et Sébastien Cannizzo, avaient lancé le concept de finance dynamique.

C’est-à-dire l’idée que le DAF doit refuser la technicisation subie au profit de l’invention d’une nouvelle posture. L’idée que le DAF doit aller au-devant des publics de l’entreprise, à commencer bien sûr par sa propre équipe. Et ce pour montrer le projet et l’intérêt collectifs derrière les chiffres.     

Richard Fremder

En somme, la révolution en question est celle du sens que l’on donne au rôle de la fonction finance…

Christophe Adam

Exactement. Aujourd’hui, les machines exécutent le travail routinier, apportant aux processus :

  • Plus de fiabilité
  • Davantage de performance

C’est pourquoi la fonction finance dispose du temps et des données pour contribuer à abonder la valeur de l’entreprise. C’est-à-dire, pour le dire vite, sa réputation.

Par exemple, l’entreprise est très attendue en matière de RSE :

  • Contrainte par une législation toujours plus précise en matière de reporting
  • Pressée par des clients et des collaborateurs de mieux en mieux informés sur le sujet.

Or, la fonction finance, parce qu’elle produit les chiffres bruts, est la mieux placée pour raconter l’histoire derrière les données. Les deux consultants précédemment cités parlaient du ‘’storytelling’’ que le DAF doit maîtriser. 

Le Directeur Financier à 360°

Richard Fremder

C’est donc finalement cela la révolution pour le DAF. Un tropisme pédagogique, une sortie de l’expertise pour se faire commentateur en temps réel de la performance ?

Christophe Adam

C’est ce que nous pensons. En vérité, ce n’est pas totalement nouveau. Donner du sens au chiffre a toujours fait partie du métier du Directeur Financier. Ce qui est nouveau, c’est le 360°. Il lui faut non seulement aider le COMEX à prendre des décisions et les investisseurs à faire les meilleurs choix. Mais aussi entraîner autour du projet toutes les parties prenantes.

Ce qui a trois conséquences pour le contenu de la mission du DAF :

  • S’approprier les enjeux non financiers de l’entreprise
  • Animer son équipe en fonction de ce nouveau rôle de la fonction finance
  • Disposer des données adéquates pour fiabiliser sa narration

Richard Fremder

Et, justement, les données adéquates, c’est un peu votre raison d’être, chez Sage…

Christophe Adam

Je le crois. L’un de nos clients, l’entreprise de distribution Schiever, est à la tête de 220 magasins dans 4 pays. Nous avons rencontré récemment Gilles Carminati, son Directeur Administratif et Financier. Il nous a expliqué que son ERP lui donne aujourd’hui la maille de données nécessaire pour effectuer son bilan carbone.

Schiever a fait du verdissement un axe fort de la valeur de sa marque et de l’attractivité de ses enseignes. C’est pourquoi être capable de traduire les données financières est devenu une compétence clé pour la fonction finance. Que ces données soient issues des achats, des consommations et des transports en valeurs carbone

Cette performance est liée bien sûr à la capacité de notre ERP. Mais elle doit aussi énormément à l’investissement de toute l’équipe finance, aidée de la DSI. Dompter la donnée RSE est le résultat d’un effort collectif et constant, animé par le Directeur Financier.

La fonction finance et la décarbonation

Richard Fremder

En quoi consiste le cœur du travail ?

Christophe Adam

Un effort de maîtrise technique permis par la certitude de participer à une action utile. Mesurer précisément le carbone est la condition pour décarboner. Les chiffres ont moins d’importance que ce qu’ils permettent d’accomplir pour le bien commun.

Richard Fremder

Après tout, ce progrès du bien commun concerne aussi Sage. Au-delà de fournir des applicatifs performants, quel peut être votre rôle pour accompagner la disruption de la fonction finance ?

Christophe Adam

Cette question est au cœur de la façon dont nous abordons les enjeux de la facture électronique. Avec notre hub Sage Network, nous nous plaçons résolument dans une perspective de dépassement des obligations de conformité. En effet, il connecte tous les processus et pas seulement la facturation.

Le sens que nous donnons à notre contribution, c’est de faire entrer les entreprises dans une dimension nouvelle. Cette dimension, c’est la gestion interentreprises.

Le petit bout de la lorgnette, c’est plus d’automatisation et un dialogue direct entre les systèmes d’information. Moins d’humain, donc. Mais la bonne perspective, c’est l’autre côté de la lorgnette. Moins d’humain à la saisie, c’est plus d’humain à la relation, au conseil et à l’innovation. Plus d’intelligence dans les écosystèmes car plus de temps pour se comprendre.

45 % des DAF à convaincre

Richard Fremder

Markess a publié récemment une étude éclairante au sujet de la facture électronique. On peut y lire ceci : « 55 % des Directeurs Financiers comptent sur la mise en conformité pour améliorer leurs processus ». Il vous reste donc 45 % des DAF à convaincre !

Christophe Adam

Sans doute ! Nous avons heureusement des arguments qui démontrent notre capacité à accompagner la montée en puissance de la finance dynamique :

  • Nous offrons un système d’information cohérent et unifié de bout en bout. Il consiste en une chaîne de valeur financière qui va de l’ERP à la gestion de trésorerie. Qui inclut par exemple la gestion du crédit client et la relation bancaire.
  • Nous proposons une logique de plateforme, accueillante pour toutes les applications tierces. Ce qui facilite la qualité et l’abondance des données utiles.
  • Nous favorisons une culture de coopération et d’ouverture au changement. Notamment en mettant sur le marché des outils simples à utiliser et efficaces en standard.
  • Nos modules de BI sont particulièrement appréciés par la fonction finance. Ils sont pour beaucoup dans la capacité des utilisateurs à valoriser, à vulgariser et enfin à partager les données.

Richard Fremder

Les financiers dynamiques et tous les autres peuvent donc se lancer sans réserve dans la révolution de la fonction finance !

Merci Christophe Adam d’avoir contribué à cet épisode de CFO Radio. Et à très bientôt pour un nouveau numéro de ce podcast dédié à la fonction finance.

Découvrez d’autres Podcasts [#Sage On Air]

Ces articles peuvent également vous intéresser :