Lecture en cours

Lecture en cours

Tout savoir sur le « Plan jeunes »

Retour aux résultats de recherche

plan-jeunes-tout-savoir

Tout savoir sur le « Plan jeunes »

Face au ralentissement des embauches dû à la crise sanitaire, le gouvernement a mis en place un plan massif, baptisé « Plan jeunes – 1 jeune, 1 solution », doté d’une enveloppe de 6,5 milliards d’euros. Objectif : accompagner les 16-25 ans sur le chemin de l’emploi. Pass numérique vers l’emploi, aides à l’embauche, plan de formation, parcours personnalisés. Décryptages des principales mesures mises en place, qui intéressent les services RH.

Favoriser l’embauche des 16-25 ans

Pour faciliter l’entrée dans la vie professionnelle des jeunes, le gouvernement a créé plusieurs mesures. Les voici en détail :

Une compensation de charges jusqu’à 4 000 €

Pour toute embauche d’un jeune de moins de 25 ans d’ici à janvier 2021, une entreprise pourra toucher une compensation forfaitaire de 4 000 € sur un an. Sont concernés les CDD et les CDI de plus de 3 mois, dont la rémunération ne dépasse pas 2 SMIC.

Objectif : 450 000 contrats signés.

Une prime pour l’embauche en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation

L’État propose une aide de 5 000 € pour le recrutement d’un apprenti ou d’un alternant de moins de 18 ans, et de 8 000 € pour celle d’un apprenti de plus de 18 ans, pour tout contrat signé avant le 28 février 2021.

Objectif : 230 000 contrats d’apprentissage et 100 000 contrats de professionnalisation bénéficiant de cette prime.

Des missions de service civique en plus

100 000 missions seront proposées aux jeunes de 16 à 25 ans en 2020 et 2021, en plus de 140 000 initialement prévues. Le but est de permettre à ces jeunes d’avoir une première expérience valorisante sur le marché du travail, tout en servant une cause utile.

Accompagner et former les jeunes vers les métiers d’avenir

L’objectif du deuxième volet du Plan jeunes est de permettre à 200 000 jeunes de s’orienter vers les secteurs d’avenir.

De nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes

100 000 nouvelles formations sont proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur. Elles sont axées sur les filières d’avenir (métiers de la transition écologique, du numérique, du soin et de la santé…) et les secteurs fortement impactés par la crise (tourisme, agriculture, industrie…).

Un doublement des capacités de formation dans le secteur du soin et de la santé

De nouveaux parcours de formation sont mis en place, afin de former plus de 6 000 infirmiers et 10 000 aide-soignants en 2021.

La mise en place du Pass numérique vers l’emploi

Il permet à tous les jeunes de faire le point sur leurs acquis, et de se former aux nouvelles compétences numériques attendues sur le marché du travail. Par ailleurs, les formations proposées par la Grande École du numérique seront développées (développeur, technicien…).

Proposer des parcours sur mesure pour 300 000 jeunes éloignés de l’emploi

Le troisième volet du Plan jeunes met l’accent sur l’accompagnement des jeunes en difficulté.

Un renforcement des dispositifs d’insertion dans l’emploi

120 000 places supplémentaires sont proposées, via le Parcours emploi compétences (PEC), des contrats de travail aidés spécifiques au secteur public et aux associations ; et via le Contrat initiative emploi (CIE), contrats spécifiques au secteur marchand.

Une augmentation des dispositifs d’accompagnement vers l’emploi

50 % de places supplémentaires sont proposées dans le cadre de la Garantie Jeunes (dispositif combinant expérience professionnelle, conseils, ateliers collectifs et allocation) et 80 000 places supplémentaires dans le Parcours contractualisé d’accompagnement vers l’emploi et l’autonomie (PACEA), qui propose formation, mise en situation professionnelle et soutien financier ponctuel. Le dispositif de l’Accompagnement intensif jeunes (AIJ) mis en place au sein de Pôle emploi est également doublé.

Un renforcement du dispositif SESAME

3 000 places supplémentaires sont proposées dans le cadre de ce dispositif permettant à des jeunes de moins de 25 ans éloignés de l’emploi de décrocher un métier dans le secteur du sport ou de l’animation¹.

Vous cherchez une vue d’ensemble des aides de l’État en ce contexte de crise ? Découvrez notre article dédié aux mesures réglementaires exceptionnelles qui intéressent vos RH.

¹L’acronyme SESAME signifie : Sésame vers l’emploi pour le sport et l’animation dans les métiers de l’encadrement