Création d’entreprise : où trouver des financements ? Deuxième partie.

Publié il y a · 3 min de lecture

Fonds propres, prêts à taux zéro, aides de l’État… Dans un premier volet, nous abordions une première série de financements que les créateurs d’entreprise peuvent mobiliser pour leur projet.
Dans le second volet, abordons maintenant l’emprunt bancaire, les concours d’aide à la création et dispositifs spécialisés.

Emprunt bancaire

Si la banque a pu être le premier réflexe comme source de financement pour la création d’entreprise, malheureusement ces dernières années l’obtention d’un crédit bancaire s’est un peu transformée en parcours du combattant. Crise oblige, les banquiers redoublent de prudence en faisant désormais valider chaque dossier d’emprunt par un comité de crédit. La banque est également plus exigeante qu’auparavant quant à l’apport personnel demandé. Il est désormais recommandé de viser l’équilibre des fonds propres et du montant de crédit requis pour optimiser ses chances de convaincre le comité. Pour faire écho à notre article de la semaine précédente, il est en effet souvent conseillé d’obtenir conjointement un prêt d’honneur ou le concours de Bpifrance, organisme de l’état.

Passer par un courtier peut faciliter la mise en relation avec les banques. Celui-ci mettra en concurrence plusieurs établissements qu’il estimera potentiellement intéressés par le projet de création (ou de reprise). Bien entendu, le dossier présenté au courtier doit être solide. Au préalable, celui-ci est idéalement déjà passé entre les mains d’un expert-comptable.

Micro-crédits professionnels

Certains porteurs de projet n’ayant pas accès au système financier classique peuvent se tourner vers les institutions de microfinance (IMF). Ces dernières apportent peu ou prou les services habituels d’une banque, intervenant ainsi dans l’octroi d’un crédit pour le financement d’un projet de création ou de développement. Bien que les besoins en financement puissent atteindre 25 000€, les crédits octroyés oscillent généralement entre 500€ et 3 000€.

Concours pour la création d’entreprise

Les créateurs d’entreprise peuvent participer à plusieurs dizaines de concours nationaux ou régionaux organisés chaque année. Dédiés aux repreneurs, aux entrepreneurs sociaux, aux franchiseurs, aux entreprises innovantes, à l’économie sociale et solidaire, à l’e-commerce ou à l’agroalimentaire, aux femmes entrepreneures ou bien aux jeunes des cités, mais aussi à l’artisanat… Tous les secteurs d’activités sont concernés ! L’ensemble des concours répertoriés par régions est disponible sur le site de l’Apce.

Aides à la création d’entreprise innovante

Certains dispositifs s’adressent tout particulièrement aux créateurs d’entreprise développant des concepts innovants. Bpifrance, organisme de l’Etat, subventionne des projets sur les études de faisabilité. Cette subvention a un double effet, elle sert également de levier auprès d’autres organismes susceptibles de contribuer au financement global du projet.

Identique au financement par le prêt d’honneur traditionnel, le programme Inno’tech de Réseau Entreprendre soutient les projets d’entreprise de technologie innovante comportant une forte phase de recherche et développement. Le montant du prêt peut atteindre 90 000€ dans certaines régions.

L’appui pour les femmes

Les femmes créatrices ont aussi leurs réseaux de soutien ! Nous l’évoquions récemment dans notre article Entreprendre au féminin, plusieurs leviers existent pour accompagner les femmes créatrices. Côté financement, les fonds de garantie à l’initiative des femmes facilitent quant à eux l’obtention de prêts bancaires. Les femmes Business Angels investissent, quant à elles, dans des entreprises innovantes dont les projets atteignent jusqu’à 1 million d’euros.

Les Business Angels, un sujet à suivre dans notre troisième et dernier volet sur le financement de la création d’entreprise.

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte aux lettres, nos tous derniers conseils.