Digitalisation & Tendances

[#Sage On Air] Made in France industriel : l’ERP, un atout de compétitivité

Le made in France industriel conforté par un solide ERP. Découvrez le rôle majeur que peut jouer Sage X3 dans la réindustrialisation.

Sage On Air Podcast : Christophe Adam

Ne ratez pas un épisode

Abonnez-vous à Sage On Air Podcast

Recevez directement dans votre boite mail les derniers podcasts.

S'abonnerS'abonner

Le made in France industriel est reconnu pour son importance stratégique. En effet, la réindustrialisation de notre pays constitue un triple atout :

  • Souveraineté sur des filières essentielles et des productions d’avenir.
  • Aménagement des territoires.
  • Offre de parcours professionnels formateurs et bien rémunérés.  

C’est pourquoi la question de la compétitivité du made in France industriel est cruciale. Or, un ERP efficace représente clairement un bénéfice pour nourrir l’indispensable performance de gestion.

Sage s’engage pour faciliter la transformation des entreprises. [#Sage On Air], le podcast dédié aux enjeux de gestion des entreprises, décrypte aujourd’hui le made in France industriel :

Le made in France industriel, un enjeu de compétitivité

Richard Fremder

Bonjour Christophe Adam. Vous êtes Chef de Produit Transverse chez Sage, dédié au domaine finance.

Quand on évoque la réindustrialisation, on pense plus souvent à des ingénieurs et à des technologies qu’au Directeur Financier. Vous êtes venu aujourd’hui pour corriger cette image ?  

Christophe Adam

Loin de moi l’idée de contester à l’ingénieur un rôle majeur dans les entreprises industrielles ! Ce qui ne doit pas occulter la contribution du Directeur Financier à la solidité du made in France industriel.

En effet, fabriquer en France, c’est très vite :

  • Un enjeu de compétitivité.
  • Un défi de pilotage d’investissements, et donc de financements, d’un montant conséquent.
  • Un challenge de maîtrise de la donnée, avec l’industrie 3.0, 4.0 ou même 5.0.

Derrière les chiffres et les données, c’est la fonction finance qui est à la manœuvre. Il est donc indéniable que le Directeur Financier est au moins le co-pilote de la compétitivité industrielle !

Richard Fremder

Il a précisément fort à faire, ce co-pilote ! Le 17ème bilan annuel Rexecode de la compétitivité française souligne deux choses :

  • La compétitivité-prix des produits français reste affaiblie.
  • La compétitivité hors-prix est insuffisante malgré une qualité reconnue.

Christophe Adam

C’est vrai, et ce résultat tendanciel est d’autant plus préoccupant que la situation s’est un peu dégradée en 2023. Le bilan Rexecode explique cette performance insuffisante par l’augmentation des prix de production de l’industrie manufacturière française en 2023. En effet, les prix y ont davantage augmenté que la moyenne de la zone euro.

Trois bénéfices de l’ERP en soutien à la réindustrialisation

Richard Fremder

Pour autant, il y a des raisons de croire au made in France industriel…

Christophe Adam

Ce bilan démontre que les prix français ont augmenté à un rythme similaire à ceux de l’Allemagne et de l’Italie. Mais, face à ces deux pays, il y a l’effet image qui joue. Notre réputation industrielle est à reconstruire dans de nombreux secteurs. On le devine en tout cas, une fonction finance compétente et agile est incontournable. En effet, c’est une condition pour :

  • Sortir par le haut de ce défi de compétitivité.
  • Exploiter les opportunités de marché.

Richard Fremder

Votre métier, c’est un peu de donner à la fonction finance cette agilité…

Christophe Adam

Absolument !

Avec notre ERP Sage X3, nous garantissons aux entreprises trois bénéfices en faveur de l’agilité :

  1. Une solution centralisée, qui répond à tous les besoins métier de l’entreprise. 
  2. Une ergonomie et une simplicité d’accès aux informations pour développer l’adoption.
  3. Une solution « Cloud based » pour gagner en souplesse financière et faciliter la mise à l’échelle.

Le point 1 est intéressant. En effet, nous rapprochons l’ingénieur du Directeur Financier grâce au partage des informations et des indicateurs. C’est bon pour le made in France !

À travers le point 2, nous conjurons un fléau historique des ERP : la non-utilisation. Les intérimaires et les personnels détachés pour un projet font partie de l’équation des entreprises industrielles. Or, un outil mis en main en deux heures pour les fonctions du quotidien est un facteur de compétitivité. Car ce sont elles qui alimentent le Directeur Financier en données justes et à qui sont destinés certains indicateurs.

Le made in France industriel, un pilotage exigeant

Richard Fremder

Qu’en est-il du point 3 ?

Christophe Adam

Avec le Cloud, nous apportons :

  • La sécurité.
  • La facilité de changement de version.
  • L’élasticité pour gérer les pics de production.

Un avantage certain pour les industriels qui travaillent à l’affaire. En effet, la compétitivité est plus délicate à gérer en dehors des productions manufacturières de masse. Car le nombre de variants et d’aléas est plus élevé dans le travail au projet.

Richard Fremder

Il y a un autre volet sur lequel vous êtes forcément attendu : la technologie. Comment conciliez-vous cette simplicité d’usage avec les impératifs de l’usine 3.0 ?

Christophe Adam

Vous avez raison. C’est un point très important. Nous avons la chance de constituer un groupe puissant, avec une R&D forte et une culture internationale. Ce qui met Sage en capacité de doter ses solutions des technologies indispensables au made in France industriel.

 Certaines de ces technologies sont communes à l’ensemble de nos applications. Mais d’autres sont plus particulièrement adressées à des problématiques propres à un secteur d’activité.

 Pour l’industrie, notre ERP est enrichi à l’intelligence artificielle pour doper la détection d’anomalies. C’est par exemple le cas dans le module de gestion de la qualité.

 Ou, encore, l’Internet des Objets et le machine learning sont très présents dans de nombreuses configurations chez nos clients. Ces technologies pilotent par exemple la maintenance prédictive, autre sujet sensible dans l’industrie.

 Il faut dire que Sage X3 est nativement conçu pour être enrichi. En effet, l’ouverture à des applications tierces est dans l’ADN de toutes nos solutions. Comme l’industrie, et pour les mêmes raisons de recherche d’efficacité, nous raisonnons ‘’plateforme’’.

 Et cela profite bien sûr aussi à la fonction finance, notamment à travers la BI, gisement d’analyses et de projections. La compétitivité, notre sujet, est à ce prix.

Les clients industriels Sage, porte-drapeaux de la reconquête  

Richard Fremder

Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

Christophe Adam

Tout le monde connaît la cocotte Le Creuset. Or, pour faire tourner l’usine d’où sortent les super marmites depuis 1925, il y a Sage X3. L’ERP couvre les achats, les ventes, la comptabilité, la finance, la fabrication et la logistique. Avez-vous entendu dire que Le Creuset a des problèmes de compétitivité ?

Autre motif de fierté, toujours dans le made in France industriel et toujours dans le Nord : Marck & Balsan qui produit dans ses sept usines françaises :

  • Les uniformes pour l’armée, la gendarmerie ou les pompiers.
  • Les tenues de prestige et de travail pour les compagnies aériennes ou les grandes tables du monde entier.

D’ailleurs, au cours d’un récent Club Clients, l’entreprise expliquait que Sage X3 apporte un supplément d’efficacité collective. Comment ? Grâce à une meilleure exploitation des données. Tandis que l’ERP reste suffisamment souple pour épouser les évolutions stratégiques de l’entreprise.

La part à l’export de l’entreprise démontre qu’elle parvient à se placer sans rougir dans la compétition mondiale. Avec du textile.

Richard Fremder

Chaque filière industrielle recèle ses propres enjeux. Je suppose que l’ERP en place chez Le Creuset ne ressemble pas à celui adopté par Marck & Balsan. Comment gérez-vous la multiplicité des cas d’usage ?

Christophe Adam

Sage a fait le choix historique de la distribution indirecte. Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer sur un réseau de partenaires extraordinairement compétents. Et souvent dédiés à des secteurs d’activité ou à des typologies d’entreprises.

Les verticaux, un atout essentiel au bénéfice du made in France industriel

Richard Fremder

Dédiés, c’est-à-dire experts à la fois du métier et de la solution…

Christophe Adam

C’est tout à fait ça. Avec pour bénéfice que les entreprises du made in France trouvent au sein de notre écosystème des réponses sur-mesure. En effet, de nombreux verticaux ont été développés par nos partenaires.

Mais les industriels trouvent aussi des savoir-faire particuliers, par exemple la capacité à traiter dans des législations différentes. En effet, c’est indispensable pour les entreprises dont la réussite dépend d’implantations de filiales au plus près de marchés mondiaux. Des modules, logistiques ou de e-commerce, apportent également des prolongements bienvenus et nativement interconnectés.

Richard Fremder

C’est dit : le made in France industriel dispose d’un allié solide avec Sage X3 ! Merci Christophe Adam d’avoir contribué à cet épisode de CFO Radio. À très bientôt pour un nouveau numéro de ce podcast dédié à la fonction finance.

1Février 2024

Découvrez d’autres Podcasts [#Sage On Air]

Ces articles peuvent également vous intéresser :