Lecture en cours

Lecture en cours

Problèmes de trésorerie : quels réflexes des TPE pour sortir la tête de l’eau ?

Retour aux résultats de recherche

Problèmes de trésorerie quels réflexes des TPE pour sortir la tête de l'eau

L’un des effets secondaires les plus désagréables de la crise sanitaire se situe au niveau de la trésorerie des TPE : malgré les dispositifs de soutien, elle a été profondément secouée par les mois qui viennent de s’écouler. Alors que les chiffres macroéconomiques sont plutôt bons (+0,4 % de croissance), voici quelques conseils pour reconstituer sa trésorerie et envisager l’avenir avec plus de sérénité.

Problèmes de trésorerie : Réaliser des scénarios d’impact

De nombreux imprévus peuvent survenir dans la vie d’une entreprise. La crise sanitaire est certes un cas exceptionnel, mais on ne saurait jamais trop vous conseiller d’établir systématiquement des tableaux prévisionnels. Pas question de faire de la gestion au jour le jour, d’autant qu’avec la crise, l’activité pourrait mettre plusieurs mois à revenir à son niveau habituel. Listant les grandes masses de recettes et de dépenses pour les mois à venir, vous serez en mesure d’envisager des scénarios pessimistes et anticiper les ralentissements d’activité. Il vous faut donc estimer précisément le montant des frais fixes qui ne seront pas suspendus dans les prochains mois (loyers, salaires, échéances d’emprunt…) et mettre en balance les rentrées d’argent nécessaires provenant soit de la vente si votre marché redémarre, soit de financements complémentaires si ça n’était pas le cas. La plupart des logiciels de gestion de trésorerie intègrent un module de « scénarisation » qui vous permet d’étudier et de mesurer les conséquences concrètes des prévisions sur votre trésorerie.

Solliciter des aides pour pallier à vos problèmes de trésorerie

Ces financements peuvent venir de différentes sources, et il ne faut pas hésiter à activer tous les leviers. Le Gouvernement a mis en place plusieurs aides qui peuvent vous permettre de passer le cap : prêts bancaires garantis par l’État, aides régionales, fonds de solidarité… C’est le moment de s’y intéresser. N’hésitez pas à demander à votre expert-comptable qu’il vous oriente et à vous rapprocher de votre banque pour voir avec elle comment envisager l’avenir. Si vous rencontrez des difficultés avec votre banque, votre expert-comptable peut servir d’intermédiaire. Et si le problème persiste, contactez le médiateur national du crédit, une procédure gratuite disponible dans chaque département, qui peut aider à dénouer les blocages.

Identifier la cause des problèmes de trésorerie

Si toutefois vous n’avez pu identifier une baisse d’activité, d’autres mesures doivent être rapidement mises en place. Avant toute chose, isolez la source du problème de trésorerie. Vos taux de marge sont-ils trop bas ? Vos charges excessives ? Votre gestion des stocks semble-t-elle trop onéreuse ? Peut-être cumulez-vous plusieurs facteurs qui mériteraient d’être réajustés. Si par exemple vous souffrez de trop de factures en retard de paiement, il faudra intensifier les relances ou en confier le recouvrement à votre expert-comptable, voire recourir à l’affacturage auprès d’un organisme financier qui vous rachètera vos créances moyennant le paiement d’une commission. Envisagez aussi de prendre des mesures temporaires, comme suspendre certaines dépenses de communication ou de prospection, le temps que les affaires s’arrangent. Vous pouvez également demander un étalement ou un report de vos échéances d’impôts.

Pour une pleine clairvoyance sur ces questions, les outils digitaux vous permettent d’identifier les points de fragilité de votre trésorerie et d’établir un auto-diagnostic. Un atout considérable pour prendre les bonnes décisions et rectifier les éventuels problèmes. Par exemple, ils peuvent révéler les retards de paiement si vous ne les aviez pas tous identifiés.

Réajuster votre seuil de rentabilité

Le seuil de rentabilité correspond au niveau de chiffre d’affaires que votre entreprise doit réaliser pour être rentable. Avec la crise, ce seuil a pu bouger. Il est indispensable de le réévaluer et de l’ajuster si besoin. Il peut s’agir d’augmenter (raisonnablement…) le prix de vente, de revoir votre politique d’achats (renégocier vos contrats fournisseurs, faire des économies d’échelle…), ou encore d’agir sur les charges fixes de l’entreprise (en supprimant des dépenses superflues par exemple). Pour déterminer les variables possibles et leurs conséquences sur votre trésorerie, des calculs sont nécessaires : utiliser un outil de gestion vous permettra d’avoir tous les chiffres de l’entreprise sous la main, d’établir des résultats fiables sur la base de données en temps réel. Des actions intuitives et rapides, surtout si vous n’êtes pas un spécialiste du sujet.

Enfin, n’oubliez pas que si votre activité redémarre fortement, ce surcroît d’activité augmentera votre besoin en trésorerie (achat de matières premières, embauche de main d’œuvre…) qu’il faudra être capable là aussi de financer.

En conclusion, face aux difficultés, mener de front vos activités ainsi qu’un suivi de trésorerie précis peut être délicat. Les outils digitaux permettent avant tout de gagner en temps et en qualité de suivi pour vous recentrer sur le cœur de vos tâches métiers, premier moteur de votre réussite !

Pour aller plus loin :