Cash-flow : le talon d’Achille du business plan

Publié il y a · 2 min de lecture

Pour mener à bien votre projet de startup, vous devez avoir en tête des objectifs précis, les moyens qu’il va falloir mettre en œuvre pour y arriver et des indicateurs pour mesurer si vous avancez dans la bonne direction ou si vous devez adapter votre développement. Le cash-flow est l’un de ces indicateurs incontournables.

Démarrer par un business plan précis

Un bon business plan doit contenir un résumé efficace de votre entreprise, de vous et votre équipe, une analyse de votre marché et la démonstration que votre offre sera rentable à terme. Pour développer ce dernier point, vous devez notamment identifier les sources de dépenses et les montants des recettes le plus précisément possible afin d’évaluer vos besoins en financement durant vos premiers mois d’activité. En vous appuyant, bien sûr, sur des éléments les plus objectifs possibles. Or, c’est un exercice difficile pour une startup en plein lancement qui ne dispose ni d’historique d’activité ni de point de comparaison sur lesquels s’appuyer…

Aller au-delà du seul compte de résultat

Je conseille à un startuper qui démarre d’imaginer ce que sera son relevé bancaire mois par mois pendant les douze prochains mois. Par exemple une facture émise en avril qui sera réglée en mai, avec TVA ou sans TVA, etc. Je lui propose d’entrer tous ces éléments dans un tableau. C’est une étape indispensable, qui fait souvent défaut dans le business plan, le jeune entrepreneur se contentant le plus souvent de ne faire qu’un compte de résultat. Pourtant, si je prends l’exemple de la participation à un salon professionnel, avant d’avoir le règlement de clients qui auront acheté sur le salon, il aura fallu régler le coût du stand, faire fabriquer des produits… En fait, pour gagner 500 000 euros, il aurait fallu avoir les moyens de sortir 200 000 euros six mois plus tôt !

L’importance du cash-flow

C’est là l’un des indicateurs clés pour gérer son lancement d’activité : l’évolution de la liquidité disponible, le fameux cash-flow ! Ce terme désigne la différence entre les rentrées d’argent et les dépenses de votre entreprise sur une période donnée. Un cash-flow positif (plus d’entrées que de sorties d’argent) est bon signe : il permet de distribuer des dividendes, de rembourser un crédit bancaire, de payer comptant les fournisseurs, d’investir dans votre outil de production ou d’embaucher… Les besoins d’une entreprise changeant constamment, intégrer le cash-flow dans votre business plan permettra de fournir des détails sur les liquidités requises par votre entreprise au jour le jour, et mettra en évidence les insuffisances d’argent qui devront être comblées.

Se faire accompagner

Pour établir ses besoins en cash-flow, mieux vaut se faire aider par un expert-comptable. Peut-être pas au tout départ mais en validation. L’expert complétera ce que le startuper a oublié : la gratification du stagiaire, la location pour le coworking par exemple… Et donnera un blanc-seing sur l’ensemble.

Pour aller plus loin :

Abonnez-vous à la newsletter Sage Advice et recevez, directement dans votre boîte aux lettres, nos tous derniers conseils.